colonialisme - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 56 documents sur le thème : colonialisme



56 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 19 322 p. La fracture coloniale
la société française au prisme de l’héritage colonial
T
Bancel Nicolas, Blanchard Pascal et Lemaire Sandrine histoire colonialisme, international 2006 31/08/06 9782707149398 la Découverte International -colonies, esclavage, libération 13,50 € 13.50 présent à Plume(s)
AA AA
Près d’un demi-siècle après la fin de son empire, la France demeure hantée par son passé colonial. Pourquoi une telle situation, alors que les autres sociétés postcoloniales en Occident travaillent à assumer leur histoire outre-mer ? Pour répondre à cette question Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire ont décidé d’ausculter les prolongements contemporains de ce passé à travers les différentes expressions de la fracture coloniale qui traverse aujourd’hui la société française. Ils ont réuni, dans cette perspective, les contributions originales de spécialistes de diverses disciplines, qui interrogent les mille manières dont les héritages coloniaux font aujourd’hui sentir leurs effets : relations intercommunautaires, ghettoïsation des banlieues, difficultés et blocages de l’intégration, manipulation des mémoires, conception de l’histoire nationale, politique étrangère, action humanitaire, place des DOM-TOM dans l’imaginaire national ou débats sur la laïcité et l’islam de France… Les auteurs montrent que la situation contemporaine n’est pas une reproduction à l’identique du « temps des colonies » : elle est faite de métissages et de croisements entre des pratiques issues de la colonisation et des enjeux contemporains. Pour la première fois, un ouvrage accessible traite de la société française comme société postcoloniale et ouvre des pistes de réflexion neuves.
x 21 14 128 p. Petite histoire des colonies françaises t1 T Otto T. et Jarry Grégory doc colonialisme, international 2008 03/04/08 9782914553971 FLBLB International -colonies, esclavage, libération 9,00 € 9 présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre passe en revue cinq siècles de colonisation en rentrant bien dans les détails, pour qu’on ne loupe pas un seul aspect positif. Dans le premier des trois tomes, le lecteur sera surpris de découvrir les bienfaits que nos ancêtres ont apportés en Amérique et dans les Antilles : nous suivrons, haletants, l’épopée de Jean Ribaud qui s’est fait massacrer en Floride par les Espagnols ; nous serons mis hors de nous-mêmes par la débâcle des Acadiens, déportés en masse par les Anglais ; nous serons émus par les beaux chants des noirs, dignes face à des conditions de vie inhumaines ; nous mordrons dans un bâton pour ne pas de crier lors de la révolte des esclaves d’Haïti, vainqueurs des troupes napoléoniennes et fondateurs de la première république noire.

Petite histoire des colonies françaises (tome 1) est un livre sain, qui remet les choses à leur place. Il est amusant et convient aux enfants, généralement mal renseignés sur ces questions.


Prix Tournesol 2007 ! decerné par les Verts au festival de bande dessinée d’Angoulême

x 21 14 128 p. Petite histoire des colonies françaises t2 T Jarry Grégory doc colonialisme, international 2007 06/11/07 9782357610217 FLBLB International -colonies, esclavage, libération 9,00 € 9 sur commande ?
AA AA

Dans le premier tome de Petite histoire des colonies françaises, (récompensé par le prix Tournesol au festival d’Angoulême 2007), Grégory Jarry et Otto T dépoussiéraient les livres d’histoire pour nous raconter les débuts de l’aventure coloniale française en Amérique, de la découverte du Canada au XVIème siècle jusqu’à l’indépendance d’Haïti en 1804.

Le deuxième tome s’attaque avec la même verve à la constitution de l’Empire colonial français en Afrique, en Asie et en Océanie, sur une période s’étendant de la conquête de l’Algérie en 1830 jusqu’à la guerre de 14.

Une saga historique décalée, véridique et présentée par le Général de Gaulle.

x 11 18,5 160 p. Les rois de l’horizon T Teisson Janine jeunesse Afrique, colonialisme, désert 2008 17/01/08 9782748506631 Syros tempo Syros Jeunesse -littérature 5,95 € 5.95 épuisé
AA AA
Meriem a quatre ans lorsque sa famille est massacrée, ainsi que tout son village, par l’armée coloniale française. Elle est miraculeusement sauvée par Slimane, le nomade, un "roi de l’horizon" qui guérit les chevaux et connaît les poèmes du désert...
x 13,5 22 382 p. Histoire philosophique et politique des deux indes T Raynal Guillaume-Thomas essai colonialisme 2001 01/03/01 9782707134257 la Découverte [Re]découverte Politique et société 29,50 € 29.50 sur commande ?
AA AA

L’Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les Deux Indes fut un immense succès de librairie réédité trente fois entre 1772 et 1789.

Redécouverte dans les années soixante, cette œuvre collective, proprement encyclopédique, dont l’abbé Raynal fut le maître d’œuvre, devint alors une source inépuisable de recherches et de débats universitaires et retrouva sa place de classique de la littérature du XVIIIe siècle. Le hasard voulut d’ailleurs que le regain d’intérêt pour ce classique oublié coïncidât avec la décolonisation. Les proclamations enflammées contre l’esclavage des noirs et contre les principes mêmes de la colonisation qui, avec la critique de l’Ancien Régime, avaient assuré le succès initial du livre et provoqué une mise à l’index du livre par l’Église en 1774, trouvèrent, deux cents ans plus tard, un écho dans ce nouveau contexte.

Mais dans cette œuvre touffue, souvent contradictoire, violente et passionnée tout au long des 2 500 pages dont est issu ce recueil de textes, on trouvera également des articles d’information sur les produits coloniaux, les récits des voyages et conquêtes coloniales, les coutumes et les cultes des peuples rencontrés et, surtout, les débats et controverses propres à la période pré-révolutionnaire.

x 21 14 128 p. Petite histoire des colonies françaises t4 ; la Françafrique T Otto T. et Jarry Grégory BD colonialisme 2010 04/11/10 9782357610248 FLBLB International -colonies, esclavage, libération 9,00 € 9 sur commande ?
AA AA
" La Françafrique n’existe pas, elle n’a jamais existé. D’abord qu’est-ce que ça voudrait dire que la Françafrique ? Ça voudrait dire qu’après la décolonisation, dans le dos du peuple français, nos élites auraient conservé des liens de sujétions avec nos anciennes colonies d’Afrique en plaçant à leur tête des chefs d’États dévoués ? Il aurait fallu plus que des bases militaires dans ces pays, plus que des Monsieur Afrique de l’Élysée, plus que des Total, des Cogema et des Bob Denard pour faire la Françafrique. Il aurait fallu un silence total sur ces activités et l’assentiment de toute la classe politique. En France, tout se sait, car les journalistes et les universitaires, les juges et les artistes sont de contre-pouvoir qui empêche toute dérive népotique. La Françafrique n’a pas existé et elle n’existera jamais. " François Mitterrand
x 11 21 96 p. Automobile, pétrole, impérialisme T Jaffe Hosea essai colonialisme, développement durable, international 2008 03/09/08 9782841901296 Parangon Politique et société 7,00 € 7.00 épuisé
AA AA
Exploitation disproportionnée des ressources planétaires, effet de serre, pollution, retombées sanitaires négatives, guerres, assujettissement des peuples, inégalités, tels sont les fléaux provoqués par l’automobile. L’essai d’Hosea Jaffe analyse toutes les dimensions du binôme pétrole-automobile : environnementales, sociales, économiques, politiques. Les conséquences sont sans limites et toujours plus graves. Le droit à la liberté de mouvement, bien qu’il soit légitime en soi, devra pourtant être limité si nous voulons nous libérer de l’ordre impérialiste du monde.
x 10,5 17 124 p. La Jamaïque dans l’étau du FMI
La dette expliquée aux amateurs de reggae, aux fumeurs de joints et aux autres
T
Millet Damien et Mauger François essai colonialisme, économie, Jamaïque, FMI 2008 03/09/08 9782844052063
EF125
L’Esprit frappeur International -Amériques 4,00 € 4.00 épuisé
AA AA
Il en est des dettes comme des pièces de monnaie : elles ont chacune deux faces. A toute dette financière d’un pays pauvre, correspond une dette historique, sociale, écologique et morale contractée par ceux qui se sont enrichis au cours des siècles. Mais la dette des colonisateurs, elle, n’est jamais reconnue. Ainsi la Jamaïque se débat toujours dans ce cercle vicieux. Au début des années soixante-dix, un jeune Jamaïcain fait une entrée fracassante sur la scène musicale internationale. Les cheveux tressés, le verbe haut, le regard fier, Bob Marley s’impose très vite comme un musicien unique. Au point de devenir un symbole universel de dignité. A ses côtés, le reggae s’installe pour durer. En ces années d’enthousiasme, le peuple Jamaïcain a tenté de prendre son destin en main. Ce livre est le récit de sa lutte acharnée contre le Fonds Monétaire International (FMI).
x 14 21,5 128 p. Chroniques ordinaires du colonialisme français T Péra J. histoire colonialisme 2002 30/11/01 9782909899213 Acratie »» International -colonies, esclavage, libération 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Voici donc quelques chroniques parues dans la Révolution prolétarienne de 1926 à 1928 qui dénoncent avec précision les modes d’expropriation et d’exploitation avec travail forcé et corvées de l’administration et des riches colons dans quelques colonies, notamment à Madagascar. Péra était le pseudonyme de Louis Bercher, qui était médecin des Messageries maritimes. Ses articles lui valurent d’ailleurs son licenciement.

"Aux colonies comme ailleurs, le véritable rêve des capitalistes est l’existence d’un prolétariat, c’est-à-dire d’une classe d’hommes dont le seul rôle et la seule possibilité soient la création de plus-value pour le compte d’autrui. Et pour créer un prolétariat, sous les tropiques, comme dans les zones tempérées ou glaciaires, il n’y a qu’un moyen : l’expropriation."

L’histoire du colonialisme n’est que l’histoire des différents moyens utilisés pour réaliser ces expropriations, en fonction du rapport de forces avec les colonisés. Les exemples décrits dans ce livre, en Océanie, en Algérie ou à Madagascar, montrent comment les capitalistes jouent tour à tour du paternalisme et de la violence la plus extrême, allant jusqu’au massacre et à la déportation, pour parvenir à établir de véritables formes modernes de l’esclavage.

x 13,5 21,5 306 p. L’Afrique humiliée T Traoré Aminata essai Afrique, colonialisme 2008 31/12/07 9782213635903 Fayard Documents International -Afrique 18,30 € 18.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

« Nous, peuples d’Afrique, autrefois colonisés et à présent recolonisés à la faveur du capitalisme mondialisé, ne cessons de nous demander : que sommes-nous devenus ?

Les pays riches ont peur de notre présence quand elle n’est pas susceptible d’ajouter à leur avoir, peur de nos différences quand elles sont trop visibles. Inutiles, les nouveaux naufragés entassés sur des embarcations de fortune, supposées les conduire vers la terre ferme de l’Europe. Invisibles, les désespérés qui traversent l’enfer du désert. Indésirables, ceux qui, menottes aux poignets, sont reconduits dans leur pays d’origine.

Mais l’humiliation du continent africain ne réside pas uniquement dans la violence, à laquelle l’Occident nous a habitués. Elle réside également dans notre refus de comprendre ce qui nous arrive. Car il n’y a pas d’un côté une Europe des valeurs et du progrès et de l’autre une Afrique des ténèbres et des malheurs. Cette vision, que certains d’entre nous ont tendance à intérioriser, vole en éclats dès l’instant où l’on touche du doigt les mécanismes de la domination, de la paupérisation et de l’exclusion.

Le défi auquel nous faisons face aujourd’hui, c’est d’imaginer des perspectives d’avenir centrées sur les êtres humains. Une réappropriation de nos destins qui fait appel à nos langues, à nos repères, à des valeurs de société et de culture qui nous sont familières. »
Aminata Traoré

Préface de Cheikh Hamidou Kane.

x 12 19 190 p. Enjeux politiques de l’histoire coloniale T Coquery-Vidrovitch Catherine essai colonialisme 2009 11/05/09 9782748901054 Agone International -colonies, esclavage, libération 14,20 € 14.20 présent à Plume(s)
AA AA

Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que d’aucuns veulent appeler « identité nationale ») résulte de tous les héritages mêlés dans un passé complexe et cosmopolite où le fait colonial a joué et continue par ricochet de jouer un rôle important.

Au sommaire :
La prise de conscience de la question coloniale • L’histoire du statut de l’indigène • La première génération des historiens post-coloniaux • L’histoire des colonisés « vue d’en bas » • Un hiatus à combler • La relativité du silence colonial • Le déficit de l’école • Le cas particulier de l’esclavage • La fin d’un tabou ? • Travers & apport du postcolonial • Une histoire « postcoloniale » française en train de s’écrire • Mémoire & histoire : un débat amputé ? • Une querelle politique séculaire • De la confusion entre histoire & politique • Le quiproquo sur les « abus » coloniaux • Un faux concept : la repentance • Du « communautarisme » à la « fracture coloniale » • Du racisme colonial • Le mythe des peuples premiers • Le passé colonial au présent

x 13 20 93 p. Egalité pour les exclus
Le politique face à l’histoire et à la mémoire coloniales
T
Taubira Christiane essai colonialisme 2009 01/03/09 9782916842011 Temps présent Politique et société -immigration et précarité 10,20 € 10.20 présent à Plume(s)
AA AA

Quel rapport entre la crise outre-mer, l’élection de Barack Obama vécue comme un exploit ou le drame de Clichy ? Quel rapport avec la loi Taubira reconnaissant la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité, et devenue le symbole des lois mémorielles ? Est-il légitime que les politiques se mêlent d’histoire ? A quand l’égalité pour les exclus de notre histoire et de notre mémoire coloniales ? A quand l’égalité pour leurs descendants, exclus de la vie politique, économique et culturelle de la Nation ? Régulièrement accusée de remettre en cause la liberté pour l’histoire et surtout d’ouvrir la boîte de Pandore (concurrence des mémoires, communautarisme, repentance), Christiane Taubira répond ici pour éclairer la réflexion, essentielle dans une démocratie, sur l’articulation entre l’Histoire, la Mémoire et la Loi.

Mais aussi et surtout pour défendre l’honneur des vivants et la mémoire des morts de cette histoire coloniale dont la société française est l’héritière. Vivants et morts qui, quelle que soit la couleur de leur peau, portent témoignage d’une certaine idée de l’Homme, de sa dignité et, pas si accessoirement que cela, de la France. Une leçon d’histoire et de politique servie par une plume généreuse et acérée.

x 12,4 18,8 187 p. Les massacres de Guelma
Algérie, Mai 1945 : une enquête inédite sur la furie des milices coloniales
T
Reggui Marcel doc colonialisme, Algérie, guerre d Algérie 2008 07/05/08 9782707154743 la Découverte Politique et société -histoire 9,00 € 9.00 actuellement indisponible
AA AA

Rédigé en 1946, le document présenté dans ce livre est exceptionnel.

Son auteur, Marcel Reggui (1905-1996), un citoyen français d’origine musulmane et converti au catholicisme, y retrace - avec des précisions inédites - les massacres de centaines d’Algériens perpétrés en mai 1945 dans la petite ville algérienne de Guelma, par des milices de colons français. Ils coûtèrent notamment la vie à la soeur et à deux des frères de Marcel Reggui. C’est ce qui le conduisit à réaliser " à chaud " une enquête approfondie sur ce drame.

Passionnément attaché à la France, professeur de lettres, ami de la revue Esprit, Marcel Reggui écrivit ce récit pour que l’histoire de ces folles journées de Guelma ne soit pas effacée en France. Mais il ne rendit jamais public son témoignage, déposé chez son ami l’écrivain Jean Amrouche. Redécouvert en 2003 par son fils, Pierre Amrouche, ce texte bouleversant enfin ressuscité, accompagné ici de plusieurs documents d’archives en relation avec lui, constitue une pièce essentielle pour mieux connaître l’une des pages les plus sombres et les plus ambiguës de l’histoire coloniale française.

x 13 19 317 p. Marianne et les colonies
Une introduction à l’histoire coloniale de la France
T
Manceron Gilles essai colonialisme 2005 01/06/05 9782707147196 la Découverte International -colonies, esclavage, libération 13,90 € 13.90 actuellement indisponible
AA AA

C’est une introduction originale à l’histoire de la colonisation française que propose Gilles Manceron dans cet essai inédit.

On sait que ces dernières années, des revendications se sont élevées, pour exiger des réparations, voire des poursuites judiciaires, aux crimes de la colonisation : quelles réponses apporter aujourd’hui à ces revendications ? Pour répondre à cette question, Gilles Manceron revient sur les crimes massifs et organisés qui ont accompagné la colonisation pendant plusieurs siècles, depuis la traite esclavagiste jusqu’aux indépendances.

Et il montre comment, à partir de la Révolution française, ces crimes ont été systématiquement déniés, par un discours officiel selon lequel les notions d’égalité et de droits de l’homme admettraient une exception : celle des peuples colonisés, " mineurs et barbares ", qui ne pouvaient prétendre en bénéficier. Ce discours, qui fut celui des IIIe, IVe et Ve Républiques, a été abandonné après les indépendances.

Mais, depuis, jamais les autorités de la République ne l’ont reconnu, faisant comme s’il n’avait jamais existé. À partir de cette confrontation entre la réalité de la violence coloniale et le discours qui la légitimait, Gilles Manceron montre que ce n’est pas par d’hypothétiques procès ou réparations financières que ces pages noires de l’histoire de France seront définitivement tournées, mais par un effort de vérité politique et historique auquel ce livre entend contribuer.

x 21 14 128 p. Petite histoire des colonies françaises t3 T Otto T. et Jarry Grégory doc, humour colonialisme 2009 27/11/09 9782914553667 FLBLB International -colonies, esclavage, libération 9,00 € 9 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

En 2006, alors qu’un ministre suggérait d’enseigner les « aspects positifs de la colonisation », Grégory Jarry et Otto T. constatent à quel point ceux-ci sont méconnus. Ils entament alors la série Petite histoire des colonies françaises, afin de rafraîchir les mémoires et rendre intelligibles les enjeux de la colonisation, d’une façon pédagogique et documentée autant que distrayante.

Après deux tomes coloniaux (L’Amérique française puis L’Empire) et une parenthèse uchronique (La Conquête de mars), Grégory Jarry et Otto T. devancent les commémorations des indépendances en 2010 et apportent leur pierre dans la mare de l’identité nationale avec ce troisième tome consacré à la décolonisation, et plus particulièrement aux guerres d’Indochine et d’Algérie.

"Mes chers amis, vous l’attendiez depuis longtemps, j’ai enfin le plaisir de vous annoncer la parution du troisième volume de la Petite histoire des colonies françaises. Ensemble et durant plus d’une heure et demie, nous allons voir par quelles convulsions de l’histoire La France, qui possédait un Empire Colonial de 12 millions de km² en 1914, est redevenu un pays tout à fait normal au début des années 60. Ce phénomène par lequel un peuple décide de se séparer d’êtres humains dont il a conquis les terres et le coeur depuis des dizaines d’années, les historiens auraient pu l’appeler « Drame d’amour ». Finalement, ils ont opté pour « Décolonisation ». (...)

En quelque sorte, la Décolonisation fut la privatisation de la Colonisation."

Le Général de Gaulle

Dans la première édition du troisième tome de la Petite histoire des colonies, le Général De Gaulle a fait une bourde. Il s’en excuse et rectifie ci-dessous.

Pour ceux qui souhaitent insérer cet erratum dans leur livre, il existe un pdf imprimable ici : rectificatif en Pdf. (4 errata par page : coupez la feuille en quatre et vous aurez quatre feuillets identiques au format carte postale, insérables dans vos 4 exemplaires du livre).

Ci dessous, en image

x 13 20 200 p. “La gauche” , les Noirs et les Arabes T Lévy Laurent essai colonialisme 2010 18/01/10 9782358720045 La Fabrique Politique et société 13,20 € 13.20 présent à Plume(s)
AA AA

La loi sur le foulard à l’école, les émeutes de novembre 2005 dans les banlieues françaises, l’Appel des Indigènes de la République : autant d’événements qui ont fait ressortir des clivages graves à l’intérieur même de ce qu’on appelle " la gauche ".

Le Parti communiste, l’ex-LCR devenue NPA, les Verts, les anarchistes, tous ont vu leurs propres rangs se scinder sur ces sujets : les fondamentalistes de la laïcité, les républicains intégristes, les féministes institutionnelles se sont regroupés dans chacun de ces partis au nom des valeurs bafouées et de la lutte contre le communautarisme. Laurent Lévy montre combien de racisme, quelle haine de l’islam sont dissimulés derrière chacun de ces discours.

Il décrit le combat que mènent la jeunesse populaire " postcoloniale " et ses alliés contre le versant national-républicain de " la gauche ". Un livre de nature à faire grincer quelques dents mais qui défend l’égalité de n’importe qui avec n’importe qui - une valeur républicaine somme toute.

x 20 27 44 p. Le maître est un clandestin
Enfants des colonies t.2 ; années 1960, les années de l’indépendance
T
Daeninckx Didier et Ferrandez Jacques jeunesse colonialisme 2010 15/05/10 9782355041181 Rue du Monde Histoire d’Histoire Jeunesse -regards sur le monde 14,50 € 14.50 présent à Plume(s)
AA AA

A l’école, rien n’est plus comme avant pour Lucie et Salam : leur maître a dû quitter Marseille pour aller faire la guerre en Algérie.

Les deux enfants voient partir du port des bateaux remplis de soldats, d’autres revenir chargés de blessés. Dans toute la ville, l’ambiance est étrange. Des manifestants crient : " Paix en Algérie ! " Les policiers sont partout. Une nuit, le père de Salam et de Lucie surprend un drôle d’individu en train de renverser les poubelles. Ce jour-là commence l’histoire la plus secrète de la famille...

x 15 23 608 p. 200 ans d’inavouable
La Colonie française en Algérie - Rapines et péculats
T
Aggoun Lounis doc colonialisme, Algérie 2010 10/09/10 9782917112144 Demi-Lune Résistances International -colonies, esclavage, libération 23,00 € 23.00 présent à Plume(s)
AA AA

Une longue et tumultueuse histoire commune unit la France et l’Algérie en des relations fusionnelles. Se basant sur les travaux de nombreux historiens, de journalistes et de témoins, cet ouvrage apporte une grille de lecture radicalement nouvelle en allant jusqu’au bout de la logique. Faisant fi de la langue de bois, l’auteur développe un ensemble de thèses proprement explosives.

En 1962, une nouvelle forme de colonisation a commencé en Algérie, qui conserve les aspects les plus sombres de la précédente. La révolution est à peine née que débute l’élimination des dirigeants de valeur, compétents et intègres. Une petite clique d’officiers s’appuie alors sur une frange des révolutionnaires pour s’emparer graduellement du pouvoir. D’éliminations politiques en assassinats, se concentre au sommet de l’État ce que le pays nourrit de plus néfaste. L’Algérie devient un État terroriste. Aux deux bouts de la chaîne, en amont et en aval de la spoliation à grande échelle, se trouvait un homme, Larbi Belkheir, l’un des architectes de la confiscation du pouvoir en 1962 et le promoteur en 1999 du régime présidé par Bouteflika.

En décidant d’envahir l’Algérie, la France a-t-elle apporté Les Lumières ou l’incendie ? La colonisation a-t-elle eu un caractère positif ou génocidaire ? De Gaulle a-t-il offert l’Indépendance ou bien a-t-il plongé le pays dans un cauchemar dont celui-ci n’arrive pas à sortir ? Les Algériens ont-ils réellement accédé à l’Indépendance ou furent-il dès le départ piégés par les aventuriers entourant le général ? Boumediene a-t-il succombé à une mort naturelle ou fut-il empoisonné par les DAF, ces déserteurs de l’armée française dont il bridait les ambitions ? Le pouvoir qui lui succéda était-il souverain ou contrôlé en sous-main par un clan d’agents de la France (Hizb França) derrière Chadli ? L’assassinat d’Ali Mécili par la Sécurité Militaire algérienne s’est-il accompli en dépit des forces de l’ordre dirigées par Charles Pasqua ou bien ce dernier a-t-il participé à l’élimination d’un des principaux opposants algériens ? Quel rôle la France a-t-elle joué lors de la descente aux enfers de l’Algérie au cours de la décennie 1990 ? Le terrorisme islamiste est-il, comme le présentent les médias, un fléau contre lequel les services algériens et français ont combattu pour sauver l’Algérie de la talibanisation et la France de la contagion ? Ou est-ce une aubaine pour justifier le maintien du peuple algérien sous le joug, de sorte à légitimer le pillage des ressources ? Al-Qaïda au Maghreb islamiste est-il une « franchise » du couple infernal ben Laden/Zawahiri, ou ses commanditaires sont-ils installés au Club des Pins ? Qui sont les véritables maîtres de l’Algérie ?

Voilà quelques-unes des nombreuses questions auxquelles l’auteur tente de répondre, sans peur de briser les tabous, en dévoilant certains des aspects les plus noirs de la relation entre les deux pays. Au fil des pages, les mythes ne cessent d’imploser !

De Napoléon à Sarkozy, de Talleyrand à Pasqua, du dey d’Alger à Larbi Belkheir, dans de fascinants et vertigineux allers-retours entre hier et aujourd’hui, ce livre retrace près de deux siècles d’une histoire aussi complexe que tumultueuse. En revisitant l’histoire récente de manière factuelle et très documentée, il ambitionne d’apporter, avec beaucoup de courage, une parcelle de vérité dans un océan de mensonges et de désinformation. Il est temps de faire la lumière sur les « pages glorieuses de la colonisation française », sur les drames de la guerre d’Algérie, tout comme sur la situation économique actuelle d’un pays tout entier dévoré par la prévarication.

x 11 17,5 96 p. Abd el-Kader : "Non à la colonisation" T Ammi Kebir M. biographie, jeunesse colonialisme 2011 02/03/11 9782742785001 Actes Sud Ceux qui ont dit non Jeunesse -littérature 8,00 € 8.00 épuisé
AA AA

"La terre est suffisamment grande pour accueillir en son sein tous les hommes, pour peu qu’ils veuillent vivre ensemble et partager ce qu’ils possèdent.
Pourquoi un homme imposerait-il sa vérité et sa loi à un autre ? Que gagnerait-il ? La France serait bien mieux chez elle, elle n’exposerait pas ses fils à une mort inutile. Mais elle serait la bienvenue aussi, ici, si elle acceptait de venir avec l’aura d’une nation qui s’est battue pour la liberté et qui en a payé un prix élevé, et non pas en guerrier qui sème la mort
".

Le parcours d’une figure trop peu connue de l’histoire de la colonisation, un émir lettré qui, jusqu’à la reddition, eut à coeur de préserver le peuple algérien. Sa résistance inspirera plus tard de grandes figures de la décolonisation.

x 11 17,5 92 p. Discours sur le colonialisme
Suivi de Discours sur la Négritude
T
Césaire Aimé essai colonialisme 2004 01/07/04 9782708705319 Présence africaine International -colonies, esclavage, libération 5,20 € 5.20 sur commande ?
AA AA

Comme naguère Jean-Jacques Rousseau dénonçait le scandale d’une société fondée sur l’inégalité, avec la même clarté, et un bonheur d’écriture que seule peut inspirer la passion du juste, Aimé Césaire prend ses distance par rapport au monde occidental et le juge.

Ce discours est un acte d’accusation et de libération. Sont assignés quelques ténors de la civilisation blanche et de son idéologie mystifiante, l’Humanisme formel et froid. En pleine lumière sont exposées d’horribles réalités : la barbarie du colonisateur et le malheur du colonisé, le fait même de la colonisation qui n’est qu’une machine exploiteuse d’hommes et déshumanisante, une machine à détruire des civilisations qui étaient belles, dignes et fraternelles.

C’est la première fois qu’avec cette force est proclamée, face à l’Occident, la valeur des cultures nègres. Mais la violence de la pureté du cri sont à la mesure d’une grande exigence, ce texte chaud, à chaque instant, témoigne du souci des hommes, d’une authentique universalité humaine. Il s’inscrit dans la lignée de ces textes majeurs qui ne cessent de réveiller en chacun de nous la générosité de la lucidité révolutionnaires.

Le Discours sur le colonialisme est suivi du Discours sur la Négritude, qu’Aimé Césaire a prononcé à l’Université Internationale de Floride (Miami), en 1987.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |