violence - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 57 documents sur le thème : violence



57 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 21 411 p. Violences politiques en France T Sommier Isabelle B enquête politique, violence mars 2021 18/03/21 9782724627305 Sciences Po Academique Politique et société 24,00 € 24.00 sur commande ?
AA AA

Les actes violents commis au nom d’une cause ne sont pas quantifiés, contrairement à ceux de la délinquance dont les statistiques se voient diffusées régulièrement. Pourtant, les images des violences politiques s’invitent chaque jour dans nos salons : attentats, dégradations d’équipements publics, séquestrations, etc. Prenant froidement le parti des chiffres, les auteurs ont constitué une base inédite de quelque 6 000 épisodes de violence politique survenus de 1986 à nos jours, en les catégorisant selon la nature de la cause défendue : idéologique, indépendantiste, religieuse, professionnelle ou sociétale.

Leur approche à la fois quantitative et narrative, portant sur une trentaine d’années, fait tomber nombre de présupposés du débat politico-médiatique. Sans masquer la tragédie des attaques terroristes ni les manifestations émeutières des années récentes, elle nuance l’idée d’un regain de violence politique en France, où le nombre d’atteintes aux personnes est aujourd’hui très inférieur à celui des atteintes aux biens.

Elle confirme un net recul de la violence indépendantiste, mais révèle aussi toute la palette d’expressions d’une colère grandissante contre la démocratie représentative.

x 15,7 24,2 336 p. Les violences politiques en Europe
Un état des lieux
T
Crettiez Xavier, Mucchielli Laurent B essai politique, Europe, violence 2010 27/05/10 9782707164582 la Découverte recherches Politique et société 27,40 € 27.40 épuisé
AA AA

Emeutes, hooliganismes, terrorismes, crimes racistes, crimes d’Etat...

Ces violences sont rarement analysées comme des violences politiques clans le débat public. La notion même de violence politique reste floue. Où commence-t-elle, où s’arrête-t-elle ? Est-elle en recrudescence ou en voie de disparition ? Certains pays européens sont confrontés de longue date à une violence politique organisée. D’autres connaissent des sursauts de violences motivées par des convictions idéologiques, des ressorts identitaires, des mises à l’écart sociales ou des transformations de régime.

C’est cette variété de violences politiques - qu’elles soient de type idéologique, nationaliste, émeutière, ou encore étatique - qui est analysée dans cet ouvrage. Quinze chercheurs en sciences sociales français et étrangers, soucieux de rendre accessibles leurs observations empiriques, y décryptent pour cela un ensemble de situations : violences islamistes, d’extrême gauche et d’extrême droite, paramilitarisme nord-irlandais, violence de l’ETA ou des groupes clandestins corses, phénomènes émeutiers français et anglais, hooliganisme, évolutions du maintien de l’ordre, violence politique à l’oeuvre en période de changement de régime en Europe centrale et orientale, violence des mouvements sociaux.

x 14,5 20 224 p. Les violences ordinaires des hommes envers les femmes T Brenot Philippe essai violence, violences conjugales 2008 29/02/08 9782738120755 Odile Jacob Politique et société -femmes 20,90 € 20.90 présent à Plume(s)
AA AA
Les relations de couple modernes nous imposent d’inventer de nouvelles manières d’être ensemble. Impossible de le faire sans admettre l’existence de cette violence ordinaire et sans y remédier de façon à éviter de réveiller la guerre des sexes.
x 13,5 21,5 158 p. Violences de genre, violences du handicap T Piot Maudy B, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir  B essai handicap, violence, genre 2016 01/02/16 9782343086712 L’Harmattan Politique et société -femmes 17,50 € 17.50 présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre aurait pu s’intituler Dévoiler l’invisible ! L’invisible ? C’est cette constatation qui nous glace d’effroi : quatre femmes handicapées sur cinq sont victimes — ou ont été victimes — de violences ou de maltraitantes ! On ne le sait pas ! On ne le voit pas ! Face à ce constat, que dire ? Que faire ? Ici se conjuguent les combats d’une association de femmes, pour la plupart handicapées, et les invitations (pour ne pas dire les injonctions) à réfléchir, à penser que nous livrent des sociologues, psychologues, psychiatres, anthropologues ou témoins, acteurs de la vie quotidienne.

Après avoir lu ce livre riche et violent, on dira avec la fondatrice de FDFA : "Aujourd’hui, violences de genre, violences du handicap, on ne peut plus dire qu’on ne sait pas, qu’on ne peut pas ! "

x 12 19 126 p. Les violences contre les femmes T Jaspard Maryse B enquête violence, femmes 2011 19/05/11 9782707168948 la Découverte Repères Sociologie Politique et société -femmes 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA
La prise en compte des violences contre les femmes en tant que problème de société s’est consolidée au cours des dix dernières années ; en 2010, la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale par l’Etat français. Mais que recouvre le concept de violences contre les femmes ? Comment identifier les formes de violence ? Quelle est leur ampleur ? Qui sont les victimes ? Qui sont les agresseurs ? Des enquêtes récentes de victimation donnent des estimations des faits de violences.
Mais seule une analyse approfondie du phénomène permet de déconstruire les idées reçues et de lever les tabous. L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff, 2000) a répondu à cette nécessité ; elle demeure la source principale de l’étude sociologique de ces violences. La mondialisation de la reconnaissance des violences faites aux femmes reste un élément majeur du combat contre les inégalités entre les sexes.
Le chiffrage de ces violences relève d’enjeux politiques et sociaux fondamentaux, à l’échelon national et international.
x 11,6 17,6 126 p. Les violences à l’école T Carra Cécile B, Faggianelli Daniel B doc école, violence 2011 25/10/11 9782130588283 PUF Que sais-je ? Politique et société -école 9,00 € 9.00 sur commande ?
AA AA

Une enseignante bousculée par des parents dans une école d’un quartier " pourtant calme ", des élèves abattus dans un pays qui n’est " pourtant " pas les États-Unis.

Les réactions politiques se multiplient : discours de soutien aux victimes ou de dénonciation des auteurs de violence, lois, circulaires, plans de lutte. Des états généraux sont convoqués, des commissions créées, des recherches commanditées et de nouvelles lois votées. Faut-il plus de fermeté et plus de sanctions ? Faut-il construire des dispositifs particuliers pour les élèves violents ? Depuis le début des années 1990, s’est imposée dans le débat public une évidence de la violence.

Face à ce phénomène, ce livre cherche moins à imposer un discours de plus sur la violence à l’école qu’à proposer les outils permettant de mieux saisir les enjeux, de sa dénonciation et de son traitement, des manières de l’étudier et des conceptions sous-jacentes de l’individu et de la société qu’elles supposent. Il dresse ainsi un état actuel des recherches et évaluations existantes sur les formes de violences à l’école.

x 16 23 476 p. La violence monothéiste T Soler Jean B essai religion, violence 2009 21/01/09 9782877066754 de Fallois Litterature De Fallois Politique et société -laïcité 24,00 € 24.00 sur commande ?
AA AA
Il y a violence et violence. Jean Soler s’attache à étudier ici la violence qui est pratiquée pour des raisons religieuses. Dans le prolongement de sa trilogie Aux origines du Dieu unique, il soutient que l’extrémisme qui se traduit sous nos yeux par des massacres collectifs n’est pas la dérive accidentelle que peut subir, passagèrement, n’importe quelle religion, c’est une tendance inhérente aux trois religions monothéistes, qui trouve sa source dans l’idéologie biblique. Pour nous en convaincre, l’auteur confronte le monde de la Bible à deux civilisations polythéistes qui se sont formées à la même époque, la civilisation grecque et la civilisation chinoise. Ni l’une ni l’autre n’a justifié l’usage de la violence au nom d’un dieu et elles n’ont pas connu de guerres de religion. Jean Soler s’est attardé sur la civilisation grecque parce que notre propre civilisation est née au confluent de la Grèce et d’Israël. C’est ainsi que ce livre comporte dans sa partie centrale un Parallèle entre Athènes et Jérusalem. L’auteur examine ensuite l’influence qu’a eue le modèle biblique, avec sa propension à l’extrémisme, sur l’Occident devenu chrétien, et sur les terres musulmanes. Il décèle cette influence jusque dans des doctrines qui n’ont rien, en apparence, de religieux, comme le marxisme et l’hitlérisme. Il nous fait faire par ce biais un parcours de la pensée humaine de l’Antiquité à nos jours.
x 15 21 175 p. La violence éducative
un trou noir dans les sciences humaines
T
Maurel Olivier B essai éducation, école, violence 2012 01/07/12 9782916032252 L’Instant présent Politique et société -école 23,00 € 23.00 sur commande ?
AA AA

Père, grand-père, enseignant pendant près de 40 ans et militant pacifiste de longue date, Olivier Maurel fut parmi les premiers en France à attirer l’attention sur la nocivité des punitions corporelles, avec son livre précurseur, La fessée, questions sur la violence éducative (éditions La Plage, 2001).

Il nous propose aujourd’hui de poursuivre la réflexion sur ce sujet au cœur de l’actualité, en explorant la façon dont les chercheurs en sciences humaines considèrent la violence éducative. Olivier Maurel fait un constat étonnant et significatif : les travaux de recherche en sciences humaines occultent tout simplement cette forme de violence, ou en nient les conséquences. Grâce à l’analyse approfondie de nombreux exemples extraits d’ouvrages récents, Olivier Maurel met brillamment en évidence les raisons qui entraînent véritablement la violence éducative dans un « trou noir ». Il montre aussi les conséquences : une vision tronquée des causes profondes de la violence humaine, un pessimisme face à son développement et une impuissance à la réduire ou même à la limiter.

Mais surtout, en s’appuyant sur quelques auteurs clairvoyants, sur les plus récentes découvertes de la biologie, de la neurophysiologie, de la psychologie cognitive, Olivier Maurel indique quelles voies de recherches prometteuses s’ouvrent aux scientifiques qui se saisiront du sujet. Plus largement, Olivier Maurel propose aux parents, éducateurs, étudiants et chercheurs en sciences humaines de renouveler leurs conceptions sur cette question, avec un espoir : que la prise de conscience de la violence éducative soit le chemin d’une société plus paisible.

x 13,5 22 153 p. La violence à l’école
édition revue et augmentée
T
Defrance Bernard B essai éducation, violence 2009 20/08/09 9782707158505 la Découverte Politique et société -école 13,20 € 13.2 8,90 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

La violence à l’école défraie tous les jours la chronique.

Elle est devenue une préoccupation majeure du ministère de l’Education nationale et de l’ensemble du corps social : des colloques sont organisés pour réfléchir à des solutions, et des mesures sont prises à tous les niveaux pour encadrer les " barbares " que seraient les nouveaux collégiens et lycéens, mais elles se révèlent trop souvent insuffisantes et inefficaces. Plusieurs fois réédité depuis sa première publication en 1988, ce livre a été le premier à mettre en cause le fonctionnement de l’institution elle-même : il montre que la violence à l’école trouve largement son origine dans la violence de l’école.

La thèse que Bernard Defrance défend depuis plus de vingt ans commence à être entendue : tant qu’on ne s’attaquera pas aux violences ordinaires, consubstantielles à notre système scolaire, qui s’exercent quotidiennement contre les élèves (brimades diverses, interrogatoires humiliants, notations empiriques, procédures de sélection, punitions illégales...), on ne résoudra rien. Et les établissements, en tout premier lieu ceux des quartiers défavorisés, continueront à être des marmites sous pression.

Cette nouvelle édition est entièrement actualisée : elle tient compte des dernières études et les propositions pour agir et prévenir s’appuient sur les évolutions récentes. Une lecture indispensable pour tous les professionnels concernés et pour les parents sensibles aux problèmes de l’école.

x 13 20 161 p. La violence : oui ou non
Une discussion nécessaire
T
Anders Günther B essai violence 2014 14/06/14 9791091902076 Fario »» Politique et société 17,50 € 17.50 sur commande ?
AA AA
« Seuls les exaltés surestiment la force de la raison. La première chose qui incombe au rationalisme, c’est de ne se faire aucune illusion sur la force de la raison, sur sa force de conviction. C’est pour cela que j’aboutis toujours à la même conclusion : la non-violence ne vaut rien contre la violence. Ceux qui m’obligent à briser le tabou du meurtre peuvent être certains que je ne leur pardonnerai jamais » .
x 11 17 152 p. Une théorie féministe de la violence
Pour une politique antiraciste de la protection
T
Vergès Françoise B essai féminisme, violence novembre 2020 06/11/20 9782358722049 La Fabrique Politique et société -femmes 12,00 € 12.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

De nos jours, dans notre Occident moderne et progressiste, il est difficile d’imaginer de politique publique qui ne fasse mention des droits des femmes. Selon un retournement particulièrement cruel, les gouvernements n’en retiennent que l’aspect le plus franchement répressif, à savoir la lutte contre les violences faites aux femmes. Dans ce livre, et après avoir signé un pamphlet pour un féminisme décolonial, Franc ?oise Vergès propose de prendre à bras-le-corps ce pont aux ânes des violences.

Elle propose de retourner la question : qui produit la violence ? Quelques hommes violents et délinquants sexuels, qui sont d’autant plus exposés à la vindicte publique qu’ils sont noirs, arabes ou musulmans ? Ou est-ce avant tout l’État, son armée, sa police, ses prisons, ses appareils idéologiques ? Dit comme cela, la réponse semble s’imposer, pour autant qu’on s’inscrit dans la politique d’émancipation.

Il est beaucoup plus difficile de tirer toutes les conséquences de ce principe louable : accuser l’État et le système d’abord. On sera vite tenté de s’arrêter en chemin par un " je sais bien, mais quand même " : comment protéger les victimes ? Que faire des agresseurs si l’on s’attaque à la police et aux prisons ? L’urgence n’est-elle pas d’abord d’enregistrer les plaintes pour viol, ou d’empêcher un homme de tuer sa femme en imposant l’éloignement de l’agresseur ? Et pourtant, Vergès montre qu’il est plutôt urgent de dissocier la protection et la violence de l’État.

C’est pourquoi il s’agit de commencer par montrer combien la soi-disant protection de l’État est elle- même partie prenante de la spirale de la violence qu’il s’agit d’enrayer. Cette folle mécanique, c’est la production de masculinités toxiques par la prison ; c’est la persécution des hommes racisés et la violence en retour qui s’abat sur les femmes racisées ; c’est la guerre civile préventive dans les quartiers populaires et la guerre civile tout court dans le Sud global ; c’est la destruction des familles populaires et racisées sous les coups de boutoir du néolibéralisme et du racisme.

Dans ce contexte, une politique de la prévention est à penser à travers le démantèlement de ces structures, à travers une autre idée de la justice (plutôt réparatrice que punitive), à travers la reconnaissance des mères prolétaires et racisées comme sujet féministe, à travers une politique de paix civile.


Françoise Vergès présente "Une théorie féministe de la violence" sur Vimeo.

x 12 19 128 p. La terreur féministe
Petit éloge du féminisme extrémiste
T
Irene  B essai violence février 2021 12/02/21 9791097088385 Divergences Imaginaires Subversifs Politique et société -femmes 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

"A Le féminisme n’a jamais tué personneA ". Cette phrase est brandie depuis des décennies par le discours féministe majoritaire. Comme si les féministes cherchaient à rassurer un patriarcat pétri d’angoisse, ou à appuyer l’idée - déjà bien répandue - qu’une femme ne peut pas faire peur, qu’une femme ne peut pas être dangereuse. Mais est-il vrai que le féminisme n’a jamais tué personne ? Elles s’appellent Maria, Noura, Judith, Diana, Christabel.

Elles ont fait usage de la violence contre la patriarcat. Elles ont touché au grand tabou. Pour nourrir une réflexion sur la place de la violence dans la lutte contre le patriarcat, Irene nous raconte l’histoire de ces femmes violentes.

x 13,5 22 179 p. Sortir de la violence par le conflit
Une thérapie sociale pour apprendre à vivre ensemble
T
Rojzman Charles B essai conflits, violence 2008 13/11/08 9782707151100 la Découverte Divers 15,30 € 15.30 épuisé
AA AA

Quand la peur et la violence s’imposent au quotidien, la tentation est grande de se poser en victime et de considérer l’« autre » comme un ennemi. Comment sortir de cette spirale ? Comment faire face autrement à la violence et au racisme ? C’est à ces questions que s’attelait Charles Rojzman en 1998 dans son ouvrage Savoir vivre ensemble (La Découverte/Poche, 2001).

Fort des multiples expériences et rencontres effectuées depuis, il propose dans ce nouvel ouvrage de prolonger la réflexion sur cette « thérapie sociale » qu’il mène depuis de nombreuses années en France et à l’étranger, dans les banlieues et dans les milieux les plus divers, consistant à transformer la violence en conflit. Car pour sortir de la violence, il ne s’agit pas d’éviter le conflit, mais au contraire de lui donner un cadre d’expression pour qu’il ne dégénère pas en haine.

À partir de nombreuses expériences de terrain, l’auteur nous montre comment, en suscitant la rencontre entre des personnes, des groupes ou des institutions qui se haïssent, se méprisent ou s’ignorent, il est possible de sortir du sentiment d’impuissance, de restaurer le lien social et de contribuer à l’émergence d’une démocratie forte. Les outils proposés visent à former des individus démocrates, capables de résister aux endoctrinements et aux psychoses collectives, et à modifier les fonctionnements institutionnels pour favoriser l’exercice de la raison critique, de la responsabilité et de la sociabilité.

x 15 20,8 64 p. Silence, la violence ! T Girardet Sylvie B, Rosado Puig B jeunesse violence 2004 10/02/04 9782218754661 Hatier Citoyens en herbe Jeunesse -philo 7,20 € 7.20 sur commande ?
AA AA
Face à un conflit, il y a d’autres alternatives que la violence. Loups, chameaux, oiseaux, chat, souris, cochons, taupe et ouistitis prouvent, à travers six petites fables, que discuter vaut mieux que se battre, que l’écoute est préférable au rejet, que rien ne vaut l’entraide et qu’il faut toujours parler de ce qui peut blesser.
x 14 21 160 p. La seule chose à briser, c’est le silence T Hathroubi-Safsaf Nadia B violence, violences conjugales 2015 05/03/15 9782359301212 Les Points sur les i Mise Au Point Politique et société -femmes 14,90 € 14.90 présent à Plume(s)
AA AA

654 000 femmes déclaraient avoir été victimes de violences physiques en 2009 soit plus de 20 000 qu’en 2008. C’est ce qui avait conduit le Gouvernement de l’époque à proclamer la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale » en 2010.

La loi du 9 juillet 2010 institue donc le 25 novembre comme « journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes ». Malgré ses initiatives, la parole peine à se libérer. Les femmes mal informées, mal accompagnées ne portent que rarement plainte (seules 16% d’entre elles). En 2013, 129 femmes étaient tuées par leurs conjoints ou ex-compagnons et 33 enfants sont morts. Des chiffres qui font froid dans le dos.

Derrière ces chiffres se cachent des histoires tragiques.

Une quinzaine d’auteurs ont donc relevé le défi d’ « humaniser » ces victimes en imaginant une fiction autour de ce thème difficile des violences faites aux femmes : Harcèlement moral, sexuel, viol, insultes, coups.

Fatima Ait Bounoua, Iman Bassalah, Chloé Juhel, Manon L’hostis, Marion McGuinness, Nadia Henni-Moulaï, Karima Peyronie, Rachid Santaki, Marlène Schiappa, Nadia Sweeny, Mabrouk Rachedi, Erwan Ruty, Djeffa Tisserand, Raphal Yem.

Les droits d’auteur seront reversés à l’association du "Côté des femmes".

x 14 21 200 p. Se défendre
une philosophie de la violence
T
Dorlin Elsa B histoire violence 2016 20/10/16 9782355221101 Zones »» Politique et société 18,00 € 18.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucunes armes offensives ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial français interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent tout en prétendant qu’il était agressif, armé et menaçant.

Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » et ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes et des opprimés au profit d’une minorité jouissant d’un droit permanent à porter des armes et à en user impunément pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Du jiu-jitsu des suffragettes aux pratiques insurrectionnelles du ghetto de Varsovie, des fusils des Black Panthers aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie philosophique de l’autodéfense politique. Derrière l’histoire officielle de la légitime défense, il est ici question du récit des « éthiques martiales de soi », ces histoires ensevelies où le Sujet ne préexiste pas à sa propre défense, où le fait de se défendre en attaquant apparaît à la fois comme la condition de possibilité d’un soi et la matière des mythologies politiques.

Cette histoire – une histoire de la violence – conditionne la définition même de la subjectivité moderne. Elle s’écrit à la lumière d’une relecture critique de l’histoire de la philosophie politique, où Hobbes et Locke sont à confronter avec Franz Fanon, Michel Foucault ou Judith Butler.

x 13 21 196 p. Le scandale des violences conjugales T Guesnier Caroline B enquête famille, violence 2017 15/04/17 9782343117805 L’Harmattan Politique et société -femmes 20,00 € 20.00 sur commande ?
AA AA

En 2010, la France se mobilisait contre les violences conjugales. Une loi novatrice, qui devait a.En 2010, la France se mobilisait contre les violences conjugales les déclarant grande cause nationale. Une loi formidable, qui devait apporter des solutions novatrices, était votée. La précision de son texte et ses mesures intégraient les diverses formes de violences au sein du couple. Tout semblait indiquer que ce pan de la société allait favorablement évoluer.

Sept ans plus tard, le taux de classement sans suite des plaintes reste une énigme, tout autant que la statistique des décédées au sein du couple.

Des femmes et enfants vivent ces violences au quotidien. Lorsque le choix a été fait de quitter le conjoint, ces violences sont entretenues voire aggravées par nos institutions.

La France protège-t-elle ses bourreaux ? C’est à cette question que nous tentons de répondre.

x 15 22 78 p. Repérer et éviter les douces violences dans l’anodin du quotidien T Schuhl Christine guide violence 2009 31/01/09 9782850087493 Chronique sociale Pratique -développement personnel 12,70 € 12.70 présent à Plume(s)
AA AA
Après le succès de ses premiers ouvrages, Vivre en Crèche, Remédier aux douces violences et Réaliser un projet accueil petite enfance, Christine Schuhl continue de bousculer notre confort. La voici à présent tournée vers notre quotidien. Que ce soit autour du bébé, de l’adolescent, de l’adulte ou de la personne vieillissante, des paroles, des gestes, des attitudes blessantes parasitent nos relations. "Les douces Violences" semblent envahir notre vie. La vigueur des réactions autour de cette thématique des douces violences et l’accompagnement de nombreux professionnels de l’enfance ont poussé Christine Schuhl à entreprendre cet ouvrage afin que notre regard change. C’est dans cet objectif que chaque bande dessinée a pour but d’interpeller notre bon sens. Ce livre tendre et profond touche notre histoire, parce qu’il est tiré d’un quotidien. apparemment sans histoire.
x 12 22,5 112 p. Quand les violences vous touchent T Laouénan Christine B, Vaillant Maryse B, Livache Philippe guide violence 2010 04/03/10 9782732440750 de la Martinière »» Pratique -parentalité 11,20 € 11.20 épuisé
AA AA

Brutalité de l’info au J.T., violence des images véhiculées par les médias, brimades au sein de la famille ou d’un quartier... L’adolescent doit apprendre à comprendre les violences qu’il subit au quotidien pour mieux les affronter.

Voici un guide clair et intelligent, qui apporte une aide immédiate grâce à :
- Des informations précises et utiles pour se sortir de l’engrenage de violences, dans sa famille et à l’école.
- Des analyses concrètes et sensibles sur les différentes sortes de violences.

Ecrit par deux auteurs qui collaborent depuis longtemps sur les questions des violences adolescentes,
- De nombreux témoignages d’adolescents mais aussi d’adultes qui permettent à l’adolescent de ne pas se sentir seul face aux violences qu’il doit affronter.

Avec des mises à jour, de nouvelles adresses et des sites Internet pour les guider. *

Christine Laouénan est journaliste pigiste dans le domaine de la santé depuis plus de vingt ans dans la presse grand public, pour la Mutualité française et pour des agences de communication. Elle a publié Les violences du quotidien, Non au racket !, Jamais jaloux, vous ?. Elle vit à Issy-les-Moulineaux.

x 13 21,5 176 p. Quand les mots manquent la violence explose
essai sur la passage à l’acte
T
Barbin Marie-Claude B essai violence, communication 2011 12/09/11 9782296564695 L’Harmattan Pratique -développement personnel 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA
Cet essai sur le passage à l’acte se veut un questionnement sur ce qui fait que l’on passe à l’acte (ou pas) dans une situation insupportable, difficile à gérer. L’acte est un appel au secours, une quête de sens. La parole permettait de de désamorcer l’acte. Émaillée d’anecdotes, de fragments d’histoires singulières, cette lecture non exhaustive de la violence incite à la réflexion et ouvre quelques pistes sur un phénomène qui prend de l’ampleur.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |