Bernard Friot - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Bernard Friot

Bernard Friot

(1946 — ) Sociologue et économiste français. Il enseigne à l’université de Paris X. Il anime l’Institut européen du salariat.

Ses recherches portent sur la sociologie du salariat et la comparaison des systèmes de protection sociale en Europe.

Son travail sur le salaire socialisé a notamment inspiré l’organisation étudiante SUD Étudiant quand elle a défini son projet de « salaire social étudiant ».

Bibliographie :

  • L’enjeu des retraites, 2010, édition La dispute
  • Puissances du salariat, 1999, édition La dispute
  • Et la cotisation sociale créera l’emploi, 1999, édition La dispute
  • La construction sociale de l’emploi en France, des années soixante à aujourd’hui, édition L’Harmattan

6 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 20 173 p. L’enjeu des retraites T Friot Bernard essai retraite 2010 25/03/10 9782843031632 La Dispute Travail et salariat Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 12,00 € 12.00 épuisé
AA AA

Les réformateurs et la plupart des opposants à la réforme actuelle des retraites, malgré leurs divergences, fondent leur diagnostic du prétendu " problème des retraites " sur les mêmes présupposés nous subirions un choc démographique, il serait impossible d’augmenter les cotisations qui alimentent les retraites, c’est un prélèvement sur la valeur produite par les actifs qui financerait les pensions, la justice voudrait que le montant des pensions soit déterminé par la somme des cotisations versées du temps de son activité, etc.

Cet ouvrage répond à ces arguments et propose une toute autre analyse. Et si le problème démographique était une illusion ? Et si les pensions de retraite n’étaient pas un revenu différé mais un salaire continué. lié à la qualification ? Et si les retraités n’étaient pas des inactifs, comme le veut la statistique, mais des personnes différemment actives, enfin libres de travailler à l’écart du marché du travail ? L’enjeu des retraites c’est d’abord reconnaître et prolonger l’indéniable réussite humaine et politique des retraites.

C’est également mettre en débat le statut du salaire et de la qualification pour tous, ainsi que le rapport au travail que nous voulons promouvoir. C’est seulement en posant de telles questions fondamentales que l’on pourra renouer avec les objectifs progressistes qui ont mené au système actuel et ouvrir une alternative sérieuse à la réforme en cours.

x 12,5 20 202 p. L’enjeu du salaire T Friot Bernard essai travail, salariat 2012 08/03/12 9782843032226 La Dispute Travail et salariat Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 15,00 € 15.00 épuisé
AA AA

La souveraineté populaire doit être défendue. Patronat et banquiers pratiquent le chantage à l’emploi et à la dette pour réduire les droits sociaux. Les gouvernants de droite et de gauche. loin de leur résister. s’évertuent à leur envoyer des " signaux qui les incitent à réclamer davantage. Est-il possible de briser cette soumission ? Oui. répond cet ouvrage. qui propose de porter plus loin les institutions qui sont nées des luttes pour le salaire.

et dont nous faisons à grande échelle l’expérience de l’efficacité : la qualification personnelle et la cotisation. La qualification personnelle peut faire disparaître le marché du travail. à condition d’attribuer à chacun. à sa majorité, une qualification et donc un salaire. Et contre les projets de remplacer la cotisation sociale par la CSG. la TVA ou les mutuelles. il faut au contraire l’étendre en créant une cotisation économique pour un financement de l’investissement sans crédit et donc sans dette.

L’enjeu du salaire. c’est la disparition du marché du travail. et donc du chantage à l’emploi. ainsi que la suppression du crédit lucratif. et donc du chantage à la dette. Ce n’est ni d’une réforme fiscale ni d’une plus grande régulation étatique que nous avons besoin. mais de plus de pouvoir populaire sur l’économie et sur le travail.

x 12,5 20 132 p. Vaincre Macron T Friot Bernard pamphlet politique, Macron 2017 05/10/17 9782843032899 La Dispute Travail et salariat Politique et société 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

Comment vaincre Macron, et donc le Medef ? En retrouvant la fierté de notre histoire populaire, qui est une histoire d’émancipation du travail, pour sortir le débat public de la fange de la xénophobie et prolonger les conquêtes du mouvement ouvrier au XXe siècle. Le temps est venu de donner un contenu économique concret à l’audace démocratique de l’article premier de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 : les humains naissent et demeurent libres et égaux en droits.

Toute personne majeure résidant sur le territoire national doit être dotée de trois droits inaliénables : la propriété d’usage de l’outil de travail afin de faire les choix majeurs dans l’entreprise ; la participation à la délibération des caisses chargées de subventionner l’investissement à la place du crédit bancaire et des groupes capitalistes ; le salaire à vie afin que, assurés de notre reconnaissance sociale, nous décidions au travail en toute liberté.

En prenant en main l’investissement et les entreprises, nous vaincrons Macron, et nous sortirons la production de la folie écologique, anthropologique et territoriale du capitalisme.

x 14 21 144 p. L’enjeu de la cotisation sociale T Friot Bernard sécurité sociale 2012 13/09/12 9782365120111 du Croquant Politique et société 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

Depuis 30 ans, le partage de la valeur ajoutée est de plus en plus défavorable au travail. Ce livre explique comment les réformes régressives concernant la sécurité sociale ont pu se déployer dans une relative impuissance des opposants. Pour justifier le gel de la cotisation sociale, appréhendée comme un coût du travail ennemi de l’emploi et cause de la dette, les réformateurs ont justifié leurs décisions par l’équité.

Celle-ci aboutit à confirmer les riches comme riches, les pauvres comme pauvres et les salariés comme des employables, des consommateurs et des prévoyants. En voyant également dans la cotisation, un coût du travail jouant contre l’emploi, les opposants aux réformes ont, quant à eux, fondé leur argumentaire sur le principe de la solidarité professionnelle et intergénérationnelle. Non seulement, cette dernière déplace l’enjeu hors du conflit capital-travail, mais elle contribue à affaiblir les luttes dans la division qu’elle opère entre cotisants et non-cotisants, risques professionnels et risques universels.

Cet ouvrage donne aux militants une perspective réjouissante d’émancipation du marché du travail à condition que la cotisation sociale soit bien conçue comme du salaire.

x 11 18 48 p. Abolir la dette T Friot Bernard essai dette 2019 07/12/19 9782351041390 Atelier de création libertaire (ACL) Politique et société -économie 5,00 € 5.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Ce sont nos anciennes et anciens de la classe ouvrière révolutionnaire, à l’école desquels nous nous sommes mis, qui ont montré dans les faits la possibilité d’un contrôle démocratique de l’économie, nous débarrassant – entre autres – des créanciers, fussent-ils publics. Comment ont-ils fait pour libérer la production du crédit et comment marcher à nouveau à leur pas, c’est ce qu’essaye de montrer, de façon très générale, ce petit texte illustré.
x 11,5 21 160 p. Un désir de communisme T Friot Bernard et Bernard Judith essai septembre 2020 02/09/20 9782845978164 Textuel Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Alors que nous sommes écrasés par le rouleau compresseur du capitalisme néolibéral, Un désir de communisme ravive une lumière qui ne s’est jamais éteinte. Après des décennies d’autocensure, tant le mot "communisme" avait été sali par le régime soviétique, Bernard Friot revendique la poursuite du mouvement réel de sortie du capitalisme.

Avec Judith Bernard ils explorent les voies ouvertes par de nouveaux droits économiques pour sortir le travail de l’impasse écologique et anthropologique où il est échoué.
Nos habitudes de pensée s’en trouvent bousculées, percutées par des alternatives à contre-courant du défaitisme ambiant ; et, plutôt que de se faire le défenseur des victimes qui peuplent les classes laborieuses, Bernard Friot se met désormais à l’école des vainqueurs qui la constituent.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |