violence - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 57 documents sur le thème : violence



57 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15 20,5 80 p. Libres enfants T Donner Christophe roman violence 2008 08/10/08 9782742777792 Actes Sud Jeunesse -théâtre 15,30 € 15.30 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Trois garçons forment depuis leur petite enfance une singulière fratrie.

Le jour de ses cinquante ans, Paul lâche sur un ton badin : "Est-ce que tu as eu des rapports avec Jean-Lou ?" - et la chose cachée depuis la fondation de leur monde apparaît. Jean-Lou, c’est le beau-père, ex-soixante-huitard devenu mandarin d’une société qui lui assure l’impunité ; il jouit de sa puissance, toujours sans entrave, sinon celle de l’âge et de la maladie. Le cancer de sa femme est dressé comme une dernière injonction aux "libres enfants" de leur montrer respect, admiration, reconnaissance, et amour.

x 11,5 18 125 p. Guide juridique des femmes victimes de violences T Marcovici Céline B, Yang-Paya My-Kim B guide violence, droit, femmes 2016 28/01/16 9782362791758 Alma Editeur Politique et société -femmes 9,90 € 9.90 présent à Plume(s)
AA AA

A-t-on le droit, suite à des violences physiques mais aussi psychologiques, de quitter le domicile familial ? Peut-on obtenir l’incarcération de l’agresseur ? Comment protéger l’enfant d’un père violent vis-à-vis de la mère ? Ce n’est qu’au XXIe siècle qu’a véritablement été prise en compte la nécessité de légiférer pour endiguer les violences physiques, sexuelles ou psychologiques dont les femmes sont victimes dans leur couple, au travail ou dans leur vie quotidienne.

C’est dire l’utilité de ce guide juridique : les lois qui ont été votées sont encore souvent ignorées ou mal comprises alors même que le nombre de victimes reste alarmant. Deux avocates répondent ici à toutes les questions que les femmes violentées, leurs proches, l’entourage, les éducateurs, les médecins et les services spécialisés peuvent se poser. Elles indiquent la marche à suivre selon les cas de figure, signalent les principales institutions et associations à qui s’adresser et proposent un lexique pour faciliter le recours aux armes juridiques dont les femmes aujourd’hui disposent pour se défendre au civil comme au pénal.

x 17 25 832 p. La part d’ange en nous
Histoire de la violence et de son déclin
T
Pinker Steven B essai violence, humanité 2017 04/10/17 9782352046776 Arènes »» Politique et société 27,00 € 27.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
L’épopée de l’humanité racontée par un des plus grands scientifiques mondiaux : un livre majeur, qui redonne foi en notre espèce.

Aussi incroyable que cela paraisse, nous vivons l’époque la moins violente et la plus paisible de toute l’histoire de l’humanité.

S’appuyant sur des milliers d’études, plus de trente années de recherche et des statistiques incontestables, Steven Pinker montre que, malgré le terrorisme, malgré les conflits contemporains, la violence n’a cessé de diminuer dans le monde au cours des siècles.

Des premiers mythes aux grandes conquêtes planétaires, des Croisades à l’Inquisition, de l’esclavage aux conflits du XXe siècle, Steven Pinker revisite notre histoire. Il explore la nature humaine, nous entraînant, au fil d’un récit passionnant, dans la révolution humaniste qui a permis aux idées des Lumières de progresser. Il montre comment les échanges commerciaux, les organisations internationales et les récentes révolutions des droits (des minorités ethniques, des homosexuels, des femmes, des enfants et des animaux) nous ont conduits à privilégier « la part d’ange en nous », selon le mot d’Abraham Lincoln. Et à céder le pas aux motivations d’altruisme et de coopération inhérentes à notre nature.

Ce livre au carrefour de la psychologie et de l’histoire a été traduit dans dix-sept pays et acclamé par les plus grandes universités du monde.

« Un ouvrage hors du commun, qui nous éclaire sur les dangers des dogmatismes et nous évite de sombrer dans le syndrome du mauvais monde. » Matthieu Ricard

x 11 18 144 p. Une critique anarchiste de la justification de la violence T Désobéissances libertaires  B essai anarchisme, violence 2019 09/10/19 9782351041345 Atelier de création libertaire (ACL) Politique et société 8,00 € 8 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Si nous reconnaissons le caractère dominateur et réactionnaire de la violence de l’État, il est alors tout à fait logique d’étendre cette critique à la violence en général. Même s’il y a une différence entre la violence de l’oppresseur et la violence des opprimé·e·s, malgré tout, la violence est en soi un phénomène qui possède sa propre dynamique autoritaire et anti-émancipatrice, quand bien même elle se manifeste comme une contre-violence des opprimé·e·s. C’est pourquoi la critique radicale de la violence est toujours en même temps aussi une critique radicale de la domination et elle est par là ainsi une partie intégrante, absolument nécessaire, de la théorie et de la pratique anarchistes.
x 11 17 75 p. Archéologie de la violence
la guerre dans les sociétés primitives
T
Clastres Pierre B essai violence, archéologie 2013 14/02/13 9782815907194 l’Aube L’Aube poche essai Divers -sciences 6,80 € 6.80 manquant sans date
AA AA
Le meilleur ennemi de l’État, c’est la guerre . Cet essai propose une réflexion novatrice sur la guerre. Pour Pierre Clastres, la guerre est une façon de repousser la fusion politique, et donc d’empêcher la menace d’une délégation de pouvoir menant aux dérives intrinsèquement liées à la trop grande taille d’une société. La guerre et l’institution étatique, posées dans une relation d’exclusion, chacune impliquant la négation de l’autre, se conditionnent donc mutuellement.
x 12,5 19 80 p. Archéologie de la violence — {nouvelle édition} T Clastres Pierre B essai violence, archéologie 2016 03/06/16 9782815914901 l’Aube Divers -sciences 9,80 € 9.80 sur commande ?
AA AA
Pierre Clastres s’oppose aux interprétations structuralistes et marxistes de la guerre dans les sociétés amazoniennes. Selon lui, la guerre entre tribus est une façon de repousser la fusion politique, et donc empêcher la menace d’une délégation de pouvoir menant aux dérives intrinsèquement liées à la trop grande taille d’une société. Les sociétés « primitives » refusent la différenciation économique et politique en interdisant le surplus matériel et l’inégalité sociale. Tout en rendant hommage à Hobbes et à sa théorie de « l’état de nature », Clastres nuance ce constat. La guerre et l’institution étatique, posées dans une relation d’exclusion, chacune impliquant la négation de l’autre, se conditionnent donc mutuellement. Un livre essentiel sur la violence.
x 13,6 22 320 p. C’est pour ton bien
Racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
T
Miller Alice B essai éducation, violence 2006 12/07/06 9782700703726 Aubier Pratique -parentalité 18,30 € 18.30 manquant sans date
AA AA

" L’opinion publique est loin d’avoir pris conscience que ce qui arrivait à l’enfant dans les premières années de sa vie se répercutait inévitablement sur l’ensemble de la société, et que la psychose, la drogue et la criminalité étaient des expressions codées des expériences de la petite enfance... Ma tâche est de sensibiliser cette opinion aux souffrances de la petite enfance, en m’efforçant d’atteindre chez le lecteur adulte l’enfant qu’il a été."

Ce livre intelligent et chaleureux dénonce les méfaits de l’éducation traditionnelle - qui a pour but de briser la volonté de l’enfant pour en faire un être docile et obéissant -, et montre comment, fatalement, les enfants battus battront à leur tour, les menacés menaceront, les humiliés humilieront ; comment, surtout, à l’origine de la pire violence, celle que l’on s’inflige à soi-même ou celle que l’on fait subir à autrui, on trouve toujours le meurtre de l’âme enfantine.

Cette " pédagogie noire ", selon l’expression de l’auteur, est illustrée par des textes du XVIII-XIXe siècle, stupéfiants ou tragiques, reflétant les méthodes selon lesquelles ont été élevés nos parents et nos grands-parents, et par trois portraits d’enfances massacrées : celle de Christine F., droguée, prostituée, d’un jeune infanticide allemand - et d’Adolf Hitler, que l’on découvrira ici sous un jour tout à fait inattendu.

Un livre à mettre d’urgence entre toutes les mains.

x 13,5 19 104 mn Les insoumises Guéret Eric B, Menant Frédéric doc violence, femmes 2014 02/09/14 3700782600692
BLA077
Blaq out Divers -DVD 14,70 € 14.70 sur commande ?
AA AA
x 21 27 32 p. Ce type est un vautour T Heitz Bruno B, Sara jeunesse famille, violence 2009 04/02/09 9782203011762 Casterman BD -roman graphique 13,95 € 13.95 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Un chien raconte comment un homme au charme irrésistible fait son entrée dans la vie de sa maîtresse et de sa fille. Le chien flaire que sous les apparences cet homme est mauvais. Pourtant la mère tombe sous le charme. Or la menace s’installe peu à peu, et l’intrus va même s’en prendre à l’enfant...
x 13,5 21,5 221 p. Divine violence
Approche exégétique et anthropologique
T
Causse Jean-Daniel B, Cuvillier Elian B, Wénin André B essai religion, violence 2011 24/02/11 9782204093163 Cerf Lire la Bible Politique et société -philosophie 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

Lorsqu’il s’agit d’interpréter les textes bibliques, l’exégète a tout intérêt à dialoguer avec les sciences humaines, en particulier la psychanalyse qui pense l’être humain comme être de parole, façonné par une précédence du langage.

En échange, la réflexion sur ce que signifie être humain a tout à gagner à interroger avec le plus grand sérieux les Ecritures juives et chrétiennes. Celles-ci, en effet, ont une façon spécifique d’assumer la complexité du réel humain et d’indiquer des possibilités nouvelles de se construire et de vivre dans le monde. Anthropologiquement, comment se nouent violence humaine et violence divine ? Les trois auteurs montrent comment, dans les textes de la Bible, les références à "Dieu" peuvent produire de la violence et comment ces mêmes textes formulent une critique ou opèrent une conversion de la violence divine.

La guerre, le meurtre, le châtiment, la colère, le sacrifice, la croix, mais aussi l’amour ou la jalousie, sont autant de motifs que cet ouvrage éclaire d’une manière originale.

x 15 22 78 p. Repérer et éviter les douces violences dans l’anodin du quotidien T Schuhl Christine guide violence 2009 31/01/09 9782850087493 Chronique sociale Pratique -développement personnel 12,70 € 12.70 présent à Plume(s)
AA AA
Après le succès de ses premiers ouvrages, Vivre en Crèche, Remédier aux douces violences et Réaliser un projet accueil petite enfance, Christine Schuhl continue de bousculer notre confort. La voici à présent tournée vers notre quotidien. Que ce soit autour du bébé, de l’adolescent, de l’adulte ou de la personne vieillissante, des paroles, des gestes, des attitudes blessantes parasitent nos relations. "Les douces Violences" semblent envahir notre vie. La vigueur des réactions autour de cette thématique des douces violences et l’accompagnement de nombreux professionnels de l’enfance ont poussé Christine Schuhl à entreprendre cet ouvrage afin que notre regard change. C’est dans cet objectif que chaque bande dessinée a pour but d’interpeller notre bon sens. Ce livre tendre et profond touche notre histoire, parce qu’il est tiré d’un quotidien. apparemment sans histoire.
x 15 22 80 p. Nelson Mandela
Le choix de la lutte armée
T
Muller Jean-Marie B essai non violence, violence 2015 01/10/15 9782367171463 Chronique sociale Savoir Penser Politique et société -non-violence et désobéissance 10,50 € 10.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Sans aucun doute, la personnalité de Nelson Mandela est exceptionnelle et son action fut déterminante dans la chute du régime d’apartheid en Afrique du Sud. Faut-il pour autant en faire un héros de la non-violence ? Son immense prestige lui vient essentiellement du courage extraordinaire dont il a su faire preuve tout au long des vingt-huit années d’emprisonnement que les dirigeants blancs lui ont fait subir.

Mais le paradoxe est précisément que c’est pour avoir préconisé la lutte armée qu’il fut condamné à purger ces années de prison. En réalité, les rapports de Mandela avec la non-violence et la violence sont fort contrastés. Cet ouvrage analyse de manière rigoureuse sa pensée et son action.

x 14 22 331 p. La légitime défense
Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières
T
Codaccioni Vanessa B enquête violence, police 2018 30/08/18 9782271120618 CNRS »» Politique et société -répression 24,00 € 24.00 présent à Plume(s)
AA AA

La légitime défense est au cœur de l’actualité politique et judiciaire : multiplication du nombre de femmes battues qui tirent sur leur mari ou leur compagnon violent, mobilisations pour soutenir des commerçants qui ont tué des voleurs, et, plus récemment, facilitation de l’usage des armes par la police dans le cadre du renforcement de la lutte antiterroriste. Si la légitime défense fascine et fait débat - est-elle un permis de tuer ou l’arme du faible ? -, elle a aussi ses partisans radicaux : des militants pro-armes réclamant un "droit de tirer" et un "droit de tuer" ceux qui représenteraient un danger pour eux-mêmes et pour la société.

Parallèlement à l’étude de leurs mobilisations, Vanessa Codaccioni se penche sur les grandes affaires de légitime défense depuis la fin des années soixante-dix. Elle montre qu’il s’agit le plus souvent d’homicides sécuritaires, de crimes racistes ou de violences policières, et analyse la manière dont leurs auteurs tentent d’échapper à la justice, notamment par un renversement des figures du coupable et de la victime.

Par l’étude socio-historique des homicides "défensifs" et des usages sécuritaires des armes, ce livre explore la manière la plus radicale de se faire justice. Il interroge plus généralement les liens entre politiques du "faire mourir", pouvoir de mort et atteintes au droit à la vie dans les régimes démocratiques.

x 17,5 24 176 p. Mauvaises filles T Ancco  B BD, roman graphique Corée, violence, adolescence 2016 24/03/16 9782360811120 Cornélius Pierre BD -roman graphique 20,50 € 20.50 manquant sans date
AA AA

Jin-joo est une mauvaise fille. Elle fume, découche, nargue ses professeurs et cause du souci à ses parents. Son père, un petit patron, n’a que ses poings pour exprimer sa peur de la voir mal tourner. Alors il la passe à tabac, régulièrement. La Corée subit la crise économique de la fin des années 1990 et la violence demeure la forme la plus simple et naturelle du contact humain. Au collège, les professeurs cognent les élèves et les anciennes rossent les nouvelles.

Dans l’indifférence générale, on meurt sous les coups d’un père ou d’un petit copain. L’adolescente trouve un peu de chaleur humaine auprès de Jung-ae, fille d’un petit voyou encore plus paumée qu’elle. Une fugue improvisée les mène jusqu’au quartier des bars à hôtesses. Là, tout a le goût de la liberté, de l’interdit et de la fête. Pourtant, leur destin est en train de se jouer tragiquement... Le ton âpre et désespéré d’Ancco évoque le Céline de Mort à crédit.

Vivre, c’est expier. Un instant de bonheur, d’insouciance, se paie comptant. Les hommes mènent des existences lourdes, tristes et solitaires, qui se révèlent vides de sens. "Dès qu’on met le nez dehors, constate Jin-joo, c’est plein de choses incompréhensibles."

Après Aujourd’hui n’existe pas, publié par Cornélius en 2009, Mauvaises filles confirme le talent singulier d’Ancco. La construction multiplie les allers-retours entre le passé et le présent.
Servie par un trait sec et précis, un noir et blanc désolé, elle rend inexorable et bouleversant ce voyage au bout de la nuit coréenne.

x 16 23 476 p. La violence monothéiste T Soler Jean B essai religion, violence 2009 21/01/09 9782877066754 de Fallois Litterature De Fallois Politique et société -laïcité 24,00 € 24.00 sur commande ?
AA AA
Il y a violence et violence. Jean Soler s’attache à étudier ici la violence qui est pratiquée pour des raisons religieuses. Dans le prolongement de sa trilogie Aux origines du Dieu unique, il soutient que l’extrémisme qui se traduit sous nos yeux par des massacres collectifs n’est pas la dérive accidentelle que peut subir, passagèrement, n’importe quelle religion, c’est une tendance inhérente aux trois religions monothéistes, qui trouve sa source dans l’idéologie biblique. Pour nous en convaincre, l’auteur confronte le monde de la Bible à deux civilisations polythéistes qui se sont formées à la même époque, la civilisation grecque et la civilisation chinoise. Ni l’une ni l’autre n’a justifié l’usage de la violence au nom d’un dieu et elles n’ont pas connu de guerres de religion. Jean Soler s’est attardé sur la civilisation grecque parce que notre propre civilisation est née au confluent de la Grèce et d’Israël. C’est ainsi que ce livre comporte dans sa partie centrale un Parallèle entre Athènes et Jérusalem. L’auteur examine ensuite l’influence qu’a eue le modèle biblique, avec sa propension à l’extrémisme, sur l’Occident devenu chrétien, et sur les terres musulmanes. Il décèle cette influence jusque dans des doctrines qui n’ont rien, en apparence, de religieux, comme le marxisme et l’hitlérisme. Il nous fait faire par ce biais un parcours de la pensée humaine de l’Antiquité à nos jours.
x 13,5 22 153 p. La violence à l’école
édition revue et augmentée
T
Defrance Bernard B essai éducation, violence 2009 20/08/09 9782707158505 la Découverte Politique et société -école 13,20 € 13.2 8,90 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

La violence à l’école défraie tous les jours la chronique.

Elle est devenue une préoccupation majeure du ministère de l’Education nationale et de l’ensemble du corps social : des colloques sont organisés pour réfléchir à des solutions, et des mesures sont prises à tous les niveaux pour encadrer les " barbares " que seraient les nouveaux collégiens et lycéens, mais elles se révèlent trop souvent insuffisantes et inefficaces. Plusieurs fois réédité depuis sa première publication en 1988, ce livre a été le premier à mettre en cause le fonctionnement de l’institution elle-même : il montre que la violence à l’école trouve largement son origine dans la violence de l’école.

La thèse que Bernard Defrance défend depuis plus de vingt ans commence à être entendue : tant qu’on ne s’attaquera pas aux violences ordinaires, consubstantielles à notre système scolaire, qui s’exercent quotidiennement contre les élèves (brimades diverses, interrogatoires humiliants, notations empiriques, procédures de sélection, punitions illégales...), on ne résoudra rien. Et les établissements, en tout premier lieu ceux des quartiers défavorisés, continueront à être des marmites sous pression.

Cette nouvelle édition est entièrement actualisée : elle tient compte des dernières études et les propositions pour agir et prévenir s’appuient sur les évolutions récentes. Une lecture indispensable pour tous les professionnels concernés et pour les parents sensibles aux problèmes de l’école.

x 13,5 22 179 p. Sortir de la violence par le conflit
Une thérapie sociale pour apprendre à vivre ensemble
T
Rojzman Charles B essai conflits, violence 2008 13/11/08 9782707151100 la Découverte Divers 15,30 € 15.30 épuisé
AA AA

Quand la peur et la violence s’imposent au quotidien, la tentation est grande de se poser en victime et de considérer l’« autre » comme un ennemi. Comment sortir de cette spirale ? Comment faire face autrement à la violence et au racisme ? C’est à ces questions que s’attelait Charles Rojzman en 1998 dans son ouvrage Savoir vivre ensemble (La Découverte/Poche, 2001).

Fort des multiples expériences et rencontres effectuées depuis, il propose dans ce nouvel ouvrage de prolonger la réflexion sur cette « thérapie sociale » qu’il mène depuis de nombreuses années en France et à l’étranger, dans les banlieues et dans les milieux les plus divers, consistant à transformer la violence en conflit. Car pour sortir de la violence, il ne s’agit pas d’éviter le conflit, mais au contraire de lui donner un cadre d’expression pour qu’il ne dégénère pas en haine.

À partir de nombreuses expériences de terrain, l’auteur nous montre comment, en suscitant la rencontre entre des personnes, des groupes ou des institutions qui se haïssent, se méprisent ou s’ignorent, il est possible de sortir du sentiment d’impuissance, de restaurer le lien social et de contribuer à l’émergence d’une démocratie forte. Les outils proposés visent à former des individus démocrates, capables de résister aux endoctrinements et aux psychoses collectives, et à modifier les fonctionnements institutionnels pour favoriser l’exercice de la raison critique, de la responsabilité et de la sociabilité.

x 15,7 24,2 336 p. Les violences politiques en Europe
Un état des lieux
T
Crettiez Xavier, Mucchielli Laurent B essai politique, Europe, violence 2010 27/05/10 9782707164582 la Découverte recherches Politique et société 27,40 € 27.40 épuisé
AA AA

Emeutes, hooliganismes, terrorismes, crimes racistes, crimes d’Etat...

Ces violences sont rarement analysées comme des violences politiques clans le débat public. La notion même de violence politique reste floue. Où commence-t-elle, où s’arrête-t-elle ? Est-elle en recrudescence ou en voie de disparition ? Certains pays européens sont confrontés de longue date à une violence politique organisée. D’autres connaissent des sursauts de violences motivées par des convictions idéologiques, des ressorts identitaires, des mises à l’écart sociales ou des transformations de régime.

C’est cette variété de violences politiques - qu’elles soient de type idéologique, nationaliste, émeutière, ou encore étatique - qui est analysée dans cet ouvrage. Quinze chercheurs en sciences sociales français et étrangers, soucieux de rendre accessibles leurs observations empiriques, y décryptent pour cela un ensemble de situations : violences islamistes, d’extrême gauche et d’extrême droite, paramilitarisme nord-irlandais, violence de l’ETA ou des groupes clandestins corses, phénomènes émeutiers français et anglais, hooliganisme, évolutions du maintien de l’ordre, violence politique à l’oeuvre en période de changement de régime en Europe centrale et orientale, violence des mouvements sociaux.

x 12 19 126 p. Les violences contre les femmes T Jaspard Maryse B enquête violence, femmes 2011 19/05/11 9782707168948 la Découverte Repères Sociologie Politique et société -femmes 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA
La prise en compte des violences contre les femmes en tant que problème de société s’est consolidée au cours des dix dernières années ; en 2010, la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale par l’Etat français. Mais que recouvre le concept de violences contre les femmes ? Comment identifier les formes de violence ? Quelle est leur ampleur ? Qui sont les victimes ? Qui sont les agresseurs ? Des enquêtes récentes de victimation donnent des estimations des faits de violences.
Mais seule une analyse approfondie du phénomène permet de déconstruire les idées reçues et de lever les tabous. L’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff, 2000) a répondu à cette nécessité ; elle demeure la source principale de l’étude sociologique de ces violences. La mondialisation de la reconnaissance des violences faites aux femmes reste un élément majeur du combat contre les inégalités entre les sexes.
Le chiffrage de ces violences relève d’enjeux politiques et sociaux fondamentaux, à l’échelon national et international.
x 13,5 22 237 p. Le déchaînement du monde
Logique nouvelle de la violence
T
Cusset François B essai violence 2018 22/03/18 9782707198150 la Découverte Cahiers libres Politique et société 20,00 € 20.00 actuellement indisponible
AA AA

Le monde est déchaîné. La violence n’y a pas reculé, comme le pensent certains. Elle a changé de formes, et de logique, moins visible, plus constante : on est passé de l’esclavage au burn-out, des déportations à l’errance chronique, du tabassage entre collégiens à leur humiliation sur les réseaux sociaux, du pillage des colonies aux lois expropriant les plus pauvres... L’oppression sexuelle et la destruction écologique, elles, se sont aggravées.

Plutôt qu’enrayée, la violence a été prohibée, d’un côté, pour " pacifier " policièrement les sociétés, et systématisée de l’autre, à même nos subjectivités et nos institutions : par la logique comptable, sa dynamique sacrificielle, par la guerre normalisée, la rivalité générale et, de plus en plus, les nouvelles images. Si bien qu’on est à la fois hypersensibles à la violence interpersonnelle et indifférents à la violence de masse.

Dans le désastre néolibéral, le mensonge de l’abondance et la stimulation de nos forces de vie ont fait de nous des sauvages d’un genre neuf, frustrés et à cran, et non les citoyens affables que la " civilisation " voulait former. Pour sortir de ce circuit infernal, et de l’impuissance collective, de nouvelles luttes d’émancipation, encore minoritaires, détournent ces flux mortifères d’énergie sociale.

Mais d’autres les convertissent en haines identitaires et en replis patriotes. Qui l’emportera ? De quel côté échappera toute la violence rentrée du monde ?


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |