Amoureux du bien vivre - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : décroissance, Plume(s) présente aussi :
Survivre au développement   Contre les gourous de la croissance   Epicure   Du vent !   Adieu à la croissance   Pierre Kropotkine   Le paysan impossible   Antiproductivisme altermondialisme décroissance  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-décroissance | Pratique

12,00 €  
Amoureux du bien vivre

Afrique, Amériques, Asie ... que nous apprend l’écologoe des pauvres ?

Auteur Paul Ariès
Editeur : Golias
rayon : Politique et société    -décroissance
support : Livre
type : essai
thème : décroissance
ean : 9782354721633
parution : mai 2013
dimensions : 64 pages ; 11 × 21 cm
imprimé en France
prix : 12,00 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 22 mai 2013
commander

Le Bien Vivre, c’est le refus du mythe de la croissance mais aussi celui du développementalisme, c’est-à-dire cette idée que quelque chose pourrait croître sans limites.
Le Buen vivir c’est donc une incitation à penser le symbolique et l’institutionnel mais aussi à guérir des blessures de notre sensibilité.
Le Bien Vivre c’est le retour des partageux puisque la grande question posée est celle du partage d’un autre gâteau car l’actuel est indigeste.

Ces grandes questions sont celles habituelles des gauches radicales : que produit-on ? Comment ? Et pour satisfaire quels besoins sociaux ? Notre décroissance sélective et équitable sous-entend donc que des choses doivent croître et d’autres décroître, que des millions de personnes en France manquent de l’essentiel, qu’il s’agit dans ce contexte d’opter pour une option préférentielle pour les pauvres, mais que nous devons privilégier la sphère non-marchande au détriment de la sphère marchande, changer notre hiérarchie des revendications, plutôt la lutte pour la déséconomisation (revenu garanti versé au maximum sous une forme démonétérisée) plutôt que de lutter pour augmenter le pouvoir d’achat (ce qui entretient le système et contribue à casser les cultures populaires).

Oui, comme le dit Miguel Benasayag nous ne pourrons peut être pas changer ce monde,mais rien ne nous interdit de tenter d’en construire un autre.


l’auteur :
Paul Ariès : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |