Jacques Généreux - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
Accueil du site > Les auteurs > Jacques Généreux

Jacques Généreux

(1956 — ) Économiste français, professeur à Sciences Po, il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages.

Engagé en politique, il est le secrétaire national à l’économie du Parti de gauche, de sa création en 2008 jusqu’au congrès de Bordeaux de mars 2013. En 2016, il coordonne l’élaboration de L’Avenir en commun, le programme du mouvement La France insoumise fondé par Jean-Luc Mélenchon en vue de l’élection présidentielle de 2017.


12 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 278 p. La Grande Régression T Généreux Jacques essai 2010 14/10/10 9782021010879 Seuil Philosophie Generale Politique et société 18,30 € 18.30 9,10 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Durant les vingt premières années de ma vie, j’ai grandi dans un monde où le destin des enfants semblait naturellement devoir être plus heureux que celui de leurs parents ; au cours des trente suivantes, j’ai vu mourir la promesse d’un monde meilleur.

En une génération, la quasi-certitude d’un progrès s’est peu à peu effacée devant l’évidence d’une régression sociale, écologique, morale et politique, la "Grande Régression" qu’il est temps de nommer et de se représenter pour pouvoir la combattre. Car la première force des malades et des prédateurs qui orchestrent cette tragédie est leur capacité à présenter celle-ci ci comme le nouveau visage du progrès.

Et leur première alliée, c’est la perméabilité des esprits stressés. À l’âge de la démocratie d’opinion, les réactionnaires ne peuvent se contenter de le démolir l’acquis des luttes passées en faveur d’une vie meilleure pour tous ; il leur faut aussi anesthésier les résistances, susciter l’adhésion ou la résignation de leurs victimes ; ils doivent remporter une bataille culturelle dont l’enjeu est de nous faire aimer la décadence (...).

En dépit des apparences et de son titre, ce livre n’est pas pessimiste Il dit au fond que la voie du progrès humain est connue et possible. Il annonce que nous sommes allés à peu près au bout de toutes les impasses des temps modernes. Tant et si bien qu’au bout de la Grande Régression où nous voilà bientôt rendus, l’humanité devra bien, d’une manière ou d’une autre, prendre un autre chemin. La seule question est de savoir s’il nous faudra pour cela endurer la régression jusqu’à l’effondrement, ou si une nouvelle majorité authentiquement progressiste pourra engager une Grande Transformation démocratique : celle qui nous sortira de la dissociété de marché pour nous emmener vers la société du progrès humain.

x 14 20,5 137 p. Nous, on peut !
Pourquoi et comment un pays peut toujours faire ce qu’il veut face aux marchés, face aux banques, face aux crises, face à la BCE, face au FMI...
T
Généreux Jacques essai politique 2011 15/09/11 9782021054699 Seuil Histoire Contemporaine Essais Politique et société 11,20 € 11.20 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

On connaît tous la rengaine de l’impuissance : "Dans une économie mondialisée, le gouvernement d’un seul pays ne peut plus faire grand-chose pour contrer le pouvoir de l’argent et des marchés.

Ne songez donc pas à faire payer les riches, à mater les spéculateurs ou à présenter la facture des crises aux vrais responsables ! Ce n’est plus possible, et les peuples doivent accepter la régression sociale nécessaire pour payer la crise à la place des banquiers et des rentiers qui l’ont provoquée ! C’est ignoble, mais c’est ainsi : on ne peut pas faire autrement ! " Eh bien, Nous, on peut !, comme l’explique ce bref précis d’économie politique à l’usage du simple citoyen.

"Nous", c’est-à-dire l’autre gauche incarnée ici par le secrétaire national à l’économie du Parti de gauche et par le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui préface l’ouvrage. Avec le talent pédagogique qui fait le succès permanent de ses livres d’économie, Jacques Généreux montre que la mondialisation néolibérale n’est pas une fatalité : c’est un processus politique entièrement commandé par des gouvernements nationaux qui font en réalité ce qu’ils veulent.

Préface de Jean-Luc Mélenchon

Il explique comment un gouvernement déterminé peut se débarrasser des spéculateurs, reprendre le contrôle de la finance, surmonter la crise de la dette publique, s’affranchir du carcan imposé par les traités européens, sans même sortir de l’Union européenne ou de l’euro. "Donnez-nous une semaine, un mois peut-être, et, en voyant ce que, nous, on peut faire, tous les Européens sauront aussitôt que le seul et unique obstacle à une autre politique...

c’est leur gouvernement".

x 11,9 17,7 205 p. Nous, on peut !
Manuel anticrise à l’usage du citoyen
T
Généreux Jacques essai politique 2012 06/09/12 9782757829790 Points Points Politique et société -alternatives 5,90 € 5.90 sur commande ?
AA AA

Les gouvernements doivent-ils plier face à la finance et aux marchés, comme on nous le répète de nos jours ? Dans ce bref précis d’économie politique à l’usage du citoyen, Jacques Généreux s’insurge contre la rengaine de l’impuissance servie par les hommes politiques. Il explique en cinq chapitres pourquoi et comment un pays peut toujours faire face aux marchés, aux crises financières, aux spéculateurs et à la BCE.

À l’évidence, une autre politique est possible, et les idées de Jacques Généreux rejoignent sur ce point celles de Jean-Luc Mélenchon, incarnation du changement et représentant de « l’autre gauche ».

x 11 15 477 p. La dissociété
A la recherche du progrès humain Tome 1
T
Généreux Jacques essai politique 2011 03/02/11 9782757822890 Points Points Essais Politique et société 11,70 € 11.70 épuisé
AA AA
Ce livre est motivé par la conviction qu’à l’époque des risques globaux la plus imminente et la plus déterminante des catastrophes qui nous menacent est cette mutation anthropologique déjà bien avancée qui peut, en une ou deux générations à peine, transformer l’être humain en être dissocié, faire basculer les sociétés développées dans l’inhumanité de "dissociétés" peuplées d’individus dressés (dans tous les sens du terme) les uns contre les autres. Eradiquer ce risque commande notre capacité à faire face à tous les autres... C’est pourquoi, ici, j’entends moins faire oeuvre de science politique que de conscience politique. Car la dissociété qui nous menace n’est pas un dysfonctionnement technique dont la correction appellerait l’invention de politiques inédites. Il s’agit d’une maladie sociale dégénérative qui altère les consciences en leur inculquant une culture fausse mais auto-réalisatrice.
x 10,8 17,8 390 p. L’autre société
A la recherche du progrès humain Tome 2
T
Généreux Jacques essai philosophie, politique 2011 03/02/11 9782757820667 Points Points Essais Politique et société -philosophie 9,60 € 9.60 épuisé, réédité avec l'ean 9782757866887
AA AA
L’autre société. Le culte de l’individu et la mondialisation du capitalisme n’ont pas accompli la promesse moderne de l’émancipation. Ils ont défait les liens sociaux, sans lesquels aucune liberté ne peut grandir. L’hyperlibéralisme engendre une dissociété violente et désordonnée, qui finit par susciter un rappel à l’ordre obscurantiste et antidémocratique. Le défi du XXIe siècle est dès lors de penser une autre société instituant des liens sociaux qui libèrent les individus. Ainsi, Généreux renoue avec l’essence du projet socialiste, mais en le refondant sur l’état contemporain des savoirs quant au fonctionnement des êtres humains. À la lumière des sciences de l’homme, et à l’opposé d’une gauche " moderne " qui court derrière des idées libérales dépassées, l’auteur dessine une République sociale et écologique, une " société du progrès humain " qui dépasse la modernité pour en accomplir la promesse.
x 13 20 390 p. Le socialisme néomoderne
ou L’avenir de la liberté
T
Généreux Jacques essai socialisme 2009 19/03/09 9782020983266 Seuil Politique et société 19,30 € 19.30 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Le culte de l’individu autoconstruit et la mondialisation du capitalisme libéral n’ont pas accompli la promesse moderne de l’émancipation. Ils ont juste défait les liens sociaux, sans lesquels aucune liberté ne peut grandir. L’hyperlibéralisme engendre une dissociété violente et désordonnée. Et face aux désordres, les nouveaux " libéraux " organisent le retour vers un ordre prémoderne, mélange de répression policière, d’intégrisme religieux, de contrôle communautaire et d’abrutissement dans le travail. Le défi politique du XXIe siècle est de penser un ordre social qui n’effacerait pas trois siècles d’émancipation. Il nous faut abandonner l’illusion d’une construction libérale de la société pour engager la construction sociale de la liberté. Or, tel a toujours été l’essence du projet socialiste, de Leroux à Blum, en passant par Marx et Jaurés. Les multiples dévoiements de ce projet ne le disqualifient pas ; ils exigent sa refondation néomodeme : une nouvelle modernité dont les principes politiques ne découlent plus du mythe moderne de l’individu autonome, mais de la réalité anthropologique de l’être social. A la lumière des sciences humaines, et à l’opposé d’une gauche " moderne " qui s’attarde à courir derrière des idées libérales dépassées, l’auteur dessine un socialisme qui dépasse la modernité pour en accomplir la promesse, qui offre un nouvel avenir à la liberté.
x 11 18 278 p. La grande régression
A la recherche du progrès humain Tome 3
T
Généreux Jacques essai 2011 08/09/11 9782757824740 Points Points Essais Politique et société 8,60 € 8.60 épuisé, réédité avec l'ean 9782757866894
AA AA
Les crises du capitalisme ne sont que l’écume d’une vague de fond : la civilisation a enclenché la marche arrière. Deux siècles durant, les sociétés industrielles étaient finalement parvenues à contenir les pulsions prédatrices d’accumulation, à combiner liberté individuelle et progrès social. Au lieu de poursuivre ce chemin de progrès, l’Occident des années 1980 a bifurqué en sens inverse, en livrant la planète à la compétition généralisée, au culte de l’individu et au pouvoir de l’argent. J. Généreux explique pourquoi cette bifurcation fut alors possible. Il en montre ensuite les effets, bien au-delà d’un désastre économique et écologique tellement visible qu’il masque l’essentiel : une destruction lente de la société, l’effondrement psychique des individus, le délitement de la démocratie, le désordre moral et social qui nourrit obscurantisme, replis communautaires et politiques sécuritaires liberticides. Il resitue aussi cette régression générale dans la dynamique d’évolution des sociétés depuis l’émergence des premières cités antiques.
x 14,5 22 416 p. La déconnomie
Quand l’empire de la bêtise surpasse celui de l’argent
T
Généreux Jacques essai 2016 10/11/16 9782021241198 Seuil Politique et société 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

Le management actuel du capitalisme n’est pas "inefficace", il tue des gens ! La théorie économique dominante n’est pas "discutable", elle est absurde ! Et les politiques "anti-crise" aggravent la crise. Tout cela est vraiment "déconnant", c’est-à-dire insensé, catastrophique et incroyable. Rien n’est plus sidérant que l’aisance avec laquelle une génération entière d’intellectuels, de responsables politiques et de journalistes adhère au même fatras d’âneries économiques et s’enferme dans le déni du désastre engendré par la mise en oeuvre de ses lubies (politique de l’offre, compétitivité, chasse aux déficits, "modèle allemand").

Comprendre cet effondrement général de l’entendement, tel est l’objet de ce livre. Les premiers chapitres composent une sorte d’anti-manuel (la déconnomie politique, la déconnomie européenne, allemande, théorique, etc) démontrant l’absurdité des recettes à la mode. L’auteur explique ensuite pourquoi on ne peut pas imputer les politiques "déconnantes" au seul complot d’une élite au service des riches.

Il s’agit donc de comprendre la "bêtise des intelligents" (Attali, Ferry, Macron, Valls, Hollande) et l’obscurantisme des prix Nobel d’économie (Tirole). Une part de l’explication tient à l’enseignement de l’économie. Une autre au dévoiement de la démocratie en système d’élection des moins doués pour la chose publique.

x 14,5 22 173 p. Les bonnes raisons de voter Mélenchon T Généreux Jacques essai politique 2017 01/03/17 9791020905031 Les Liens qui Libèrent Politique et société 13,80 € 13.80 présent à Plume(s)
AA AA
Jacques Généreux, co-responsable du programme de la France Insoumise et économiste reconnu, s’attache ici à expliquer l’inéluctable rupture qui s’impose en France et en Europe. Il s’adresse à tous les Français désireux de comprendre la nature essentielle du programme de la gauche écologiste, républicaine et social de Jean-Luc Mélenchon. Un ouvrage indispensable pour saisir l’importance et les enjeux de cette élection face aux impasses où nous ont enlisés droite et gauche au pouvoir.
x 11 18 240 p. Introduction à la politique économique T Généreux Jacques essai économie 2018 12/04/18 9782757856697 Points Points Economie Politique et société -économie 8,30 € 8.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Récessions, inflation, chômage, krach financier, crise de l’euro... Face à ces déséquilibres, que peuvent faire les gouvernements ? Quels objectifs guident leur action ? Comment fonctionnent les divers moyens d’intervention et à quelles conditions sont-ils efficaces ? Telles sont les questions abordées dans ce livre. Cette nouvelle édition entièrement actualisée introduit de nombreux schémas commentés pour décrire la chaîne complète des effets associée à chaque instrument d’intervention ; elle éclaire les débats contemporains (austérité ou relance, politique de l’offre ou de la demande, euro ou monnaie nationale...) et permet de comprendre pourquoi la conduite d’une politique économique est confrontée à des dilemmes spécifiques dans la zone euro.
x 11 18 454 p. La déconnomie T Généreux Jacques essai économie 2018 01/02/18 9782757872123 Points Points Economie Politique et société -économie 10,50 € 10.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Ce titre n’est pas une provocation. Comment qualifier autrement un management qui tue des gens, une « science » économique complètement fausse, une industrie qui empoisonne l’air, des politiques anti-crises qui aggravent les crises ? Certes, le pouvoir exorbitant du capital nourrit ces folies, mais il n’explique pas tout. Sous le règne visible de l’argent, prospère son socle le plus sûr : le règne de l’imbécilité ! Car les journalistes, les experts, les universitaires et les élus qui soutiennent la « déconnomie » ne sont pas tous « au service du capital ». Rien n’est plus fou que l’aisance avec laquelle tant d’« élites » adhèrent au même fatras d’âneries économiques. Diagnostiquer, expliquer et combattre cet effondrement massif de l’entendement : tel est le but essentiel de ce livre. Un manuel d’éducation citoyenne, un outil pour réapprendre l’économie autrement. Jacques Généreux.
x 15 20 Macronnomie
la déconnomie du président Macron
T
Généreux Jacques essai économie, Macron 9782021399004 Seuil Politique et société 15,00 € 15.00 à paraître
AA AA

Le candidat Macron nous promettait une politique dépassant le clivage gauche-droite, une « révolution » qui remettrait la France « en marche ». En quelques mois, pourtant, on a vu le nouveau Président amorcer une véritable contre-révolution, en arrière toute et carrément à droite, au nom de politiques économiques et sociales qui n’ont jamais marché ! Ces fameuses « politiques de l’offre » qui libèrent les patrons, diminuent les « charges » et enrichissent les riches au nom de la compétitivité. Il est alors bien tentant de réduire le moment Macron à l’avènement d’un opportuniste qui se contenterait d’être le « président des riches ». Mais, dans la lignée de La déconnomie (Seuil, 2016), ce livre propose un diagnostic bien plus subtil.

Sous l’apparente victoire de l’argent se cache en fait une troublante défaite de la raison. Loin d’être un aventurier au service de la finance, le président Macron semble animé par une philosophie qui voudrait articuler le meilleur du socialisme et du libéralisme. Pour autant, aussitôt qu’il aborde le champ économique et social, sa fine dialectique s’abîme dans une bouillie conceptuelle qui lui inspire des politiques aux effets contraires à ce qu’il prétend réaliser. En cela, il renoue avec la posture névrotique de la social-démocratie européenne qui, face à la mondialisation d’un capitalisme ravageur, s’est imaginée héroïque parce qu’elle avait le courage de se soumettre à ses lois et non plus celui de le combattre.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |