Collection Anthropocene
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

Ouvrages de la collection Anthropocène : 31 articles trouvés


31 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 19 310 p. Toxique planète
Le scandale invisible des maladies chroniques
T
Cicolella André B enquête santé, pollution 2013 10/10/13 9782021061451 Seuil Anthropocène Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Notre monde de plus en plus toxique induit non seulement un développement de l’hermaphrodisme chez les ours blancs et des changements de sexes des poissons, mais il affecte aussi la reproduction humaine : diminution de l’âge de la puberté chez les filles, développement des malformations génitales, baisse de la qualité du sperme… Si l’inquiétante montée de l’incidence du cancer de l’enfant en Europe (+ 1% par an depuis 30 ans) commence à être connue, on sait moins que les maladies chroniques menacent l’ensemble de la planète : elles sont une véritable bombe à retardement en Inde et en Chine notamment.

Aujourd’hui, 63 décès sur 100 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (cardiovasculaires, cancers, maladies respiratoires, diabètes, etc.) contre 37 dus aux maladies infectieuses. La mise à jour du caractère toxique de milliers de molécules diffusées depuis 1945, la découverte récente des "perturbateurs endocriniens" et de leurs effets biologiques et sanitaires, la découverte de l’importance de l’imprégnation foetale sur la descendance génétique (hérédité des influences environnementales acquises, en rupture avec les certitudes de la génétique du XXe siècle) sont autant d’éléments d’une révolution en cours dans la pensée biomédicale, et de la nécessité de nouvelles politiques de santé à l’échelle mondiale.

L’OMS qualifiait en 2011 cette épidémie mondiale de maladies chroniques de "catastrophe imminente". Il est temps de comprendre et d’agir.

x 14 19 380 p. La Terre vue d’en haut
L’invention de l’environnement global
T
Grevsmühl Sebastian Vincent B essai écologie 2014 25/09/14 9782021111293 Seuil Anthropocene Politique et société -écologie 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Des images d’Apollo aux mappemondes figurant le réchauffement climatique ou aux photographies de la Terre vue du ciel d’Arthus-Bertrand, la Terre est devenue à la fois objet de surveillance et de savoir global, de contemplation esthétique tout autant qu’icône pop écolo. Des premières photographies en ballon à la surveillance de la Terre par satellites, se sont constituées une nouvelle culture visuelle et une nouvelle technosphère, qui enveloppent désormais la planète entière.

Cette vue " par en haut " est héritière d’une perspective privilégiée par les stratèges et chefs de guerre. Ainsi, finitude et fragilité, mais aussi hybris de contrôle représentent les deux facettes indissociables de la sensibilité environnementale occidentale. L’humanité s’est trouvée conduite à accepter la nature close et dangereusement limitée de la planète, mais cette vision de la Terre comme un " vaisseau spatial " s’est aussi accompagnée de rêves, beaucoup plus problématiques, de contrôle technoscientifique de l’ensemble de la planète.

Retraçant la genèse de la vue " par en haut " sur la terre depuis le XIXe siècle, Sebastian Grevsmühl raconte cette invention occidentale de l’environnement global. Il montre le pouvoir des images et des métaphores de créer des imaginaires globaux. À l’heure d’un dérèglement écologique du système Terre, nous avons beaucoup à apprendre d’une histoire de l’invention de l’environnement global, et de cette tension récurrente entre finitude et domination.

x 14 19 284 p. Sortons de l’âge des fossiles !
Manifeste pour la transition
T
Combes Maxime B essai énergies, transition 2015 08/10/15 9782021160765 Seuil Anthropocene Politique et société -alternatives 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

L’énergie est au coeur de la vie économique et sociale et le dérèglement climatique bouleverse des millions de vies. Pourtant les politiques de l’énergie sont aujourd’hui un monopole des experts et des multinationales. Cela doit changer ! Gouvernants et multinationales soucieux de gérer les apparences annoncent la "transition énergétique" sans limiter les émissions de gaz à effet de serre en deçà du seuil qui éviterait le dérèglement climatique qui s’accentue.

Prendre au sérieux la crise climatique implique aujourd’hui de décider de laisser dans le sol une grande partie des énergies fossiles actuellement connues. Ceux qui s’y refusent, ceux qui étendent la logique extractiviste en forant toujours plus loin et toujours plus sale, ceux qui professent que la privatisation, la finance ou la technologie vont sauver le climat agissent comme de dangereux et irresponsables climatosceptiques.

Sur leur chemin se dressent celles et ceux qui ne se résignent pas au naufrage planétaire. Contre l’extractivisme, les hydrocarbures de schistes, les grands projets inutiles et la marchandisation de l’énergie et du climat, ils inventent aujourd’hui les contours d’un monde décarbonné, soutenable et convivial de demain. Il est temps de sortir de l’âge des fossiles et une véritable transition est en marche !

x 14 19 240 p. Sentir-penser avec la Terre
une écologie au-delà de l’Occident
T
Escobar Arturo B essai 2018 19/04/18 9782021389852 Seuil Anthropocène Politique et société -écologie 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les avancées récentes de l’anthropologie l’ont amplement démontré : la partition nature/culture qui fonde l’ontologie moderne occidentale et qui s’est imposée partout n’est pas la seule façon d’être au monde, encore moins la forme ultime de la civilisation. Un tel dualisme, qui sépare corps et esprit, émotion et raison, sauvage et civilisé, acteur et chercheur, humains et autres qu’humains, nous empêche de nous vivre comme partie du monde et nous conduit à le détruire. Dès lors, le projet émancipateur ne saurait se limiter à « changer le monde ». Il s’agit aujourd’hui de changer de monde.

Des mouvements indigènes du Sud aux "zones à défendre" (ZAD) du Nord, les conflits politiques renvoient à des visions divergentes quant à la composition du monde et aux façons d’en prendre soin. Autrement dit, à un conflit ontologique. Comment, à l’heure de la crise écologique et face à l’échec de la mondialisation, penser cette dimension ontologique de la politique ? Comment engager notre transition, en dialogue avec luttes des peuples non-occidentaux et les cosmologies non-modernes, pour habiter en conscience le plurivers, ce monde des mondes qu’est notre planète ?

Texte adapté avec la collaboration de l’auteur, préfacé et traduit par Roberto Andrade Pérez, Anne-Laure Bonvalot, Ella Bordai, Claude Bourguignon et Philippe Colin (collectif l’Atelier La Minga), avec l’appui du Réseau d’études décoloniales. Postface par Anna Bednik.

x 14 19 286 p. Reprendre la terre aux machines
Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire
T
L’atelier paysan  B essai agriculture, autonomie mai 2021 06/05/21 9782021478174 Seuil Anthropocène Politique et société 20,00 € 20.00 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Le temps joue pour nous : les AMAP, la Bio et les circuits courts apparaissent de plus en plus dans les médias comme dans nos assiettes - l’opinion publique est acquise. Si chaque consommateur change ses habitudes alimentaires, si chaque agriculteur se forme à l’agroécologie, alors la victoire est au bout de la fourchette. Ceci est une fable. L’appel à la responsabilité individuelle, ce " chacun doit faire sa part ", ne mettra jamais fin au modèle alimentaire industriel et marchand.

Celui-ci est une machine à produire artificiellement au moindre coût, une machine à confisquer les savoirs et savoir-faire, à enrichir les industries technologiques, à déshumaniser. Il est temps d’échapper à notre enfermement dans les niches d’un marché alimentaire réservé aux classes aisées et de reprendre entièrement la terre aux machines. Ce manifeste propose de sérieuses pistes de rupture. L’Atelier Paysan accompagne la conception et le colportage des technologies paysannes.

Les auteurs, paysans, syndicalistes et militants, sociétaires de la coopérative, font le constat que les alternatives paysannes, aussi incroyablement riches soient-elles, s’avèrent totalement inoffensives face au complexe agro-industriel, plus prédateur que jamais.

x 19,5 26,5 128 p. La recomposition des mondes T Pignocchi Alessandro B BD 2019 18/04/19 9782021421224 Seuil Anthropocène BD 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Que se trame-t-il exactement sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes ?

Notre anthropologue dessinateur mène l’enquête : s’agit-il d’un kyste peuplé de hippies violents ? Trop drogués pour comprendre qu’il faut partir puisque le projet d’aéroport est abandonné ? Ou de l’avant-poste, en Occident, d’un nouveau rapport au monde, affranchi de la distinction entre Nature et Culture ?

L’enquête emprunte des chemins imprévisibles sur ce bocage qui, d’emblée, nous absorbe, nous transforme et recompose les liens que nous entretenons avec les plantes, les animaux et le territoire.

x 14 19 288 p. La part sauvage du monde
Penser la nature dans l’anthropocène
T
Maris Virginie B 2018 20/09/18 9782021332544 Seuil Anthropocène Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

En déclarant la mort de la nature, nombreux sont ceux qui voient dans l’Anthropocène l’opportunité de prendre enfin les commandes d’un système-terre entièrement modelé par les humains.

À rebours de cet appel au pilotage global, Virginie Maris réhabilite l’idée de nature et défend la préservation du monde sauvage. Elle revisite pour cela les attributs de la nature que les fantasmes prométhéens du contrôle total s’appliquent à nier : son extériorité, en repensant la frontière entre nature et culture ; son altérité, en reconnaissant la façon dont les non-humains constituent leurs mondes tout comme nous constituons le nôtre ; et enfin son autonomie, en se donnant les moyens de respecter et de valoriser ces mondes multiples.

L’auteure invite à remettre au cœur de la réflexion sur la crise environnementale la nécessité de limiter l’emprise humaine sur la planète, en redonnant toute sa place au respect de cette nature indocile qui peuple nos paysages, nos imaginaires, et qui constitue finalement l’autre face de notre humanité.

x 14 19 378 p. La part inconstructible de la terre
critique du géo-constructivisme
T
Neyrat Frédéric B essai 2016 10/03/16 9782021296488 Seuil Anthropocène Politique et société -écologie 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

La conquête de l’espace est terminée ? Non, une nouvelle planète est apparue : la Terre. Ce livre nous fait entrer dans le monde inquiétant des apprentis-sorciers et des puissants businessmen qui rêvent d’une Terre post-naturelle qu’on pourrait reconstruire et piloter grâce aux prouesses d’une ingénierie absolue.

Frédéric Neyrat nous conduit au coeur de la pensée constructiviste qui domine aujourd’hui les sciences humaines et sociales, de Philippe Descola à Bruno Latour. Ce courant a abattu la césure nature-culture pour la remplacer par une nature hybride, toujours anthropisée et intégrée dans les réseaux technico-financiers. Et si, en déniant toute altérité à la nature, cette approche n’était que le prêt-à-penser du projet géo-constructiviste d’une Terre 2.0 ? Réinterrogeant le rapport nature-culture, et critiquant le mythe fusionnel de toute-puissance technologique, l’auteur propose alors une nouvelle philosophie de la nature et de la Terre : une écologie de la séparation, prenant acte de ce qui n’est pas constructible dans la nature et en reconnaissant la Terre dans sa singularité.

x 14 19 368 p. Un nouveau droit pour la terre
pour en finir avec l’écocide
T
Cabanes Valérie B essai 2016 06/10/16 9782021328615 Seuil Anthropocène Politique et société -écologie 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Peuples et sociétés sont dépossédés de leurs moyens d’existence à travers le monde par la destruction de leur environnement. Face à cet écocide, comment repenser les droits de l’homme ? L’écocide (fait de détruire la « maison Terre ») n’est pas un crime de plus, s’ajoutant à toutes les autres atteintes aux droits humains. Il est désormais le crime premier, celui qui ruine les conditions mêmes d’habitabilité de la Terre. D’ores et déjà, les dérèglements en cours attisent injustices et tensions géopolitiques tandis que les saccageurs de la planète restent impunis. Aussi est-il urgent de revendiquer de nouvelles formes de responsabilité et de solidarité. Urgent de redéfinir un nouveau sens et de nouveaux cadres à l’action humaine au sein des limites planétaires. Le droit international doit se métamorphoser et s’universaliser autour d’une nouvelle valeur pivot, l’écosystème Terre, en reconnaissant un cinquième crime international, le « crime d’écocide ».
x 14 19 224 p. Nous sommes des révolutionnaires malgré nous
textes pionniers de l’écologie politique
T
Charbonneau Bernard B, Ellul Jacques B essai 2014 06/03/14 9782021163025 Seuil Anthropocène Politique et société 18,00 € 18.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Bernard Charbonneau et Jacques Ellul ne furent pas prophètes en leur pays et en leur temps : La Technique ou l’enjeu du siècle (1954) de Jacques Ellul passa presque inaperçu en France alors qu’il connut un large succès dans le monde anglo-saxon grâce à Aldous Huxley et Ivan Illich. Ce n’est que depuis peu que l’on redécouvre ces auteurs pionniers de la pensée écologiste et de la critique de l’industrialisme et de la " société technicienne ". Ce recueil rassemble quatre textes sources de l’écologie politique, inédits pour trois d’entre eux.

" Aujourd’hui, toute doctrine qui se refuse à envisager les conséquences du progrès, soit qu’[...] elle proclame ce genre de problèmes secondaires (idéologie de droite), soit qu’elle le divinise (idéal de gauche), est contre-révolutionnaire ".
Visionnaires, Charbonneau et Ellul rejetèrent dos à dos les voies libérales, soviétique et fascistes. Dès les années 1930, ils ouvrirent une critique du " Progrès " et du déferlement de la Technique et de la puissance au détriment de la liberté. La solution : une insurrection des consciences ancrée dans un nouveau rapport à la nature. " Le sentiment de la nature doit être au personnalisme ce que la conscience de classe a été au socialisme. " Contemporains de la Grande Dépression, de Guernica, d’Auschwitz et d’Hiroshima - ces textes incisifs offrent une clé de lecture très actuelle, humaniste et libertaire, de nos sociétés contemporaines, productivistes, consuméristes et techniciennes.

Textes rassemblés : " Directives pour un manifeste personnaliste " (1935), " Le Progrès contre l’Homme " (1936) " Le Sentiment de la nature, force révolutionnaire ", (1937), " An deux mille " (1945).

x 14 19 432 p. Nous ne sommes pas seuls
Politique des soulèvements terrestres
T
Balaud Léna B, Chopot Antoine B essai résistance mars 2021 18/03/21 9782021426304 Seuil Anthropocène Politique et société 21,50 € 21.50 présent à Plume(s)
AA AA

Que devient la "politique" lorsque des paysannes et des écologistes disséminent des graines de plantes résistantes aux herbicides dans les monocultures d’OGM pour en saboter les rendements ? Lorsque des naturalistes en lutte invitent un couple de balbuzards pêcheurs à protéger un fleuve menacé par un énième projet inutile et imposé ? Lorsque des villageois kirghizes échappent à la mainmise de l’État sur leurs moyens de subsistance en greffant en secret une forêt fruitière ? D’autres manières de faire, de se défendre, de résister, nous devancent, nous déstabilisent et nous renforcent : des manières animales, végétales, sylvestres, microbiennes, fongiques...

Nos alliés sont multiformes, considérablement plus nombreux et divers que ce que notre imagination laisse entrevoir. Si nous sommes bien les seuls responsables d’un choix concerté de cibles et de stratégies contre les causes du ravage et des inégalités, nous ne sommes pas les uniques acteurs du changement que nous souhaitons voir advenir.

Appel à refuser la mise au travail de la planète, ce traité d’écologie politique terrestre ouvre de nouveaux horizons pour agir avec la nature contre ceux qui l’effondrent.

x 17 24 224 p. Notre empreinte cachée
Tout ce qu’il faut savoir pour vivre d’un pas léger sur la Terre
T
Porcelijn Babette B essai écologie 2018 24/05/18 9782021398014 Seuil Anthropocène Politique et société -écologie 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

En tant que consommateur vivant en Occident, nous avons plus d’impact sur les écosystèmes que nous le pensons. Pas seulement à la maison ou à la pompe à essence, mais également à l’autre bout de la planète, là où sont produits les objets que nous achetons quotidiennement. Au-delà du seul effet de leur utilisation (consommation d’énergie, émission de gaz à effet de serre, etc.), cet ouvrage souligne l’empreinte de leur fabrication, de leur transport et de leur fin de vie. Par exemple, si nous réglions le problème du climat, sans nous occuper de questions telles que le manque d’eau, la pollution atmosphérique et la « soupe de plastique », rien ne serait résolu pour autant.

Prendre en considération ces impacts indirects et multiples, cette empreinte écologique cachée, est un pas vers des choix plus responsables pour chacun d’entre nous dans notre vie de tous les jours. Babette Porcelijn nous livre connaissances, outils et astuces pour parvenir à vivre d’un pas léger sur la Terre.

x 14 19 368 p. Nature en crise
penser la biodiversité
T
Devictor Vincent B essai biodiversité 2015 15/01/15 9782021219142 Seuil Anthropocène Politique et société -écologie 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

La biodiversité est devenue en l’espace de trente ans une notion centrale et féconde de l’écologie scientifique, une préoccupation politique internationale, et l’occasion de repenser notre rapport à la nature.

Qu’est devenue aujourd’hui la notion de biodiversité ? Si la définition scientifique du terme paraît simple (la biodiversité désigne l’ensemble de la diversité du vivant des gènes aux écosystèmes), les savoirs écologiques ont beaucoup progressé ces dernières années et il était temps d’en faire une synthèse à la pointe des savoirs et accessible à tous. Le constat du déclin de cette biodiversité se fait également de plus en plus précis et pressant. Comprendre la biodiversité et ses enjeux, c’est enfin s’interroger sur les éthiques et les valeurs susceptibles de guider nos actions individuelles et collectives vis-à-vis de notre environnement.

x 14 19 180 p. Lettre à la Terre
Et la Terre répond
T
Azam Geneviève B 2019 05/09/19 9782021427837 Seuil Anthropocene Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Serions-nous accablés par les données chiffrées des désastres écologiques, soumis à l’administration des catastrophes et aux mirages d’un capitalisme vert, privés de notre univers sensible, au point d’assister passivement à une histoire " sans nous " et sans " nous ", à un exil sans retour ? Pour conjurer ce destin, Geneviève Azam écrit une lettre à la Terre. Comment une terrestre peut-elle s’adresser à cette correspondante étrange, vivante et sensible, blessée, à cette présence à la fois bienfaisante et menaçante, irréductible, à la Terre-mère, à la Terre-mémoire ? En disant l’effroi, les attachements réciproques, les histoires communes et les lueurs d’un soulèvement éthique et politique pour défendre son altérité et les mondes qu’elle abrite.

La Terre se rebelle. Elle menace, elle déjoue les " lois " de l’économie et sabote les projets d’une illusoire toute-puissance. Sa part sauvage réveille nos sens asphyxiés. Comment nous allier pour résister à ce monde injuste, dégradant et mortifère ? La Terre répond aux terrestres avec un appel vibrant à désobéir et à défaire sans attendre ce qui menace la pérennité et la dignité de la vie.

x 14 19 272 p. Invitation au vivant
Repenser les Lumières à l’âge de l’Anthropocène
T
Weber Andreas B essai 16 septembre 2021 16/09/21 9782021460506 Seuil Anthropocène Politique et société 21,00 € 21 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La biologie conventionnelle tout comme notre culture héritée des Lumières ont jusque récemment évité de s’intéresser à la vie dans toute sa puissance créatrice et signifiante. Toutes deux étaient trop attachées aux catégories de l’individu, de la rationalité et de la concurrence, et lisaient le monde à travers une logique réductionniste manquant la vie elle-même. Pour l’auteur, les organismes sont des « créatures sensibles, plus que physiques, qui vivent des expériences subjectives et produisent du sens ».

Et si, en héritant des Lumières mais en les vivifiant par un rapport renouvelé à la toile des vivants, nous nous demandions à nouveaux frais pour quoi nous vivons : quels sont nos besoins intérieurs en tant que créatures vivantes ? Quelles relations avons-nous, ou devrions-nous avoir, avec les puissances d’agir des vivants autres qu’humains ? Comment produisons-nous ? Pour nos besoins immédiats ou pour le marché ? Comment désintoxiquer la biologie de ses métaphores et cadres de pensée hérités de l’industrialisme libéral du XIXe siècle ? Qu’est-ce que la vie et quel rôle y jouons-nous ? Ces questions sont abordées en sept chapitres enlevés.

x 14 19 210 p. Ils changent le monde !
1001 initiatives de transition écologique
T
Hopkins Rob B essai alternatives, transition 2014 16/10/14 9782021163278 Seuil Anthropocène Politique et société -alternatives 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA
Ce livre est un appel à l’action concrète de la part du fondateur d’un mouvement de la " transition " qui fait tache d’huile en France - via les " villes en transition " et les colibris (P. Rabhi). Il explique pourquoi il faut passer à l’action et, surtout, comment on peut le faire, en présentant de nombreuses histoires d’actions locales réussies : le retour des vergers à St-Quentin, un supermarché coopératif de produits locaux en Espagne, un plan de descente énergétique à Totnes en Angleterre, une monnaie locale à Bristol, le retour de la bicyclette en Italie (dont les ventes ont dépassé depuis peu celle des automobiles), un " Répar’ Café " à Paris, des jardins partagés un peu partout, un moulin en Argentine, une coopérative électrique locale d’énergies renouvelables dans le Japon post-Fukushima, etc.
Après le succès du Manuel de transition (Les éditions Ecosociété, 2010), ce nouveau livre de Rob Hopkins permet au grand public - par son format plus court, son récit vivant d’initiatives concrètes et ses paroles d’acteurs - de découvrir la transition, d’apprendre à s’organiser à l’échelle des quartiers et des territoires pour être mieux plutôt que d’avoir plus.
x 14 19 288 p. Homo detritus
Critique de la société du déchet
T
Monsaingeon Baptiste B essai 2017 04/05/17 9782021352603 Seuil Anthropocène Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Stockés dans des décharges, éparpillés à la surface des océans ou dispersés en particules invisibles dans l’atmosphère, les déchets sont désormais des traces indélébiles de notre présence sur terre autant que des symptômes de la crise du monde contemporain.

Après les avoir enfouis et brûlés, il est devenu impératif de les réduire, de les réutiliser, de les recycler. À l’heure de l’économie circulaire, cette promesse d’un monde sans restes rappelle un mensonge de la tribu Chagga, évoqué par l’anthropologue Mary Douglas : les mâles adultes de cette tribu affirment ne jamais déféquer !

De même, ce livre montre que la quête de pureté et de maîtrise technicienne du déchet dans nos sociétés industrielles fabrique un aveuglement collectif. Il raconte comment Homo detritus, face cachée d’Homo oeconomicus, a cru sauver la planète en « bien jetant ».

Un livre fort sur les impasses des approches « gestionnaires » de notre société du déchet.

x 14 19 234 p. La grande adaptation
Climat, capitalisme et catastrophe
T
Felli Romain B essai climat 2016 21/04/16 9782021288940 Seuil Anthropocène Politique et société -écologie 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Nous sommes entrés dans l’ère de l’adaptation. Malgré les sommets climatiques et environnementaux, les émissions de gaz à effet de serre augmentent et les écosystèmes se dérèglent, préparant une régression des conditions d’habitation humaine de la Terre. Sans le dire ouvertement, les élites politiques et économiques ont renoncé à toute action sérieuse, c’est-à-dire coûteuse pour les profits privés, visant à réduire ces émissions.

La conséquence est claire : si nous ne pouvons plus éviter les changements climatiques, nous devons apprendre à vivre avec eux. L’adaptation aux changements climatiques prend une place de plus en plus importante depuis une quinzaine d’années. Elle risque d’accroître la vulnérabilité des populations à qui elle s’adresse et de renforcer les divisions entre Nord et Sud. Au lieu d’étendre la solidarité et la sécurité sociale, c’est d’abord à une extension des mécanismes de marché que nous assistons.

S’organisent ainsi l’adaptation croissante de notre monde aux impératifs de la croissance capitaliste et la gestion de ses conséquences. Mais cette adaptation-là ne va pas sans résistances sociales et écologistes.

x 14 19 328 p. Géopolitique d’une planète déréglée
le choc de l’anthropocène
T
Valantin Jean-Michel B essai 2017 26/10/17 9782021370041 Seuil Anthropocène Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les changements géophysiques et la crise biologique planétaires en cours sont autant de facteurs de bouleversements géopolitiques rapides, massifs et brutaux. Un nouveau paysage géopolitique et stratégique émerge, marqué par la combinaison du changement climatique et de ses effets systémiques, telles les migrations de masse, la compétition mondiale pour les ressources et la crise des régimes contemporains.

Où les politiques de Trump, de Poutine et de la Chine mènent-elles la planète ? Comment l’épuisement des océans alimente-t-il la piraterie maritime ? Comment le réchauffement de l’Arctique est-t-il exploité par certains intérêts tandis qu’il constitue une immense catastrophe pour des milliards d’humains ? Quelles régions ont-elles les meilleurs atouts pour traverser le XXIe siècle ? L’auteur, spécialiste de géopolitique, nous fait comprendre les liaisons dangereuses entre puissance économique, guerre et environnement. Il nous alerte sur les dangers, les violences et les barbaries qui se profilent.

Le moment du choix collectif entre la « guerre de tous contre tous » sur une planète effondrée ou une alliance stratégique mondiale pour répondre aux nouveaux défis planétaires approche à grands pas.

x 14 19 611 p. La fin de la mégamachine
Sur les traces d’une civilisation en voie d’effondrement
T
Scheidler Fabian B essai effondrement 2020 01/10/20 9782021445602 Seuil Anthropocène Politique et société 23,00 € 23.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Accuser Sapiens, un humain indifférencié et fautif depuis toujours, est une imposture. Notre histoire est sociale : c’est celle des structures de domination nées il y a cinq mille ans, et renforcées depuis cinq siècles de capitalisme, qui ont constitué un engrenage destructeur de la Terre et de l’avenir de l’humanité, une mégamachine. Mais ces forces peuvent aussi être déjouées et la mégamachine ébranlée.

Alors que les alternatives ne manquent pas, quel déclic nous faut-il pour changer de cap et abandonner une voie manifestement suicidaire ? La réponse est dans ce récit. Car seul celui qui connaît sa propre histoire peut être capable de l’infléchir.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |