J’ai avorté et je vais bien, merci - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : féminisme, Plume(s) présente aussi :
King Kong Théorie   Une société de violeurs ?   Backlash   Petit bréviaire du parfait féministe   Dis papa, c'était quoi le patriarcat ?   Des féminismes, en veux-tu, en voilà   Une conquête inachevée : le droit des femmes à disposer de leur corps   L'injustice ménagère  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-femmes | Pratique

8,00 €  
J’ai avorté et je vais bien, merci

Auteur Les Filles des 343
Editeur : La Ville brûle
rayon : Politique et société    -femmes
support : Livre
type : doc
thèmes : féminisme | avortement
ean : 9782360120222
parution : avril 2012
dimensions : 144 pages ; 14 × 17 cm
imprimé en Europe
prix : 8,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 16 juillet 2013
réserver

Plus de 200000 femmes avortent chaque année en France, et une femme sur deux aura recours à l’IVG au moins une fois dans sa vie. Cet acte, pratiqué sous contrôle médical, est des plus simples. Pourtant, le parcours des femmes qui avortent l’est de moins en moins. Le droit à l’IVG est doublement menacé : en pratique, par la casse méthodique du service public hospitalier, et dans les discours dominants, qui présentent l’avortement comme un drame, un traumatisme systématique.

Ces discours culpabilisateurs sont autant de discours anti-IVG qui avancent masqués. J’ai avorté et je vais bien, merci, prend à contre-pied cette vision de l’avortement. En mettant en avant des témoignages positifs et résolument décomplexés, il s’agit ici de réaffirmer que l’IVG n’est pas une session de rattrapage pour mauvaises élèves, avec justificatifs et excuses à fournir. C’est un droit, c’est une solution, et c’est un choix qui doit être respecté.

Il s’agit de clamer haut et fort que les femmes qui avortent ne sont ni des idiotes ni des inconséquentes, et n’ont pas à se sentir coupables, honteuses ou forcément malheureuses. Il s’agit enfin de revendiquer le droit d’avorter la tête haute, parce que défendre le droit à l’avortement ne doit pas se limiter à quémander des miettes de tolérance ou un allongement de la corde autour du piquet.


l’auteur :
Les Filles des 343 : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |