Le 17 octobre 1961 - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : répression, Plume(s) présente aussi :
La nuit de Tlatelolco   Prisons, un état des lieux   Pourquoi faudrait-il punir ?   Vos papiers !   La bataille de Notre-Dame-des-Landes   Enfants au carré   Police et discriminations raciales   Du bon usage de la torture  
  rayons: BD | Divers | International-colonies, esclavage, libération | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

5,00 €  
Le 17 octobre 1961

par les textes de l’époque

Auteur Sortir du colonialisme
Editeur : Petits Matins
rayon : International    -colonies, esclavage, libération
support : Livre
type : doc
thème : répression
ean : 9782915879971
parution : octobre 2011
dimensions : 127 pages ; 11 × 16,5 cm
imprimé en France
prix : 5,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 16 décembre 2011
réserver

Le mardi 17 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, des Algériens tentent de manifester pacifiquement à Paris contre le couvre-feu décrété par le préfet de police Maurice Papon.

Cette mobilisation, organisée à l’appel du FLN, sera sauvagement réprimée. Plusieurs dizaines de personnes seront retrouvés noyées dans la Seine. Un massacre longtemps étouffé par le gouvernement. Ce livre présente des documents bruts de l’époque : le communiqué du préfet Papon et la circulaire de police concernant « la circulation des Français musulmans algériens » ; l’appel du FLN à manifester et ses consignes pour l’opération ; puis, après le drame, une lettre du journaliste Claude Bourdet (fondateur de France-Observateur) à Maurice Papon, un texte formidable de rigueur et de dignité ; mais aussi un tract de « policiers républicains » indignés par l’horreur à laquelle on a voulu les associer ; le reportage-témoignage d’un jeune appelé au Parc des expositions, où sont parqués, dans des conditions inhumaines, les Algériens arrêtés, etc.

Dans une longue préface, l’historien et journaliste Gilles Manceron [1] situe ces documents bruts dans leur contexte. Et l’association Sortir du colonialisme, qui coordonne l’ouvrage, évoque les batailles qui perdurent cinquante ans après, notamment à travers des débats tels que celui sur « les effets positifs » de la colonisation. La charge historique très forte de ces textes d’époque et l’éclairage qui en est donné aujourd’hui font de ce livre un véritable outil d’éducation populaire autour de cette page noire de notre mémoire collective.


Notes

[1] Gilles Manceron est historien, spécialiste du colonialisme français.
Il est rédacteur en chef d’Hommes et Libertés, la revue de la Ligue des droits de l’homme. Il a notamment publié Les Harkis. Histoire, mémoire et transmission (L’Atelier, 2010) et Marianne et les colonies (La Découverte, 2005).



l’auteur :
Sortir du colonialisme : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |