violence - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 57 documents sur le thème : violence



57 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 8,5 12 160 p. Le décodeur des violences éducatives ordinaires T Quelen Céline B violence avril 2021 22/04/21 9782412067147 First Le Petit Livre Pratique -parentalité 2,99 € 2.99 présent à Plume(s)
AA AA

Le petit livre pour décoder les violences éducatives ordinaires, toutes les clés pour mieux les identifier, prévenir et protéger. Avec ce petit livre, apprenez à reconnaître les VEO, les violences éducatives ordinaires (psychologiques, verbales ou physiques). Quelles sont-elles et d’où viennent-elles ? A découvrir sous deux aspects : Une définition théorique et historique de ces violences, devenues enjeux de société et de santé publique, un reflet de la progression du droit des enfants.

Une aide aux parents pour poser les bases d’une éducation respectueuse et bienveillante. Comment lutter contre des usages établis et avancer dans une parentalité apaisée en faisant la paix avec son histoire personnelle ?

x 10,5 15 48 p. Attention je mords T Mathis Paul B jeunesse, roman violence, silence, oubli, deuil 2009 18/03/09 9782844207326 Thierry Magnier Petite Poche Jeunesse -littérature 5,10 € 5.10 présent à Plume(s)
AA AA

Fou de rage, René a frappé Lucas et Lucien sans raison apparente. Son grand-père intervient pour apaiser René et comprendre les raisons de cette violence soudaine. René est né le jour anniversaire de la mort d’un frère aîné, alors on fête son anniversaire une semaine avant. La maîtresse, sans savoir le fin mot de l’histoire, demande la raison de ce décalage, et René, submergé par l’émotion, fond en larmes. Lucas et Lucien en profitent pour se moquer du pleurnicheur, déclenchant alors une crise de rage. Pourtant la maîtresse comprend bien son chagrin, puisque, elle aussi, a perdu un frère autrefois, frère qui lui manque encore.

Mathis abandonne un peu son humour décalé, pour raconter avec subtilité et sensibilité un deuil d’enfant, porté par le frère suivant qui ne l’a pas connu. Cette histoire, même triste, peut aussi être rassérénante. René découvre avec son institutrice qu’un deuil peut devenir douceur, qu’y penser souvent et longtemps ne fait pas mal.

x 11 17 75 p. Archéologie de la violence
la guerre dans les sociétés primitives
T
Clastres Pierre B essai violence, archéologie 2013 14/02/13 9782815907194 l’Aube L’Aube poche essai Divers -sciences 6,80 € 6.80 manquant sans date
AA AA
Le meilleur ennemi de l’État, c’est la guerre . Cet essai propose une réflexion novatrice sur la guerre. Pour Pierre Clastres, la guerre est une façon de repousser la fusion politique, et donc d’empêcher la menace d’une délégation de pouvoir menant aux dérives intrinsèquement liées à la trop grande taille d’une société. La guerre et l’institution étatique, posées dans une relation d’exclusion, chacune impliquant la négation de l’autre, se conditionnent donc mutuellement.
x 11 18 379 p. C’est pour ton bien T Miller Alice B enquête éducation, violence, EnviesEnjeux mallette 0 2015 11/03/15 9782081347328 Flammarion »» Pratique -parentalité 9,00 € 9.00 sur commande ?
AA AA

" L’opinion publique est loin d’avoir pris conscience que ce qui arrivait à l’enfant dans les premières années de sa vie se répercutait inévitablement sur l’ensemble de la société, et que la psychose, la drogue et la criminalité étaient des expressions codées des expériences de la petite enfance... Ma tâche est de sensibiliser cette opinion aux souffrances de la petite enfance, en m’efforçant d’atteindre chez le lecteur adulte l’enfant qu’il a été."

Ce livre intelligent et chaleureux dénonce les méfaits de l’éducation traditionnelle - qui a pour but de briser la volonté de l’enfant pour en faire un être docile et obéissant -, et montre comment, fatalement, les enfants battus battront à leur tour, les menacés menaceront, les humiliés humilieront ; comment, surtout, à l’origine de la pire violence, celle que l’on s’inflige à soi-même ou celle que l’on fait subir à autrui, on trouve toujours le meurtre de l’âme enfantine.

Cette " pédagogie noire ", selon l’expression de l’auteur, est illustrée par des textes du XVIII-XIXe siècle, stupéfiants ou tragiques, reflétant les méthodes selon lesquelles ont été élevés nos parents et nos grands-parents, et par trois portraits d’enfances massacrées : celle de Christine F., droguée, prostituée, d’un jeune infanticide allemand - et d’Adolf Hitler, que l’on découvrira ici sous un jour tout à fait inattendu.

Un livre à mettre d’urgence entre toutes les mains.

x 11 18 144 p. Une critique anarchiste de la justification de la violence T Désobéissances libertaires  B essai anarchisme, violence 2019 09/10/19 9782351041345 Atelier de création libertaire (ACL) Politique et société 8,00 € 8 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Si nous reconnaissons le caractère dominateur et réactionnaire de la violence de l’État, il est alors tout à fait logique d’étendre cette critique à la violence en général. Même s’il y a une différence entre la violence de l’oppresseur et la violence des opprimé·e·s, malgré tout, la violence est en soi un phénomène qui possède sa propre dynamique autoritaire et anti-émancipatrice, quand bien même elle se manifeste comme une contre-violence des opprimé·e·s. C’est pourquoi la critique radicale de la violence est toujours en même temps aussi une critique radicale de la domination et elle est par là ainsi une partie intégrante, absolument nécessaire, de la théorie et de la pratique anarchistes.
x 11 17 152 p. Une théorie féministe de la violence
Pour une politique antiraciste de la protection
T
Vergès Françoise B essai féminisme, violence novembre 2020 06/11/20 9782358722049 La Fabrique Politique et société -femmes 12,00 € 12.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

De nos jours, dans notre Occident moderne et progressiste, il est difficile d’imaginer de politique publique qui ne fasse mention des droits des femmes. Selon un retournement particulièrement cruel, les gouvernements n’en retiennent que l’aspect le plus franchement répressif, à savoir la lutte contre les violences faites aux femmes. Dans ce livre, et après avoir signé un pamphlet pour un féminisme décolonial, Franc ?oise Vergès propose de prendre à bras-le-corps ce pont aux ânes des violences.

Elle propose de retourner la question : qui produit la violence ? Quelques hommes violents et délinquants sexuels, qui sont d’autant plus exposés à la vindicte publique qu’ils sont noirs, arabes ou musulmans ? Ou est-ce avant tout l’État, son armée, sa police, ses prisons, ses appareils idéologiques ? Dit comme cela, la réponse semble s’imposer, pour autant qu’on s’inscrit dans la politique d’émancipation.

Il est beaucoup plus difficile de tirer toutes les conséquences de ce principe louable : accuser l’État et le système d’abord. On sera vite tenté de s’arrêter en chemin par un " je sais bien, mais quand même " : comment protéger les victimes ? Que faire des agresseurs si l’on s’attaque à la police et aux prisons ? L’urgence n’est-elle pas d’abord d’enregistrer les plaintes pour viol, ou d’empêcher un homme de tuer sa femme en imposant l’éloignement de l’agresseur ? Et pourtant, Vergès montre qu’il est plutôt urgent de dissocier la protection et la violence de l’État.

C’est pourquoi il s’agit de commencer par montrer combien la soi-disant protection de l’État est elle- même partie prenante de la spirale de la violence qu’il s’agit d’enrayer. Cette folle mécanique, c’est la production de masculinités toxiques par la prison ; c’est la persécution des hommes racisés et la violence en retour qui s’abat sur les femmes racisées ; c’est la guerre civile préventive dans les quartiers populaires et la guerre civile tout court dans le Sud global ; c’est la destruction des familles populaires et racisées sous les coups de boutoir du néolibéralisme et du racisme.

Dans ce contexte, une politique de la prévention est à penser à travers le démantèlement de ces structures, à travers une autre idée de la justice (plutôt réparatrice que punitive), à travers la reconnaissance des mères prolétaires et racisées comme sujet féministe, à travers une politique de paix civile.


Françoise Vergès présente "Une théorie féministe de la violence" sur Vimeo.

x 11,5 18 125 p. Guide juridique des femmes victimes de violences T Marcovici Céline B, Yang-Paya My-Kim B guide violence, droit, femmes 2016 28/01/16 9782362791758 Alma Editeur Politique et société -femmes 9,90 € 9.90 présent à Plume(s)
AA AA

A-t-on le droit, suite à des violences physiques mais aussi psychologiques, de quitter le domicile familial ? Peut-on obtenir l’incarcération de l’agresseur ? Comment protéger l’enfant d’un père violent vis-à-vis de la mère ? Ce n’est qu’au XXIe siècle qu’a véritablement été prise en compte la nécessité de légiférer pour endiguer les violences physiques, sexuelles ou psychologiques dont les femmes sont victimes dans leur couple, au travail ou dans leur vie quotidienne.

C’est dire l’utilité de ce guide juridique : les lois qui ont été votées sont encore souvent ignorées ou mal comprises alors même que le nombre de victimes reste alarmant. Deux avocates répondent ici à toutes les questions que les femmes violentées, leurs proches, l’entourage, les éducateurs, les médecins et les services spécialisés peuvent se poser. Elles indiquent la marche à suivre selon les cas de figure, signalent les principales institutions et associations à qui s’adresser et proposent un lexique pour faciliter le recours aux armes juridiques dont les femmes aujourd’hui disposent pour se défendre au civil comme au pénal.

x 11,6 17,6 126 p. Les violences à l’école T Carra Cécile B, Faggianelli Daniel B doc école, violence 2011 25/10/11 9782130588283 PUF Que sais-je ? Politique et société -école 9,00 € 9.00 sur commande ?
AA AA

Une enseignante bousculée par des parents dans une école d’un quartier " pourtant calme ", des élèves abattus dans un pays qui n’est " pourtant " pas les États-Unis.

Les réactions politiques se multiplient : discours de soutien aux victimes ou de dénonciation des auteurs de violence, lois, circulaires, plans de lutte. Des états généraux sont convoqués, des commissions créées, des recherches commanditées et de nouvelles lois votées. Faut-il plus de fermeté et plus de sanctions ? Faut-il construire des dispositifs particuliers pour les élèves violents ? Depuis le début des années 1990, s’est imposée dans le débat public une évidence de la violence.

Face à ce phénomène, ce livre cherche moins à imposer un discours de plus sur la violence à l’école qu’à proposer les outils permettant de mieux saisir les enjeux, de sa dénonciation et de son traitement, des manières de l’étudier et des conceptions sous-jacentes de l’individu et de la société qu’elles supposent. Il dresse ainsi un état actuel des recherches et évaluations existantes sur les formes de violences à l’école.

x 12 21 128 p. Derrière les barreaux T Godard Philippe B essai jeunesse, justice, société, violence, droit, prison 2006 31/08/06 9782748504972 Syros J’accuse Politique et société -répression 7,70 € 7.70 3,80 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Pour certains jeunes, aujourd’hui, la prison est perçue comme un « rite de passage ». Un séjour en prison serait une condition pour devenir « quelqu’un ». Les témoignages et le dossier permettront une véritable réflexion visant à démonter cette idée.En effet, la prison, enjeu majeur pour notre société, sera ici envisagée sous un angle inconnu des jeunes et souvent aussi des adultes : les prisonniers. Ils s’adresseront aux lecteurs, et évoqueront plus leur vie intérieure, leur « mental », que les aspects mieux connus comme la promiscuité ou la mauvaise nourriture.
x 12 21 128 p. J’appelle pas ça de l’amour
La violence dans la relation amoureuse
T
Boussuge Agnès et Thiébault Elise essai amour, couple, sexualité, violence, sexisme 2007 16/05/07 9782748505665 Syros Femmes ! Politique et société 7,50 € 7.50 3,70 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Les violences dans le couple sont encore souvent assimilées à la passion amoureuse. Elles peuvent être banalisées ou encouragées par les stéréotypes et les comportements sexistes véhiculés dans les médias et dans la société. Dès l’adolescence, un grand nombre de filles expérimentent la violence dans leurs relations amoureuses avec des garçons. Comment identifier ces processus, y échapper ou y remédier ? Comment apprendre à aimer et régler les conflits, à exprimer ses désirs librement et en se respectant mutuellement ?

Un documentaire inédit et indispensable sur les ressorts de la violence amoureuse et les moyens d’y remédier.

En partenariat avec le MFPF (Mouvement Français pour le Planning Familial)

x 12 18 329 p. La femme qui se cognait dans les portes T Doyle Rody roman violence 2008 30/09/08 9782221111383 Robert Laffont Littérature -poches 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA

Après le succès de sa trilogie de Barrytown et le triomphe de Paddy Clarke Ha Ha Ha, Roddy Doyle réussit un nouveau tour de force avec ce roman où il trouve - lui, un homme - le ton juste pour dire "Moi, Paula, trente-neuf ans, femme battue".

C’est avec un mélange d’humour - irlandais bien sûr - et de cruauté qu’il prend la voix de cette Paula Spencer, une Dublinoise dont la vie conjugale a été ponctuée de raclées, de dents et de côtes brisées, alcoolique au surplus et par voie de conséquence. Mais qui reste digne et garde la force de prétendre, à l’hôpital, après chaque dérouillée, qu’elle s’est "cognée dans la porte", un grand livre.

x 12 22,5 112 p. Quand les violences vous touchent T Laouénan Christine B, Vaillant Maryse B, Livache Philippe guide violence 2010 04/03/10 9782732440750 de la Martinière »» Pratique -parentalité 11,20 € 11.20 épuisé
AA AA

Brutalité de l’info au J.T., violence des images véhiculées par les médias, brimades au sein de la famille ou d’un quartier... L’adolescent doit apprendre à comprendre les violences qu’il subit au quotidien pour mieux les affronter.

Voici un guide clair et intelligent, qui apporte une aide immédiate grâce à :
- Des informations précises et utiles pour se sortir de l’engrenage de violences, dans sa famille et à l’école.
- Des analyses concrètes et sensibles sur les différentes sortes de violences.

Ecrit par deux auteurs qui collaborent depuis longtemps sur les questions des violences adolescentes,
- De nombreux témoignages d’adolescents mais aussi d’adultes qui permettent à l’adolescent de ne pas se sentir seul face aux violences qu’il doit affronter.

Avec des mises à jour, de nouvelles adresses et des sites Internet pour les guider. *

Christine Laouénan est journaliste pigiste dans le domaine de la santé depuis plus de vingt ans dans la presse grand public, pour la Mutualité française et pour des agences de communication. Elle a publié Les violences du quotidien, Non au racket !, Jamais jaloux, vous ?. Elle vit à Issy-les-Moulineaux.

x 12 19 126 p. Les violences contre les femmes T Jaspard Maryse B enquête violence, femmes 2011 19/05/11 9782707168948 la Découverte Repères Sociologie Politique et société -femmes 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA
La prise en compte des violences contre les femmes en tant que problème de société s’est consolidée au cours des dix dernières années ; en 2010, la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale par l’Etat français. Mais que recouvre le concept de violences contre les femmes ? Comment identifier les formes de violence ? Quelle est leur ampleur ? Qui sont les victimes ? Qui sont les agresseurs ? Des enquêtes récentes de victimation donnent des estimations des faits de violences.
Mais seule une analyse approfondie du phénomène permet de déconstruire les idées reçues et de lever les tabous. L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff, 2000) a répondu à cette nécessité ; elle demeure la source principale de l’étude sociologique de ces violences. La mondialisation de la reconnaissance des violences faites aux femmes reste un élément majeur du combat contre les inégalités entre les sexes.
Le chiffrage de ces violences relève d’enjeux politiques et sociaux fondamentaux, à l’échelon national et international.
x 12 19 128 p. La terreur féministe
Petit éloge du féminisme extrémiste
T
Irene  B essai violence février 2021 12/02/21 9791097088385 Divergences Imaginaires Subversifs Politique et société -femmes 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

"A Le féminisme n’a jamais tué personneA ". Cette phrase est brandie depuis des décennies par le discours féministe majoritaire. Comme si les féministes cherchaient à rassurer un patriarcat pétri d’angoisse, ou à appuyer l’idée - déjà bien répandue - qu’une femme ne peut pas faire peur, qu’une femme ne peut pas être dangereuse. Mais est-il vrai que le féminisme n’a jamais tué personne ? Elles s’appellent Maria, Noura, Judith, Diana, Christabel.

Elles ont fait usage de la violence contre la patriarcat. Elles ont touché au grand tabou. Pour nourrir une réflexion sur la place de la violence dans la lutte contre le patriarcat, Irene nous raconte l’histoire de ces femmes violentes.

x 12,5 19 92 p. Il faut sauver Saïd T Smadja Brigitte jeunesse banlieues, violence, collège/lycée, intégration, persécution 2003 09/08/03 9782211072441 Ecole des loisirs Neuf Jeunesse -littérature 8,00 € 8.00 présent à Plume(s)
AA AA

Saïd a aimé le travail bien fait, la langue française et ses richesses, les dictionnaires, la beauté sous toutes ses formes. Il a aimé être un bon élève. Mais c’était avant. Il y a longtemps. Il y a un an. Avant le collège Camille-Claudel, la foule hurlante de ses mille deux cents élèves, le racket, la fatigue, le mépris et la haine de ceux qui veulent tuer tout ce qui est beau. Au collège, Saïd a changé. Ce n’est pas qu’il ne veut plus réussir et s’en sortir. Il le veut toujours, de toutes ses forces. C’est juste que, des forces, il en a de moins en moins. Tout seul, il sait qu’il n’y arrivera pas. Alors il s’accroche à ce qu’il peut : une sortie à Paris au musée d’Orsay, un tableau qui représente des fleurs blanches sur un fond noir, son ami Antoine qui baigne dans la culture, le caractère d’un prof qui ressemble à l’acteur de Mission impossible... Sauver Saïd de l’échec et du désespoir, est-ce vraiment mission impossible ?


9 à 12 ans

Ce livre a reçu le "Prix Sorcières" 2004.
Il a donné lieu au dvd Il faut sauver Saïd

x 12,5 21 24 p. Albert Camus et sa critique libertaire de la violence Marin Lou essai violence 2010 02/02/10 9782911939730 Indigène Ceux qui marchent contre le vent Politique et société 3,10 € 3.10 actuellement indisponible
AA AA
x 12,5 19 80 p. Archéologie de la violence — {nouvelle édition} T Clastres Pierre B essai violence, archéologie 2016 03/06/16 9782815914901 l’Aube Divers -sciences 9,80 € 9.80 sur commande ?
AA AA
Pierre Clastres s’oppose aux interprétations structuralistes et marxistes de la guerre dans les sociétés amazoniennes. Selon lui, la guerre entre tribus est une façon de repousser la fusion politique, et donc empêcher la menace d’une délégation de pouvoir menant aux dérives intrinsèquement liées à la trop grande taille d’une société. Les sociétés « primitives » refusent la différenciation économique et politique en interdisant le surplus matériel et l’inégalité sociale. Tout en rendant hommage à Hobbes et à sa théorie de « l’état de nature », Clastres nuance ce constat. La guerre et l’institution étatique, posées dans une relation d’exclusion, chacune impliquant la négation de l’autre, se conditionnent donc mutuellement. Un livre essentiel sur la violence.
x 13 21,5 176 p. Quand les mots manquent la violence explose
essai sur la passage à l’acte
T
Barbin Marie-Claude B essai violence, communication 2011 12/09/11 9782296564695 L’Harmattan Pratique -développement personnel 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA
Cet essai sur le passage à l’acte se veut un questionnement sur ce qui fait que l’on passe à l’acte (ou pas) dans une situation insupportable, difficile à gérer. L’acte est un appel au secours, une quête de sens. La parole permettait de de désamorcer l’acte. Émaillée d’anecdotes, de fragments d’histoires singulières, cette lecture non exhaustive de la violence incite à la réflexion et ouvre quelques pistes sur un phénomène qui prend de l’ampleur.
x 13 21 339 p. L’invention de la violence
Des peurs, des chiffres, des faits
T
Mucchielli Laurent B essai violence 2011 02/11/11 9782213636603 Fayard Politique et société 22,00 € 22.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

À en croire le discours ambiant, nous vivons dans une société très violente.

Instrumentalisée à coups de statistiques douteuses par les discours politiques, entretenue en permanence par le traitement médiatique des faits divers, l’émotion emporte tout sur son passage. De l’insulte au meurtre, tout est appelé « violence ». Chacun y va de sa solution et de son bouc émissaire (les étrangers ! les jeunes ! les malades mentaux !). Le sentiment d’insécurité grandit et, obnubilés par la peur, nous sommes séduits par le vieux refrain du « c’était mieux avant ». Laurent Mucchielli pose sur ces questions un diagnostic scientifique, objectif et impartial.

Il révèle que cette fameuse « explosion de la violence » est un mythe produit par une société amnésique. Quels sont les actes délinquants les plus fréquents en France aujourd’hui ? Qui en sont les victimes, les coupables ? Et si notre société est globalement moins violente qu’autrefois, d’où vient ce sentiment envahissant d’insécurité et d’impuissance face à la délinquance ? Le sociologue montre ce que ces actes et ces sentiments révèlent de l’état de notre société — l’évolution des valeurs, les inégalités croissantes de richesse, les façons d’habiter villes et villages, les drames familiaux, l’ampleur du chômage, la ghettoïsation de certains quartiers — et ce qu’ils disent finalement de notre « vivre ensemble ». Avec clarté et brio, Laurent Mucchielli met à la portée de tous une synthèse magistrale des connaissances scientifiques disponibles sur ces questions de société essentielles.

x 13 20 137 p. Collège brutal T Goyet Mara B essai école, violence 2012 08/09/12 9782081286696 Flammarion »» Café Voltaire Politique et société -école 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA
Réflexions sur le métier d’enseignant au collège. Professeure dans le secondaire, l’auteure met en lumière les aspects négatifs et positifs de l’enseignement contemporain, sur un ton indépendant et observateur.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |