Atlas du Rouergue - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : Aveyron, Plume(s) présente aussi :
A quelle sauce le Roquefort va-t-il être mangé ?   Table mise en Aveyron   Biquefarre   Le clan des 12   De l'Aveyron à l'Argentine   Farrebique   Construire l'histoire de la Résistance   Châteaux et demeures de l'Aveyron - t2  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous-patrimoine | Politique et société | Pratique

36,00 €  
Atlas du Rouergue

à la veille de la révolution française

Auteur Jean-Yves Bou
Editeur : Bou »»
rayon : Par chez nous    -patrimoine
support : Livre
type : histoire atlas
thèmes : régional | Aveyron | Rouergue
ean : 9782746694279
parution : novembre 2016
dimensions : 654 pages ; 21 × 29,7 cm
imprimé en France
prix : 36,00 €
disponibilité : prochainement à Plume(s) ?
arrivé à Plume(s) : 26 novembre 2016
commander
L’Atlas du Rouergue a pour objectif principal de restituer les limites disparues des paroisses, communautés et seigneuries telles qu’elles découpaient le territoire rouergat dans les années 1770-1790. C’est avant tout un outil de travail pour les historiens et les généalogistes qui font des recherches sur la période s’étendant du XIVe au XVIIIe siècle.

Le Rouergue est l’ancien nom d’une province de France, qui correspondait globalement au département de l’Aveyron, en y ajoutant le canton de Saint-Antonin, rattaché au Tarn-et-Garonne en 1808. Avant la Révolution française, ce territoire était principalement partagé entre le diocèse de Rodez (473 paroisses) et celui de Vabres (128 paroisses). Leur frontière suivait à peu près la rivière Tarn. Mais les diocèses ne correspondaient jamais exactement aux provinces. Par exemple, le diocèse de Cahors comprenait quelques paroisses de l’ouest du Rouergue.

Les paroisses étaient avant tout des circonscriptions religieuses, mais elles servaient aussi de référence à toute localisation (du village de X, paroisse de Y, diocèse de Z). Leurs limites étaient le résultat d’un long processus de territorialisation, qui se déploya principalement durant les XIIe et XIIIe siècles. Le réseau paroissial s’était ensuite stabilisé pour cinq siècles, avec des modifications à la marge. Mais, il fut fortement remanié à l’issue de la Révolution française et évolua tout au long du XIXe siècle. De ce fait, il n’y a aujourd’hui plus aucun souvenir des anciennes paroisses, hors les archives. Comme aucune carte précise des territoires paroissiaux antérieurs à la Révolution n’a été réalisée, c’est à partir de multiples autres sources que j’en propose une reconstitution hypothétique.

Au XVIIIe siècle, les communautés étaient d’abord les circonscriptions de levée de l’impôt royal, en particulier la taille. Elles étaient administrées par des consuls cooptés pour la durée d’un an, et par une assemblée annuelle des chefs de famille. En Rouergue, leur territoire ne correspondait que très rarement à celui des paroisses. Les communautés s’étaient formées aux XIIIe-XIVe siècles sur la base des seigneuries. Dans leur cas aussi, le réseau s’était ensuite stabilisé. En 1790, au début de la Révolution française, lors de la création des départements et des communes, ce furent les 700 communautés du Rouergue qui servirent de base pour créer la plupart des communes de l’Aveyron. Au terme de 50 ans de regroupements, redécoupages et suppressions des enclaves, les territoires communaux prirent la forme qu’ils ont encore aujourd’hui, au moment d’une nouvelle phase de regroupement (2016). Pour retrouver les limites des anciennes communautés nous disposons de sources plus précises que pour les paroisses : des plans cadastraux du début du XIXe siècle, plusieurs types de documents de la période révolutionnaire et des compois (sortes de matrices cadastrales) du XVIIe ou du XVIIIe siècle.

Dans la mesure où les communautés en étaient issues, les seigneuries avaient certainement des limites identiques, mais les sources sont assez limitées pour le confirmer en détail. J’ai signalé les cas où il y avait divergence importante entre les deux.

Deux volumes ont été nécessaires pour développer le sujet. Voici leur contenu :

- Volume I

Le volume I contient les cartes des communes aveyronnaises au moment où elles étaient 304, les cartes des communes du Tarn-et-Garonne et du Lot anciennement en Rouergue et quelques autres communes des départements limitrophes concernées par le sujet. Ces cartes montrent les anciennes limites paroissiales, communautaires et seigneuriales, ainsi que l’habitat présent au XVIIIe siècle.

Une introduction permet d’en comprendre le principe de lecture.

Puis des annexes proposent des cartes plus générales des paroisses et des communautés, à l’échelle du Rouergue, quelques cartes en couleur et des reproductions de documents d’archives utilisés pour ce travail.

Suivent un index des anciennes paroisses, un index des anciennes communautés et un glossaire.

- Volume II

Le volume II contient une partie analytique qui explique quelles sources et quelle méthode ont été utilisées, qui décrit les caractéristiques des réseaux paroissial, communautaire et seigneurial en les confrontant, qui en explique les transformations successives. Puis un dictionnaire propose des notices par communes actuelles et par paroisses.




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |