spécisme - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4 documents sur le thème : spécisme



4 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15 21 237 p. La Raison des plus forts
La conscience déniée aux animaux
T
Jouventin Pierre essai spécisme 2010 06/05/10 9782915517521 Imho Radicaux libres Politique et société 15,20 € 15.20 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Les avancées de la science contredisent radicalement la conception cartésienne de " l’animal-machine " ou le statut actuel de res nullius ou de " bien meuble ". Mais tandis que les preuves d’une continuité cognitive entre l’humain et l’animal s’accumulent, le sens commun continue de tenir les animaux pour des êtres sans conscience. Il est vrai que ce négationnisme sert de nombreux intérêts économiques (viande, fourrure...), technoscientifiques (expérimentation) ou même récréatifs (chasse, corrida...).

Sommes-nous prêts à élargir notre considération aux animaux ? Tel était le sujet du colloque organisé le 14 novembre 2009 à l’université Paris V René Descartes par les associations Droits des Animaux et Tribune animale (Science-Po Paris) auquel cet ouvrage fait suite. Il regroupe le point de vue d’universitaires (philosophes, éthologues, historiens, juristes, économistes) et d’antispécistes, français et étrangers.

x 13,5 19 94 mn Zoos, l’enfer du décor T Knudsen Pablo doc animaux, zoo, spécisme 2007 30/11/06 Pablo Knudsen Divers -DVD 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA
Zoos, l’enfer du décor explore la question de l’enfermement animal au sein des espaces zoologiques. Une forme d’exploitation de plus en plus contestée de nos jours. En attribuant une place de choix au dialogue et par la présence de nombreux intervenants, ce documentaire fait naître une réflexion pertinente et développe plusieurs problématiques directement liées à celle de la claustration d’animaux. Dans un premier temps, le film retrace l’histoire des zoos en Europe depuis l’époque coloniale, ainsi que les remises en question que le zoo a subi, causées notamment par des failles entre le discours de justification de cette entreprise (intérêt pédagogique, sauvegarde des espèces, réintroduction, études scientifiques) et la réalité du terrain. Zoos, l’enfer du décor dévoile des informations méconnues du public : chiffres alarmants concernant la mortalité des animaux sauvages détenus captivité, comportements stéréotypés, commerce illégal, difficultés de réintroduction, etc... Par la suite, le film s’oriente vers une réflexion éthique, concernant le sentiment de soi que possède l’animal, sa souffrance physique et mentale. Les critères de considération morale que l’Homme devrait avoir à l’égard de l’animal et définis en fonction de la capacité de l’animal à ressentir plaisirs et souffrances. Ces critères sont négligés au sein de nos sociétés, dans lesquelles le spécisme occupe une large place...
x 15,5 22,5 201 p. Introduction au carnisme
Pourquoi aimer les chiens, manger les cochons et se vêtir de vaches
T
Joy Melanie essai spécisme 2016 26/05/16 9782825145951 Age d’homme V Politique et société 17,00 € 17.00 manquant sans date
AA AA

Le carnisme, c’est cette idéologie invisible qui nous conditionne à trouver normal, naturel et nécessaire de consommer des produits animaux. On pourrait dire que sa fonction, c’est justement d’occulter la violence et d’étouffer la dissonance cognitive. C’est cette idéologie qui nous empêche de percevoir l’ampleur de la souffrance animale..

Préface de Matthieu Ricard et de Martin Gibert

x 14 22,5 496 p. Antispéciste
Réconcilier l’humain, l’animal, la nature
T
Caron Aymeric essai spécisme 2016 07/04/16 9782359494983 Don Quichotte Politique et société 20,90 € 20.90 présent à Plume(s)
AA AA

Certains en possèdent déjà : les animaux de compagnie, les espèces protégées et les animaux d’élevage. Mais les droits que nous leur avons consentis sont minimaux et incohérents. Nous traitons différemment les chiens, que nous considérons comme des membres de la famille, et les cochons, réduits au rang d’objets produits en masse et abattus dans d’indignes conditions. Pourtant cochons et chiens présentent une sensibilité et une intelligence similaires.

Comment en sommes-nous venus à les classer dans des catégories si différentes ? C’est que nous sommes spécistes. Le terme, peu connu en France, fera bientôt partie de notre vocabulaire. A l’instar du racisme et du sexisme, dont il poursuit la logique. Le spécisme consiste à traiter différemment, et sans la moindre raison valable, deux espèces qui présentent les mêmes caractéristiques. Tout comme nous avons longtemps dénié aux femmes les mêmes droits que les hommes.

L’affirmation de l’antispécisme sera celle de l’animalisme, un mouvement philosophique qui promeut la nécessité d’accorder des droits à tous les animaux, en raison de leur capacité à souffrir. Loin d’être anecdotique, l’animalisme incarne le mouvement idéologique le plus révolutionnaire ; pour la première fois depuis 2000 ans, il entend sortir nos systèmes de pensée occidentaux de leur logique anthropocentriste et reconnaître que nous, qui sommes des animaux, avons des obligations morales à l’égard de nos cousins.

Surtout, l’animalisme s’inscrit dans une logique d’écologie politique, éloignée de celle incarnée dans les élections. Non plus une écologie superficielle, qui se soucie seulement de préserver les écosystèmes, les ressources et quelques espèces en péril, mais une écologie profonde, qui repense complètement la place de l’homme dans le monde. Pour que ce dernier ne vive plus en parasite, mais en symbiose avec toutes les formes de vivant.

Cela oblige à une refonte de nos institutions et à briser la vision à court-terme du temps politique. Cela nous oblige aussi à une réforme intellectuelle qui remette en question la notion de " profit ". Le capitalisme, le socialisme, le communisme, le néo-libéralisme sont aujourd’hui discrédités, si ce n’est dépassés.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |