François Ruffin - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
Accueil du site > Les auteurs > François Ruffin

François Ruffin

Journaliste et fondateur du journal satirique Fakir.

Il est aussi l’auteur de Les petits soldats du journalisme (Ed. Les Arènes), et La guerre des classes (Fayard).

Il vit à Amiens.


18 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 19 276 p. Leur folie, nos vies
La bataille de l’après
T
Ruffin François essai juin 2020 06/06/20 9791020908797 Les Liens qui Libèrent Politique et société 17,50 € 17.50 présent à Plume(s)
AA AA

Pendant le confinement, depuis sa cuisine, François Ruffin dessine le monde de demain. On en était où ? Ah oui. On fonçait vers le gouffre, à vitesse accélérée. La calotte glaciaire fondait, les ours polaires se noyaient, le Mont-Blanc reculait, les oiseaux ne se cachaient même plus pour mourir. Et soudain, la planète s’arrête. C’est une crise, avec son cortège de drames. Mais c’est aussi une fenêtre.

L’occasion d’une bifurcation. La mondialisation, le tout-marché, c’était "une folie", regrette le président. Et on nous le promet : "Il y aura un avant et un après". L’espoir renaît. La crainte aussi. Car, déjà, tout repart comme avant, de l’avant, et même pire qu’avant… L’après se mérite. L’après est un champ de bataille. L’après est un combat, contre les forces obscures qui ne renoncent pas. Durant les deux mois de confinement, François Ruffin, journaliste et député de la Somme, a animé sa radio-cuisine, "L’An 01".

Il a reçu des milliers d’alertes, et beaucoup d’invités : des infirmières bien sûr, un ambulancier, des auxiliaires de vie, des caissières, un libraire, un cariste de chez Amazon, un ouvrier de chez Valeo, une patronne de bar-tabac, un routier à l’arrêt... Des intellectuels, également, pour penser ce moment. En reporter, il passe ici cette crise au scalpel, en dresse un récit vivant. Et, en député, il ouvre des voies pour l’après : sur l’économie, la santé, la démocratie, l’égalité…

x 12,5 19 184 p. Il est où, le bonheur T Ruffin François essai novembre 2019 06/11/19 9791020908179 Les Liens qui Libèrent Politique et société 14,00 € 14 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

« Nous sommes tous sur la même planète, tous sur le même bateau. » Le mardi 23 juillet dernier, Greta Thunberg et ses jeunes amis visitaient l’Assemblée nationale. « La bataille pour le climat, nous la gagnerons tous ensemble ! »

Ah bon, vraiment ?
Voilà que cet impératif, sauver la planète, nous rassemblerait tous ? Riches et pauvres ? Damnés de la Terre et actionnaires ? Tous unis contre la catastrophe en cours ? Voilà que ce nouveau spectre, le réchauffement, éteindrait « la guerre des classes » ?
Au contraire, me semble-t-il.

Au contraire : la crise écologique aiguise cette lutte, la renforce. La « guerre » ne porte plus seulement sur le niveau de vie, mais sur la vie elle-même. Nous sommes engagés dans un combat, des « Terriens » contre des « forces destructrices », de l’intérêt général contre les multinationales. Nous avons des adversaires, et ils sont organisés, avec des bataillons d’avocats, de lobbies, d’éditorialistes, d’élus, jusqu’au sommet des États.

S’éclairant « à la lumière de Jaurès », François Ruffin rouvre un chemin pour la gauche. Avec cette question au cœur : comment muer le plomb de l’angoisse en or de l’espérance ? Il est où, désormais, le bonheur, et le progrès, et le sens de l’existence, par temps d’effondrement ?

x 10 14 172 p. Métro, boulot, chimio
Débats autour du cancer industriel
T
Ruffin François enquête santé, travail, cancer 2012 01/10/12 9782953687781 Le Monde à l’envers Divers -petits livres 4,00 € 4.00 sur commande ?
AA AA
En partant d’un exemple apparemment trivial - qui soupçonnerait le PVC d’être cancérigène ? -, les contributions réunies ici documentent les ravages quotidiens de l’industrie, sur notre santé et sur l’environnement. Une polémique sur le rapport de la gauche à l’emploi, à l’industrie et aux ouvriers. Un débat politique entre les partisans de la réindustrialisation et ceux qui rappellent cette évidence : nos vies valent plus que nos emplois.
x 12 19 200 p. Leur grande trouille T Ruffin François essai économie, libéralisme 2011 19/10/11 9782918597377 Les Liens qui Libèrent Politique et société 18,30 € 18.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Depuis dix ans, François Ruffin visite des usines, voit des ouvriers manifester, désespérer, et avec, toujours, au bout, la défaite.

« Ça lasserait le plus vaillant des soldats, écrit-il, tant de défaites accumulées. Ça m’a lassé. Le dégoût est monté lentement, comme une marée. Mais là, avec les Parisot, il s’est installé, définitif. Il faut préparer la contre-offensive ... » Quelle est leur grande trouille ? Leur peur bleue ? Il suffit de peu d’analyse. A chaque intervention du MEDEF, la même rengaine : « Nous attendons des responsables politiques qu’ils écartent toute mesure protectionniste » ; « nous sommes convaincus que nos économies retrouveront le chemin de la croissance à condition que les pays écartent les mesures protectionnistes » ... Tous copains sur un thème, patrons européens, américains, canadiens, japonais repoussent ce spectre par un « refus commun de toute forme de protectionnisme ».

Vivement l’avenir ! A condition qu’il ressemble au présent ... Plus absurde encore, cette lutte est fondamentale « pour nos économies mais aussi nos démocraties. » Car taxer les importations, c’est bien connu, voilà le prélude du fascisme ... Voilà leur talon d’Achille. Contre leur libre-échange, des barrières douanières. Des taxes aux frontières. Des quotas d’importation. La grosse artillerie. C’est notre dernière arme.

Les seules batteries qui les feront reculer. Sans quoi, tel un hamster dans sa cage, nous serons condamnés à faire tourner notre roue, plus vite, toujours plus vite, parce que le hamster allemand, le hamster roumain, le hamster chinois, pédale bien plus vite ... ou pour moins cher. Dans cette course mortifère le « travail » est réduit à un coût ... qu’il faut sans cesse baisser. La Sécurité sociale, les retraites décentes, le salaire minimum deviennent des boulets qui nous ralentissent.

Les normes écologiques sont des « entraves » pour nos entreprises. A partir de reportages, de rencontres avec syndicalistes, patrons, économistes, douaniers, ce livre explore brillamment cette « hypothèse interdite ».

x 14 20,5 271 p. Les petits soldats du journalisme T Ruffin François enquête médias 2003 04/02/03 9782912485496 Arènes »» Politique et société -médias 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

Le Centre de formation des journalistes se proclame " la meilleure école de journalisme en France et même en Europe ". Patrick Poivre d’Arvor, David Pujadas, Pierre Lescure, Franz-Olivier Giesbert, Laurent Joffrin et tant d’autres ténors de la presse sont passés dans ses murs. Pendant deux ans, François Ruffin a suivi leur exemple. Elève appliqué, il a pris en notes les conseils des professeurs et les confidences des " grandes plumes ". Il s’est coulé dans le moule, pour voir. Et il a vu.

" Dans un an, vous serez journalistes, confie un intervenant. Vous entrerez dans ce que j’appelle " le complot de famille ", c’est-à-dire des règles qui peuvent scandaliser les gens mais, bon, c’est comme ça que la machine fonctionne. " Un " complot " que ce livre met au jour : tacites ailleurs, les règles du métier sont ici affichées sans vergogne.

Comme dans un miroir grossissant, le journalisme ordinaire se révèle alors sans fard : la célébration du vide, le mépris du public, la soumission aux pouvoirs, la quête du profit, l’information prémâchée comme seul horizon...

Un récit incisif et insolent qui démonte, pièce à pièce, les rouages de la machine médiatique.

x 13 20 224 p. Ce pays que tu ne connais pas
Bienvenue en France, Monsieur Macron !
T
Ruffin François pamphlet 2019 21/02/19 9782711201297 Arènes »» Récits Politique et société 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

François Ruffin retrace le parcours de l’enfant prodige de la bourgeoisie d’Amiens, qui choisit Paris, l’Ena, la commission Attali sous Sarkozy, la banque d’affaires, rejoint l’Elysée du temps de François Hollande, puis se lance dans la course à la présidence de la République. Il met en lumière les choix du chef de l’Etat, les protections qu’il sollicite, ses relations incestueuses avec les patrons de médias et les grandes fortunes (qui sont souvent les mêmes).

En contrepoint, François Ruffin se raconte aussi : son mal-être de jeune homme qui rêve de "sauter les grilles" du lycée, le refus de faire carrière après le Centre de formation des journalistes, le choix de pratiquer un journalisme dissident (Là-bas si j’y suis, Fakir), le film Merci patron ! et l’aventure de la députation, dans l’aspiration de la France insoumise. Il raconte ses rencontres avec ces Français qui comptent en euros, voire en centimes, il partage avec les lecteurs son engagement de tous les instants, jusqu’à l’austérité.

x 11 17 70 p. Contre les gourous de la croissance T Ruffin François pamphlet décroissance 2015 19/10/15 9782369210115 Fakir Politique et société -décroissance 4,00 € 4.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Croissance croissance croissance..." II y a quelque chose de pathétique et de comique à la fois, chez ces dirigeants qui guettent le ciel financier comme des météorologues, dans l’espoir d’un coin de ciel bleu. Qui ouvrent les entrailles de la relance comme des pythies. La croissance, c’est la croyance de l’époque. Aussi avons-nous rencontré Jean Gadrey, un économiste contre LE dogme. Fakir : Dans son dernier discours, en moins d’une minute, François Hollande prononce huit fois le mot croissance et quatre fois le mot confiance.

Là, on est un peu dans l’incantation, l’invocation d’une puissance céleste, on lie le psychologique à l’économique... Jean Gadrey : C’est comme si l’on pratiquait le vaudou pour que la croissance revienne. Mais elle ne reviendra pas. Nous vivons sur cette image du gâteau, le Produit intérieur brut (PIB), qui doit grossir. Et si ce gâteau ne grossit pas, on ne pourra pas en donner aux plus pauvres, même des miettes...

C’est une image excessivement trompeuse. D’abord, à qui ont profité les dix années, 1997-2007, de belle croissance aux USA ? Aux 10 % et surtout aux 1 % les plus riches, les parts étaient de plus en plus inégales. Et surtout, le gâteau qui grossit sans cesse, il est de plus en plus bourré de substances toxiques, d’actifs toxiques. Il est de plus en plus empoisonné. Et donc, partager un gâteau empoisonné, qui ça fait vraiment saliver ? Voilà ce que nous cachent les discours enflammés prônant le "retour à la croissance".

Jamais ils ne s’interrogent : n’y a-t-il pas contradiction entre la poursuite dans la voie du "toujours plus" et le règlement des grandes questions, du climat, de la biodiversité, ou de la pauvreté dons le monde ?

x 11 17 68 p. L’égalité c’est la santé T Ruffin François et Wilkinson Richard essai santé 2015 19/10/15 9782369210092 Fakir Politique et société 4,00 € 4.00 présent à Plume(s)
AA AA
Economie, sociologie, psychologie, criminologie, et même endocrinologie... Le plus souvent, on a l’impression de regarder des pièces d’un puzzle, mais sans apercevoir toute l’image. Ces pièces, dans son travail statistique, l’épidémiologiste Richard Wilkinson les rassemble, et ça donne une cohérence au tout. Ca nous a fichus le vertige, un genre de révélation. Assez pour qu’on se rende à York, en Angleterre, pour le rencontrer.
x 11 17 119 p. "Pauvres actionnaires !"
quarante ans de discours économique du Front national passés au crible
T
Ruffin François pamphlet économie 2014 15/03/14 9782369210078 Fakir Politique et société 6,00 € 6.00 sur commande ?
AA AA

"Pauvres actionnaires !". C’est sans ironie que, en 1986, les députés Front national lançaient ce cri d’alarme. Jean-Marie Le Pen s’autoproclamait alors le "Reagan français", adepte d’une "révolution fiscale" qui supprimerait l’impôt sur le revenu, pourfendeur de "l’état Kapo" et des "perversions de l’étatisme". Sa fille Marine Le Pen raconte aujourd’hui le contraire et s’en prend "aux marchés financiers, aux milliardaires qui détricotent notre industrie et jettent des millions d’hommes et de femmes de notre pays dans le chômage, la précarité et la misère. Oui, il faut en finir avec le règne de l’argent-roi".

Depuis quand, se demande François Ruffin, un peu embêté, depuis quand le Front national cause comme ça, un peu comme lui ? Qu’est-ce qui relève de l’imposture, ou du vernis social ? Qu’est-ce qui, à l’inverse, est profondément ancré dans le discours du FN ? Pour y répondre, l’auteur a plongé dans quatre décennies de littérature frontiste. Citant les professions de foi et les tracts du FN depuis sa fondation, il passe les thèmes en revue : "Etat", "impôts", "service public", "entreprise", "Europe", "mondialisation", "inégalités".

Une recherche menée sans hystérie ni complaisance.

x 11 17 123 p. Comment ils nous ont volé le football
La mondialisation racontée par le football
T
Ruffin François et Dumini Antoine enquête mondialisation, football 2014 16/05/14 9782369210061 Fakir Politique et société 6,00 € 6.00 épuisé, réédité avec l'ean 9782369210139
AA AA

On tape dans le ballon depuis la cour de récréation. Entre les buts de handball, dessinés sur le mur du préau, on s’est esquintés les genoux pour sauver un pénalty. On a fait les tournois du lundi de Pentecôte, aussi, fallait évacuer les vaches de la pâture, d’abord, enlever les bouses et passer le rouleau sur les trous de taupe. Et le dimanche, qu’il pleuve, qu’il vente, on chausse encore nos crampons dans les vestiaires...

Que s’est-il passé, alors ? C’est le même jeu, un ballon, deux équipes, quatre poteaux, et voilà que ce sport du pauvre brasse des milliards, s’exporte comme un produit, devient la vitrine triomphante, clinquante du capital. Que s’est-il passé ? Rien, en fait. Juste que l’argent a envahi toute la société, lentement, depuis trente ans, et que le football en est le miroir grossissant. C’est une histoire économique que ce sport nous raconte, à sa manière, des années 60 à aujourd’hui, de la libéralisation des ondes à la mondialisation des marques jusqu’aux fonds de pension.

Le ballon, comme un monde en plus petit.

x 11 17 120 p. Faut-il faire sauter Bruxelles ? T Ruffin François pamphlet 2014 24/01/14 9782369210047 Fakir Politique et société 7,00 € 7.00 présent à Plume(s)
AA AA

C’est pas rien, l’Europe. Elle surveille déjà nos déficits et contrôle nos budgets. Elle pond des centaines de directives et des milliers de règlements, de la privatisation du rail jusqu’aux dates d’ouverture de la pêche à pied. Elle gère notre monnaie. Elle en appelle à la « compétitivité » et à la « modération salariale ».

Mais autant on surveille l’Élysée, les faits et gestes du Président, son choix de cravate et ses « éléments de langage », autant la Commission, rien que d’y songer ça nous fait bailler : comment s’informer sur ce machin qui, à deux heures en Thalys de Paris, nous paraît si lointain ?

Pour s’informer sur l’Europe, on a donc fait du tourisme. On s’est rendu à Bruxelles, dans sa capitale, pour voir autre chose que le Manneken Pis, l’Atomium, le Musée Magritte, ou des vitrines aux jeunes filles dénudées. On a visité le « quartier européen », un kilomètre carré, environ.

On a flâné parmi ces bâtiments aux vitres teintées, ces grandes esplanades, ces blocs de béton armé, qui ressemblent à la Défense, ou à une ville nouvelle, ou à un centre commercial de luxe. Et à se balader entre les tours, on découvre d’autres détails, qui peuvent nous servir de symboles.

C’est une plaque d’amitié, devant l’entrée du Parlement, entre les lobbies et les députés européens.
C’est une statue portant un euro à bout de bras.
C’est un portrait géant de Jacques Delors.
C’est un étendard « for jobs and growth » déployé sur un building.

Et puis, on est entrés dans les tours, on a discuté avec les « décideurs », fonctionnaires, élus, lobbyistes, syndicalistes, comme ça, en reporter qui baguenaude. Et s’affiche tranquillement une idéologie : une fusion, une confusion, de la politique avec la finance.

C’est à cette promenade que le lecteur est invité.

Une excursion dans la capitale de l’Europe. Mais qui est aussi, surtout, une incursion dans les têtes de ceux qui la font.

x 17 11 114 p. Hector est mort
Enquête
T
Ruffin François enquête travail 2013 02/05/13 9782369210023 Fakir Politique et société 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le vendredi 22 février 2002, Hector Loubota, un jeune homme d’origine congolaise, travaille sur le chantier d’insertion de la citadelle d’Amiens. D’un coup, un pan de mur s’effondre, et il meurt écrasé sous 600 kilos de pierres. Que vient annoncer à la famille, le soir même du décès, une médiatrice de la ville d’Amiens ? "Mieux voudrait que vous ne portiez pas plainte." L’omerta est en marche. La justice organise alors l’injustice.
Avec une instruction qui s’éternise.
Avec un procureur, des substituts, des magistrats, qui négligent le dossier.
Avec des élus qui mêlent l’arrogance à l’indifférence.
Avec une presse locale qui se tait.

"J’ai confiance dans la justice de ce pays", déclarait le père, Bernard Loubota, au début de l’affaire. Onze années plus tard, ce n’est plus le cas. Et c’est le président du Bureau international du travail en personne, Gilles de Robien, ancien maire d’Amiens, ex-ministre, qui comparaît pour "homicide involontaire".

Cette enquête au long cours sur un accident du travail nous mène des quartiers populaires aux coulisses des tribunaux, dépeint "le traitement social du chômage".

x 11 17 111 p. Ils nous ont dit : vous êtes fous ! T Ruffin François témoignage 2013 21/09/13 9782369210016 Fakir Politique et société -histoire 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA

Sur les photos, dans les films, Maurice Kriegel-Valrimont (1914-2006), c’est le jeune homme à lunettes debout derrière le général Leclerc, le jour de la Libération de Paris, en août 1944, tandis que le général. Von Choltitz est fait prisonnier. Mais ce n’est pas avec un "ancien combattu qu’on vient discuter : c’est avec un militant au présent, toujours soucieux de "chercher la force motrice" à gauche, qui rouvrira l’espoir.

Entretiens avec François Ruffin

François Ruffin : J’ai 30 ans, c’est à peu près l’âge que vous aviez à la Libération. Mais le climat, qui est le climat d’aujourd’hui, c’est un climat de... résignation.

Maurice Kriegel-Valrimont : Je vais prendre deux moments. En 1934, les fascistes manifestent, ils essaient de prendre le pouvoir. C’est sérieux ! En 36, c’est le Front populaire. En deux ans, non seulement vous avez un recul du fascisme, mais d’une certaine manière en France, la fascisme est battu... En deux ans... Mais ça ce n’est rien du tout. En 42... Stalingrad est à portée de la conquête des Allemands. C’est-à-dire : c’est fini ! Le monde est sous la botte fasciste... Et en 44, Paris est libéré... (Rires) Là, j’ai imaginé... vous savez, nous avons été dans la même cellule avec Aubrac, avec Ravanel, à Lyon, et si l’un de nous, un soir, une nuit, s’était réveillé... Si l’un de nous avait dit que dans deux ans Paris serait libéré, les autres auraient passé le reste de la nuit à rigoler ! C’était invraisemblable... et c’est deux ans. (Rires). C’est ça ma réponse...

x 11 17 134 p. Vive la banqueroute !
Comment la France a réglé ses dettes, de Philippe le Bel au général de Gaulle
T
Ruffin François et Morel Thomas étude histoire, France, dette 2013 17/05/13 9782369210009 Fakir Politique et société -économie 6,00 € 6.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
La dette est à payer. L’austérité, nécessaire. Les réformes, impératives. Cette petite musique, nous la connaissons par coeur. Il suffit de regarder dans notre propre histoire, pourtant, pour découvrir que des alternatives existent. Que les dirigeants de la France ont, au fil des siècles, recouru à d’autres choix que la rigueur : l’impôt, la dévaluation, l’inflation, et surtout la banqueroute. En dix brefs récits, ce livre raconte comment nos grands hommes (Sully, Colbert, Talleyrond, Poincaré, etc), qui ont bâti l’Etat, qui ont leur statue sur les places de nos villes, ont régulièrement choisi, tout simplement, de ne pas payer rentiers et banquiers.
Comment ces rois, ces ministres, furent plus radicaux dans leurs actes que ne le sont aujourd’hui Attac ou Jean-Luc Mélenchon dans leurs discours. Contre le fatalisme, l’histoire est une arme ! Suivi de "l’irréalisme, c’est eux", entretien avec l’économiste Frédéric Lordon.
x 13,5 21,5 239 p. La guerre des classes T Ruffin François essai 2008 08/10/08 9782213638164 Fayard Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

" La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la remporter. " C’est Buffett qui a formulé ce jugement. Pas Marie-George, non. Warren. Deux " f ", deux " t ". La première fortune mondiale. Et c’est une évidence, sans doute, en cette époque où un " marché du luxe en forte croissance " côtoie " les émeutes de la faim ".

Une banalité, même, dans une France où le CAC 40 annonce des " profits records " et des " mégadividendes " tandis que, d’après l’INSEE, les salaires stagnent depuis trois décennies. Une certitude statistique quand 9,3 % du PIB a glissé, en vingt ans, du Travail vers le Capital. Une évidence, alors. Sauf qu’il a fallu, justement, un Warren Buffett pour la dénoncer. Jamais nous n’aurions osé, nous, prononcer ces mots, " guerre des classes " : par crainte de paraître " archaïques ", " simplistes ", " manichéens ".

Et, avec nous, c’est toute une gauche qui s’autocensure, qui s’enlise dans le salmigondis de la " complexité ". Toute une gauche avec des chefs qui déguisent leur lâcheté en " courage ", leur renoncement en " audace ", et qui causent gentiment de " rénovation ", de " modernisation " pour mieux masquer leur trahison.

x 15,5 23,5 516 p. Quartier Nord T Ruffin François banlieues 2006 01/03/06 9782213629018 Fayard Politique et société 26,00 € 26.00 sur commande ?
AA AA

Le portail a crissé, et Zoubir est entré dans mon jardin comme une anomalie : que venait faire sa silhouette de sumo-prolo entre les roses trémières et la haie des voisins ? Je lui ai collé l’étiquette, comme un réflexe : « quartier Nord ».

« Un jeune est mort sur le chantier d’insertion de la Citadelle. Allah yarahmo. La Mairie a tout fait pour étouffer l’affaire. Et pourquoi ce silence ? Parce que le gamin, là, un Noir, c’était un fils de rien. »

Ensemble, avec Zoubir, nous allons donc enquêter sur cet « accident », et cette histoire va nous mener vers d’autres histoires, de came, de boulot, de pognon, de logement, de folie, d’intérim, de prison, de résignation, deux années d’errance avec Monsieur Rabi, président burlesque d’une association de rapatriés, avec Rodrigue, ex-détenu qui patauge dans les « biz », avec Djouneïd, parachutiste au grand coeur, avec Zoubir, mon héros, lui qui s’allonge sur mon canapé comme sur un divan, qui raconte tout, du pâté qu’il dégustait « fanatiquement » enfant à son retour vers un islam « naïf », de son amour pour Audrey, six ans, « belle comme une fleur » à son engagement dans l’armée, « qu’on ne me traite plus de tapette », etc.

Aux côtés de ces Valeureux, j’ai recherché des « missions » chez Manpower, un camping pour les vacances, un terrain pas trop en pente pour le pavillon rêvé, j’ai fréquenté la salle de muscu, épongé des dettes chez Finaref, réclamé des F4 à l’OPAC et un « buffet halal » à Chirac, servi de chauffeur pour récupérer des malades à l’hôpital psychiatrique, pour transporter des crevettes peu fraîches, pour revendre de l’héroïne au détail et en semi-gros.

Au fil de cette épopée de proximité, l’injustice sociale - souvent discrète, invisible à qui ne la subit pas - s’incarne dans des visages, des récits pleins de rage et de joie.

x 13,5 19 76 mn J’veux du soleil T Perret Gilles et Ruffin François enquête gilets jaunes 2019 17/09/19 3545020066010
J2F079
Jour2Fete Divers -DVD 19,99 € 19.99 présent à Plume(s)
AA AA

« J’ai changé les plaquettes de frein et le liquide de refroidissement. 350 € chez Norauto... » C’est parti pour un road movie dans la France d’aujourd’hui ! Avec leur humour et leur caméra, Gilles Perret et François Ruffin traversent le pays : aÌ chaque rond-point en jaune, c’est comme un paquet-surprise qu’on ouvrirait. Qu’est-ce qui va en sortir ? Des rires ou des larmes ? De la tendresse ou de la colère ? De l’art ou du désespoir ? Les deux compères nous offrent des tranches d’humanité, saisissent cet instant magique ouÌ des femmes et des hommes, d’habitude résignés, se dressent et se redressent, avec fierté, avec beauté, pour réclamer leur part de bonheur.


Bonus : Vidéo des avant-premières - Interview des personnages du film - Affiche du film

x 13,5 19 830 mn Merci patron ! T Ruffin François 2016 04/10/16 3545020041857
J2F041
Jour2Fete Divers -DVD 19,95 € 19.95 présent à Plume(s)
AA AA

Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, et risquant désormais de perdre sa maison. C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d’ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ?

Bonus : Interview de François Ruffin - Scènes coupées


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |