Collection Famagouste
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

Ouvrages de la collection Famagouste : 6 articles trouvés


6 articles
(3 présents) tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 20 160 p. Le voyage d’Orient T Broquère (de la) Bertrandon récit 2010 17/03/10 9782914777599 Anacharsis Famagouste Littérature 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

En l’an de grâce 1431, Bertrandon de la Broquière, "écuyer tranchant" du duc Philippe de Bourgogne, dit le Hardi, s’embarque pour ce que l’on nommait alors l’Outre-mer, l’Orient de la Terre sainte, des mondes turcs et balkaniques. Ce qui a l’apparence d’un simple pélerinage à Jérusalem va se transformer en l’un des plus étonnants voyage qu’un Occidental ait entrepris dans ces régions, et, surtout, en l’un des récits de voyages médiévaux les plus lumineux qui ait jamais été écrits.

C’est que Bertrandon a été mandaté par son seigneur pour lui décrire ces pays des mondes turcs naissants, en vue de satisfaire certains espoirs de conquête. Plus prosaïquement, Bertandon est un espion. Et pour mener à bien sa mission, il décide de faire le chemin du retour par voie de terre, autrement dit de traverser de part en part la Turquie, d’Orient et d’Occident. Il s’engage donc clandestinement dans une caravane revenant du pélerinage de la Mecque, et pénètre ce que l’on nommait alors la Turcomanie en direction de Constantinople, capitale fantôme de l’Empire byzantin en décomposition.

L’immense qualité du récit de Bertrandon ne réside nullement dans le merveilleux ou le fantastique. C’est ici tout le contraire. Jamais peut-être un esprit aussi vif que le sien ne nous a permis de toucher véritablement la réalité des pays qu’il traverse. Non pas un réel théorisé, pensé, conçu et réfléchi, mais celui tout de couleur, d’odeur et de bruit que l’on rencontrait alors sur les grands chemins du Proche Orient et des Balkans.

x 12,5 20 112 p. Tueur de bisons T Mayer Frank témoignage société américaine 2010 15/10/10 9782914777681 Anacharsis Famagouste Littérature 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Frank Mayer s’est endormi de son dernier sommeil en 1954, à l’âge de 104 ans, dans la petite ville minière de Fairplay dans le Colorado.

Avec lui disparaissait le dernier tueur de bisons. Peu auparavant, il avait eu la bonne idée de livrer à l’écriture les souvenirs de sa jeunesse passée sur la piste des "buffalos". Porté par la gouaille d’un vieux briscard narquois, le récit remarquablement vivant qu’il délivre compose un témoignage à la fois édifiant, fascinant et obscène sur un carnage sans précédent sous le soleil : on estime les bisons américains au nombre de 15 ou 20 millions en 1870 ; moins d’une décennie plus tard, il en restait tout juste quelques centaines. Frank Mayer fut l’un de ceux qui participèrent au massacre, et il détaille avec minutie le quotidien de ces années de tueries. La mythologie sentimentale et naturaliste du bison comme symbole romantique d’un monde perdu tombe en lambeaux devant le trivial du réel. Mayer n’était pas tant un aventurier qu’un patron de PME. Son entreprise consistait à tuer des buffalos, à en vendre les peaux et ceci tant qu’il en restait. Le récit de Franck Mayer dévoile l’équation fondamentale sur laquelle a reposé l’ultime essor de la nation américaine dans ces années cruciales : l’argent et les armes à feu.

x 12,5 20 202 p. Sous le burnous T France Hector nouvelles Algérie 2011 29/04/11 9782914777759 Anacharsis Famagouste Littérature -poches 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Ce n’est pas un écrivain pour lecteurs délicats. Officier en Algérie durant les années 1860, il compose ici à partir de ses souvenirs de jeunesse seize fictions qui forment les mille et un jours du cauchemar colonial.

Armé d’un style affûté et d’un humour grinçant, loin de se complaire dans des bizarreries exotiques nimbées des vapeurs du kif, il écorche vif l’orientalisme flamboyant : délires de soldats traumatisés, bassesses révulsantes de misérables poussés à la dernière extrémité, ignominies des puissants - le cynisme et l’oppression envahissent la scène jusqu’à basculer parfois dans l’horreur pure.

La gifle remue aujourd’hui avec d’autant plus d’efficacité que Sous le burnous, paru en 1886, constitue comme une épouvantable préface à l’autre guerre d’Algérie - en réalité la même, sans doute - dont les plaies profondes n’ont pas fini de suppurer.

Préface de Éric Dussert, bibliomane, collaborateur au Matricule des Anges et directeur de la collection "L’Alambic" aux éditions L’Arbre vengeur..


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |