Maria Nikiforova, la révolution sans attendre - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : révolution russe, Plume(s) présente aussi :
Kronstadt dans la révolution russe  
  rayons: BD | Divers | International-Europe | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

6,00 €  
Maria Nikiforova, la révolution sans attendre

L’épopée d’une anarchiste à travers l’Ukraine (1902-1919)

Auteur Mila Cotlenko
Editeur : Mutines Séditions
collection : le fil noir de l’histoire
rayon : International    -Europe
support : Livre
type : biographie
thèmes : anarchisme | révolution russe | Ukraine
parution : septembre 2014
dimensions : 142 pages ; 12 × 19,5 cm
lieu d'impression non précisé
prix : 6,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 23 septembre 2014
réserver

Etrangement, ni Voline, ni Archinov, pas plus que des historiens comme Skirda ou Avrich ne font une place à Maria Nikivorova dans leurs récits, alors que Makhno lui-même relate sans hésiter plusieurs épisodes qui donnent un éclairage sur les activités de Maria Nikiforova. Pour un anarchiste qui a vécu cette période en Ukraine – on la retrouve également dans les mémoires du chef d’état-major du mouvement insurrectionnel makhnoviste Viktor Belash –, il est difficile de ne pas en parler : elle faisait sans nul doute partie des compagnons incontournables.

A la tête d’un détachement de gardes noirs, soutenue par de nombreux ouvriers d’Alexandrovsk, ville située à côté de Gouliaï-Polié, d’où elle était originaire, mais aussi par les marins de Kronstadt, ses qualités d’oratrice autant que ses capacités pratiques installèrent rapidement sa renommée à travers tout le territoire ukrainien.

Fermement convaincue qu’il fallait approfondir le processus révolutionnaire en cours, elle n’hésitait pas en fonction des rapports de force sur place, à défier les autorités locales, même soi-disant « révolutionnaires », à exiger des contributions auprès de la bourgeoisie et des propriétaires terriens, à mener des expropriations (armes, vivres, argent et bâtiments, etc.), ce qui lui valut bientôt d’être mise au pilori des « anarcho-bandits » par le pouvoir bolchévik...

Notre avis :
Attention, l’exemplaire présent à Plume(s) est défectueux : manquent les pages 73-74.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |