Les faiseuses d’histoires - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : Afrique, Plume(s) présente aussi :
Une si longue lettre   Petite berbère   Kinkéliba   Les aventures du bourlingueur Tome 2   Françafrique - La famille recomposée   Burkina Faso, un espoir en Afrique   Le petit jeu des animaux d'Afrique   Aya de Yopougon Tome 5  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-femmes | Pratique

14,50 €  
Les faiseuses d’histoires

Que font les femmes à la pensée ?

Auteurs Isabelle Stengers
Vinciane Despret
Editeur : la Découverte
collection : Empêcheurs de penser en rond
rayon : Politique et société    -femmes
support : Livre
type : essai
thèmes : Afrique | femmes
ean : 9782359250473
parution : avril 2011
dimensions : 205 pages ; 12,5 × 19 cm
imprimé en France
prix : 14,50 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 24 avril 2012
réserver

Comment garder la force que nous ont transmise les femmes dont on n’attendait rien d’autre que d’être une maîtresse de maison - épouse, mère ? Ces femmes qui, bravant le ridicule, de manière parfaitement désintéressée (elles ne pouvaient nourrir aucun espoir de carrière), ont résisté à l’objection doucereuse de leur père : « Mais, ma chérie, tu ne manques de rien... » et ont cherché par tous les moyens à créer et à vivre. L’Université leur était alors interdite et Virginia Woolf mettait leurs filles en garde : n’allez jamais rejoindre la procession « des hommes chargés d’honneurs et de responsabilités ». Qu’avons-nous appris, nous, les filles infidèles de Virginia, qui avons, de fait, rejoint les rangs des « hommes cultivés » ? Nous avons le sentiment d’assister à la fin d’une époque : celle où nous pouvions nous réjouir de voir des jeunes femmes (et des jeunes hommes aussi) prendre goût à la recherche, devenir capables de cette liberté dont nous avons profité.

Désormais, à l’Université comme partout ailleurs, il s’agit de manifester sa flexibilité, d’apprendre à donner les bons signaux et à écouter ceux qui proviennent du marché, bref de donner les gages requis de motivation et de sérieux. Comment vivre cette fin d’époque sur un mode qui ne soit ni cynique ni nostalgique ? Comment échapper au « chacun pour soi » qui devient la règle à l’Université comme ailleurs ? Comment faire aujourd’hui relais au cri de Woolf, « Penser nous devons » ? Il nous fallait rencontrer des femmes chez qui nos questions faisaient écho et qui pourraient leur donner des dimensions imprévues, appeler à prolonger ainsi le cri de Virginia Woolf.

Françoise Balibar, Bernadette Bensaude-Vincent, Laurence Bouquiaux, Barbara Cassin, Mona Chollet, Emilie Hache, Françoise Sironi, Marcelle Stroobants, Benedikte Zitouni, ont accepté de témoigner des anecdotes, des événements discrets ou des perplexités qui ont marqué le chemin par lequel chacune a découvert ce que pouvait signifier « penser » et passer ainsi du refus à la création. Mêmes si les portes de l’Université se sont ouvertes aux femmes, cela ne signifie pas qu’elles s’y soient senties « à leur place ».


les auteurs :
Isabelle Stengers : +
Vinciane Despret : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |