Vinciane Despret - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
Accueil du site > Les auteurs > Vinciane Despret

Vinciane Despret

Philosophe, chercheuse au département de philosophie de l’université de Liège. Elle est l’auteure de plusieurs livres sur la question animale qui font référence, notamment Bêtes et hommes (Gallimard, 2007) et Penser comme un rat (Quae, 2009).

3 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 20,5 325 p. Que diraient les animaux ...
si on leur posait les bonnes questions ?
T
Despret Vinciane animaux 2012 03/05/12 9782359250589 la Découverte Empêcheurs de penser en rond Divers -sciences 19,00 € 19.00 épuisé
AA AA
L’auteure a choisi de raconter vingt-six aventures amusantes ou stupéfiantes qui sont arrivées à des chercheurs (mais aussi, par exemple, à des éleveurs) et qui remettent en cause nos idées reçues sur ce que font, veulent, et même « pensent » les animaux. C’est quand les chercheurs sont obligés de proposer de nouvelles explications hors des sentiers battus, de bousculer ce qu’ils tenaient pour des certitudes bien établies qu’ils deviennent passionnants… et rejoignent souvent le sens commun qui n’a jamais douté une minute de l’intelligence et des qualités morales des animaux.
x 12,5 19 205 p. Les faiseuses d’histoires
Que font les femmes à la pensée ?
T
Stengers Isabelle et Despret Vinciane essai Afrique, femmes 2011 07/04/11 9782359250473 la Découverte Empêcheurs de penser en rond Politique et société -femmes 14,50 € 14.50 présent à Plume(s)
AA AA

Comment garder la force que nous ont transmise les femmes dont on n’attendait rien d’autre que d’être une maîtresse de maison - épouse, mère ? Ces femmes qui, bravant le ridicule, de manière parfaitement désintéressée (elles ne pouvaient nourrir aucun espoir de carrière), ont résisté à l’objection doucereuse de leur père : « Mais, ma chérie, tu ne manques de rien... » et ont cherché par tous les moyens à créer et à vivre. L’Université leur était alors interdite et Virginia Woolf mettait leurs filles en garde : n’allez jamais rejoindre la procession « des hommes chargés d’honneurs et de responsabilités ». Qu’avons-nous appris, nous, les filles infidèles de Virginia, qui avons, de fait, rejoint les rangs des « hommes cultivés » ? Nous avons le sentiment d’assister à la fin d’une époque : celle où nous pouvions nous réjouir de voir des jeunes femmes (et des jeunes hommes aussi) prendre goût à la recherche, devenir capables de cette liberté dont nous avons profité.

Désormais, à l’Université comme partout ailleurs, il s’agit de manifester sa flexibilité, d’apprendre à donner les bons signaux et à écouter ceux qui proviennent du marché, bref de donner les gages requis de motivation et de sérieux. Comment vivre cette fin d’époque sur un mode qui ne soit ni cynique ni nostalgique ? Comment échapper au « chacun pour soi » qui devient la règle à l’Université comme ailleurs ? Comment faire aujourd’hui relais au cri de Woolf, « Penser nous devons » ? Il nous fallait rencontrer des femmes chez qui nos questions faisaient écho et qui pourraient leur donner des dimensions imprévues, appeler à prolonger ainsi le cri de Virginia Woolf.

Françoise Balibar, Bernadette Bensaude-Vincent, Laurence Bouquiaux, Barbara Cassin, Mona Chollet, Emilie Hache, Françoise Sironi, Marcelle Stroobants, Benedikte Zitouni, ont accepté de témoigner des anecdotes, des événements discrets ou des perplexités qui ont marqué le chemin par lequel chacune a découvert ce que pouvait signifier « penser » et passer ainsi du refus à la création. Mêmes si les portes de l’Université se sont ouvertes aux femmes, cela ne signifie pas qu’elles s’y soient senties « à leur place ».

x 11,5 21,5 207 p. Habiter en oiseau T Despret Vinciane essai 2019 02/10/19 9782330126735 Actes Sud Mondes Sauvages Divers -sciences 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Qu’est-ce que serait un territoire du point de vue des animaux ? Vinciane Despret mène l’enquête auprès des ornithologues Car ce qui l’intéresse surtout, c’est d’observer la naissance et le développement de l’intérêt que les scientifiques portent aux oiseaux. Où l’on voit alors que, plus on étudie les oiseaux, plus les choses se compliquent. De nouvelles manières de faire territoire apparaissent, bien plus complexes que les ornithologues ne pouvaient l’imaginer.

Et si ces manières n’étaient que du spectacle, des parades dont personne n’est vraiment dupe ? Et si ce n’était qu’un jeu, pour "faire semblant" ? Et si l’on prêtait attention au fait que les territoires sont toujours collés les uns aux autres ? Ne seraient-ils pas, alors, une façon pour les oiseaux de continuer à vivre ensemble en étant autrement organises ? Sous la plume de Vinciane Despret, oiseaux et ornithologues deviennent intensément vivants et extrêmement attachants.

A l’issue de ce livre, on ne devrait plus considérer la notion de territoire comme allant de soi. Et l’on n’entendra peut-être plus de la même façon les oiseaux chanter.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |