David Graeber - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
Accueil du site > Les auteurs > David Graeber

David Graeber

(1961 — 2020) Anthropologue et militant, David Graeber a effectué ses recherches de doctorat entre l’Université de Chicago et Madagascar.

Il a enseigné aux universités de Chicago, Haverford, New York et Yale où il a été membre de la faculté pendant huit ans avant d’être renvoyé sans explications en 2005. Au cours des cinq dernières années, il a été actif au sein de plusieurs groupes d’action directe, dont le Direct Action Network et l’Action mondiale des peuples, en plus de participer à diverses actions lors de manifestations anticapitalistes (Sommet des Amériques à Québec en 2001, Sommet du G8 à Gênes en 2001, rencontre du FMI à Washington DC en 2002).

Il est également l’auteur de Towards an Anthropological Theory of Value.


11 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 9,5 17,5 164 p. Pour une anthropologie anarchiste T Graeber David essai anarchisme 2006 01/04/06 9782895960379 Lux Instinct de liberté Politique et société 10,00 € 10.00 remplacé >>(2018)
AA AA

L’anarchisme, en tant que philosophie politique, est en plein essor. De fondement de l’organisation dans le mouvement altermondialiste qu’ils étaient, les principes anarchistes traditionnels — autonomie, association volontaire, autogestion, entraide, démocratie directe — en sont venus à jouer ce rôle dans des mouvements radicaux de toutes sortes dans le monde entier.

Et pourtant, cela n’a eu presque aucun écho dans le milieu universitaire. Les anarchistes interrogent souvent les anthropologues sur leurs idées quant aux diverses façons d’organiser la société sur des bases plus égalitaires, moins aliénantes. Les anthropologues, terrifiés à l’idée de se voir accusés de romantisme, n’ont pour seule réponse que leur silence. Et s’il en était autrement ?

« On peut penser, à tout le moins, qu’être un professeur ouvertement anarchiste signifierait, remettre en question la façon dont les universités sont gérées — cela non pas en demandant un département d’études anarchistes —, ce qui, bien sûr, lui attirerait beaucoup plus d’ennuis que tout ce qu’il pourrait écrire par ailleurs. »

x 15,5 23,5 621 p. Dette : 5 000 ans d’histoire T Graeber David essai histoire, dette 2013 25/09/13 9791020900593 Les Liens qui Libèrent Politique et société -économie 29,90 € 29.90 sur commande ?
AA AA

Voici un livre capital, best-seller au États-Unis et en Grande-Bretagne, en cours de traduction dans plus de dix pays, commis par l’un des intellectuels les plus influents selon le New York Times, initiateur d’Occupy Wall Street à New York. Un livre qui remet en perspective l’histoire de la dette depuis 5 000 ans et développe une approche totalement nouvelle. Il démontre magistralement que le système de crédit précède la naissance de la monnaie et que la dette a donc toujours structuré nos systèmes économiques et nos rapports sociaux.

Il montre également que le vocabulaire des écrits juridiques et religieux de l’Antiquité (des mots comme "culpabilité", "pardon" et "rédemption") est issu en grande partie de ces affrontements antiques sur la dette, et qu’il fonde jusqu’à nos conceptions les plus fondamentales du bien et du mal. Sans en avoir conscience nous livrons toujours ces combats.

Un essai passionnant et essentiel qui nous permet de mieux comprendre l’histoire de notre passé, celui de la crise des crédits en cous ainsi que l’avenir de notre économie.

x 11 18 667 p. Dette : 5000 ans d’histoire T Graeber David essai histoire, dette 2016 06/04/16 9782330061258 Actes Sud Politique et société -économie 11,70 € 11.70 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Voici un livre capital, best-seller aux États—Unis, écrit par l’un des intellectuels les plus influents selon le New York Times, et initiateur d’Occupy Wall Street à New York.

Un livre qui, remettant en perspective l’histoire de la dette depuis 5 000 ans, renverse magistralement les théories admises. Il démontre que le système de crédit, apparu dès les premières sociétés agraires, précède de loin l’invention des pièces de monnaie. Quant au troc, il n’a été qu’un pis-aller et ne s’est réellement développé que dans des situations particulières ou de crise. La dette a donc toujours structuré nos économies, nos rapports sociaux et jusqu’à nos représentations du monde.

David Graeber montre que le vocabulaire des écrits juridiques et religieux de l’Antiquité (des mots comme “culpabilité”, “pardon” ou “rédemption”) est issu en grande partie des affrontements antiques sur la dette. Or il fonde jusqu’à nos conceptions les plus fondamentales du bien et du mal, jusqu’à l’idée que nous nous faisons de la liberté. Sans en avoir conscience, nous livrons toujours ces combats...

Selon fauteur, l’endettement est une construction sociale fondatrice du pouvoir. Si autrefois les débiteurs insolvables ont nourri l’esclavage, aujourd’hui les emprunteurs pauvres — qu’il s’agisse de particuliers des pays riches ou d’États du tiers—monde — sont enchaînés aux systèmes de crédit. “L’histoire montre, explique Graeber, que le meilleur moyen de justifier des relations fondées sur la violence, de les faire passer pour morales, est de les recadrer en termes de dettes — cela crée aussitôt l’illusion que c’est la victime qui commet un méfait.” Trop d’économistes actuels perpétuent cette vieille illusion d’optique selon laquelle l’opprobre est forcément à jeter sur les débiteurs, jamais sur les créanciers. Ils oublient aussi une leçon déjà connue de la civilisation mésopotamienne : si l’on veut éviter l’explosion sociale, il faut savoir “effacer les tablettes”...

Un essai essentiel et foisonnant qui nous permet de mieux comprendre l’histoire du monde, la crise du crédit en cours et l’avenir de notre économie.

x 14,5 22 300 p. Bureaucratie T Graeber David essai 2015 07/10/15 9791020902917 Les Liens qui Libèrent Politique et société 22,00 € 22.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Toute réforme pour réduire l’ingérence de l’Etat aura pour effet ultime d’accroître le nombre de réglementations et le volume total de paperasse". Après le succès de Dette : 5000 ans d’histoire, David Graeber revient avec un texte passionnant et à rebours des idées reçues sur l’emprise de la bureaucratie dans nos sociétés contemporaines. Comment en sommes-nous arrivés, dans une société dite libérale, à passer une grande partie de notre temps à remplir de plus en plus de formulaires ? Et à quel point nos vies sont-elles gâchées par toute cette paperasserie sans fin ? Pour répondre à ces questions, l’auteur s’intéresse à l’histoire de notre rapport singulier à la bureaucratie et révèle comment elle façonne nos vies à tel point que nous n’en avons même plus conscience.

L’inanité de cette paperasse est-elle symptomatique de la violence étatique ? Ou ne serait-elle pas plutôt un instrument du capitalisme, financier notamment, qui exercerait son contrôle à travers elle pour asseoir son pouvoir. Sur la technologie, Graeber développe également l’idée que le capitalisme néolibéral a freiné délibérément la technologie, et l’a détournée de ce qu’il appelle les "technologies poétiques" (créatrices) au profit des "technologies bureaucratiques" (de surveillance, de discipline, du travail et de tâches administratives) : les impératifs administratifs sont donc devenus non les moyens, mais la fin du développement technologique.

Un livre essentiel pour comprendre notre temps. Bureaucratie sera à n’en pas douter au coeur du débat sur les institutions qui régissent nos vies et du monde meilleur et plus libre que nous devrions peut-être commencer à imaginer.

x 14 21,5 270 p. Comme si nous étions déjà libres T Graeber David essai 2014 17/04/14 9782895961802 Lux Instinct De Liberte Politique et société 22,00 € 22.00 présent à Plume(s)
AA AA

La servilité des élites politiques actuelles en font les laquais des plus riches et des plus puissants, de sorte que les mécanismes de nos systèmes dits démocratiques ne réussissent pas à résoudre ni même à endiguer les crises dans lesquelles nous enfonce le capitalisme. Comment, alors, adviendra le changement ? Dans cet essai, David Graeber guide le lecteur dans les rouages de la véritable démocratie pour déconstruire les idées reçues et réorienter de manière audacieuse notre compréhension de l’histoire politique.

Chemin faisant, il cite des exemples qui pourraient servir de modèles pour une transformation du monde et qui ont d’ailleurs inspiré le mouvement des Indignados et Occupy Wall Street. Devant la concentration de la richesse et du pouvoir dans tous les pays occidentaux, et plus particulièrement aux Etats-Unis, Graeber soutient que seule une conception radicale de la démocratie basée sur des principes d’égalité, de la participation citoyenne massive et de recherche du consensus peut nous permettre de jeter les bases de la société juste et équitable que nous souhaitons.

Il s’agirait, pour y arriver, de faire comme si nous étions déjà libres.

x 12 19 122 p. La démocratie aux marges T Graeber David essai 2014 15/01/14 9782356872968 Le Bord de l’eau La bibliothèque du Mauss Politique et société 12,00 € 12.00 actuellement indisponible
AA AA

David Graeber, anthropologue atypique, à la fois professeur à la London University et l’un des initiateurs d’Occupy Wall Street, a fait une entrée fracassante à la fois sur la scène scientifique et sur la scène politique en montrant comment un des facteurs qui maintiennent les peuples sous le pouvoir des banques est le sentiment moral que toutes les dettes doivent être remboursées. Un sentiment né il y a 5000 ans en même temps que l’État, le marché, les grandes religions… et l’esclavage.

La thèse fascine et appelle à la discussion. Notamment sur le point de savoir au nom de quelle conception de la démocratie elle peut être tenue. Sur cette question, dans un texte écrit en 2005 pour La Revue du MAUSS semestrielle et repris dans ce livre, l’érudition et le brio de D. Graeber font encore merveille. Non, montre-t-il, l’Occident est loin d’avoir le monopole de la démocratie, et, contrairement à l’opinion omniprésente, ce n’est sûrement pas la "culture occidentale" qui l’a fait apparaître et prospérer.

Si on entend le mot culture au sens anthropologique, il apparaît en effet que la culture occidentale est introuvable (d’où une réfutation savoureuse et convaincante des thèses de Samuel Huntington). Et si on entend par culture la culture des lettrés, alors il n’est pas difficile de se convaincre que ceux-ci, en Occident comme ailleurs, se sont constamment opposés à la démocratie. Celle-ci, en réalité, ne naît et ne vit que dans les marges des systèmes de pouvoir.

Où l’on voit toute la force d’une anthropologie anarchiste, revendiquée comme telle, et qui n’avait rien produit d’aussi puissant depuis Pierre Clastres. Reste, cependant, que tout le monde ne peut pas vivre dans les marges et hors pouvoir, et qu’il faut donc se demander ce qu’il peut et doit subsister de l’esprit de la démocratie dans le cadre des sociétés étatiques.

x 11 17,5 304 p. Bureaucratie T Graeber David essai 2017 05/04/17 9782330076146 Actes Sud Babel Politique et société 8,80 € 8.80 sur commande ?
AA AA
Après le succès de Dette : 5000 ans d’histoire – vendu à près de 25 000 exemplaires – David Graeber revient avec un texte passionnant sur l’invasion de la bureaucratie dans notre quotidien qu’il voit comme un efficace bras armé du capitalisme financier.
x 15,5 23,5 224 p. Bullshit Jobs T Graeber David essai travail 2018 05/09/18 9791020906335 Les Liens qui Libèrent Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 25,00 € 25.00 sur commande ?
AA AA

Alors que le progrès technologique a toujours été vu comme l’horizon d’une libération du travail, notre société moderne repose en grande partie sur l’aliénation de la majorité des employés de bureau. Beaucoup sont amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles, sans réel intérêt et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société.

C’est de ce paradoxe qu’est né et s’est répandu, sous la plume de David Graeber, le concept de « bullshit jobs » – ou « jobs à la con », comme on les appelle en français.

Dans son style unique, virulent et limpide, l’auteur procède ici à un examen poussé de ce phénomène. Il soutient que, lorsque 1 % de la population contrôle la majeure partie des richesses d’une société, ce sont eux qui définissent les tâches « utiles » et « importantes ». Mais que penser d’une société qui, d’une part, méprise et sous-paie ses infirmières, chauffeurs de bus, jardiniers ou musiciens ‒ autant de professions authentiquement créatrices de valeur ‒ et, d’autre part, entretient toute une classe d’avocats d’affaires, d’actuaires, de managers intermédiaires et autres gratte-papier surpayés pour accomplir des tâches inutiles, voire nuisibles ? Graeber s’appuie sur les réflexions de grands penseurs, philosophes et scientifiques pour déterminer l’origine de cette anomalie, tant économique que sociale, et en détailler les conséquences individuelles et politiques : la dépression, l’anxiété et les relations de travail sadomasochistes se répandent ; l’effondrement de l’estime de soi s’apparente à « une cicatrice qui balafre notre âme collective ».

Sa démonstration est émaillée de témoignages éclairants envoyés par des salariés de tous pays, récits tour à tour déchirants, consternants ou hilarants. Il y a le consultant en informatique qui ne possède aucune des qualifications requises pour le poste, mais qui reçoit promotion sur promotion, bien qu’il fasse des pieds et des mains pour se faire virer ; le salarié supervisé par vingt-cinq managers intermédiaires dont pas un seul ne répond à ses requêtes ; le sous-sous-sous-contractant de l’armée allemande qui parcourt chaque semaine 500 kilomètres en voiture pour aller signer un papier qui autorisera un soldat à déplacer son ordinateur dans la pièce d’à côté…

Graeber en appelle finalement à une révolte du salarié moderne ainsi qu’à une vaste réorganisation des valeurs, qui placerait le travail créatif et aidant au cœur de notre culture et ferait de la technologie un outil de libération plutôt que d’asservissement, assouvissant enfin notre soif de sens et d’épanouissement.

x 11 17,5 447 p. Bullshit jobs T Graeber David essai travail 2019 11/09/19 9791020907363 Les Liens qui Libèrent Poche + Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 8,90 € 8.90 présent à Plume(s)
AA AA

Considéré comme l’un des penseurs les plus importants de ce début de siècle, David Graeber revient après cinq ans d’enquête pour analyser la notion de Bullshit job ou « Job à la con », née sous sa plume et qui a fait le tour du monde.

L’auteur du succès de librairie Dette : 5000 ans d’histoire, postule ici que la société moderne repose sur l’aliénation de la vaste majorité des travailleurs de bureau qui sont amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles et sans réel intérêt, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société.

En effet, alors que le progrès technologique a toujours été vu comme l’horizon d’une libération du travail, ce phénomène désignant des emplois vides de sens, inutiles ou superficiels concerne un nombre de plus en plus important de travailleurs…

x 14 21 240 p. Les pirates des lumières
ou la véritable histoire de Libertalia
T
Graeber David histoire pirates, Madagascar novembre 2019 28/11/19 9782377291069 Libertalia Politique et société -histoire 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
Flibustiers, femmes marchandes et simulacres de royaumes à Madagascar au XVIIIe siècle.

« Je vais raconter une histoire de magie et de mensonges, de batailles navales et de princesses enlevées, de révoltes d’esclaves et de chasses à l’homme, de royaumes de pacotille et d’ambassadeurs imposteurs, d’espions et de voleurs de joyaux, d’empoisonneurs et de sectateurs du diable et d’obsession sexuelle, toutes choses qui participent des origines de la liberté moderne. »

De 1989 à 1991, David Graeber accomplit une étude de terrain ethnographique à Madagascar. Il en tira sa thèse de doctorat sur la magie, l’esclavage et la politique dans la Grande Île. Lors de ce séjour, il découvrit l’existence d’un groupe ethnique formé des descendants métissés des nombreux pirates qui s’y étaient installés au début du xviiie siècle : les Zana-Malata.

Il entreprit des recherches historiques sur cette population, ébaucha sur le sujet un essai. Ce n’est que dernièrement qu’il s’est décidé à finaliser cet écrit et à le faire éditer. Il y fait la lumière sur l’utopie pirate baptisée « Libertalia » par Daniel Defoe.

Décryptant la mythologie propre aux légendes pirates et comparant d’un œil critique les rares documents probants, l’auteur avance de très plausibles hypothèses sur l’impact qu’eurent les flibustiers et leurs descendants sur la culture et la politique malgache au siècle des Lumières — mais aussi sur l’influence qu’eurent les récits de pirates et les pratiques proto-démocratiques, voire libertaires, sur les penseurs desdites Lumières.

Il en résulte un récit lumineux et passionnant, doublé d’une réflexion stimulante sur la nature et les origines de l’idéologie marchande, du colonialisme et de l’européocentrisme.

x 9,5 17,5 125 p. Pour une anthropologie anarchiste T Graeber David essai anarchisme, anthropologie 2018 15/03/18 9782895962724 Lux Instinct de liberté Politique et société 10,00 € 10.00 actuellement indisponible
AA AA

L’anarchisme, en tant que philosophie politique, est en plein essor. Alors qu’ils étaient à la base de l’organisation dans le mouvement altermondialiste, les principes anarchistes traditionnels - autonomie, association volontaire, autogestion, entraide, démocratie directe - jouent maintenant ce rôle dans des mouvements radicaux de toutes sortes dans le monde entier. Et pourtant, cela n’a eu presque aucun écho dans le milieu universitaire.

Les anarchistes interrogent souvent les anthropologues sur leurs idées quant aux diverses façons d’organiser la société sur des bases plus égalitaires, moins aliénantes. Les anthropologues, terrifiés à l’idée de se voir accusés de romantisme, n’ont pour seule réponse que leur silence. Et s’il en était autrement ?


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |