Octave Mirbeau - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Accueil du site > Les auteurs > Octave Mirbeau

Octave Mirbeau

(1848-1917) Journaliste, pamphlétaire, critique d’art, romancier et auteur dramatique, une des figures les plus originales de la Belle Époque. Il a imposé avec Le Jardin des Supplices, Le journal d’une femme de chambre, Les Vingt-et-un jours d’un neurasthénique, ses nombreux contes ou ses pièces, dont Les Affaires sont les Affaires, sa voix d’écrivain engagé, libertaire et individualiste. Rejetant le naturalisme, l’académisme et le symbolisme, il a frayé sa voie entre l’impressionnisme et l’expressionnisme, découvrant sans cesse les peintres et les écrivains qui allaient marquer leur temps.

5 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 12 21 62 p. La grève des électeurs T Mirbeau Octave pamphlet politique 2001 30/04/01 9782915694246 L’Insomniaque Politique et société 6,10 € 6.10 présent à Plume(s)
AA AA

« L’électeur ? Rien ne lui sert de leçon, ni les comédies les plus burlesques, ni les plus sinistres tragédies. »

Toutes les raisons exposées par Mirbeau, pour ne pas participer à la farce électorale sont encore pleinement actuelles.

Dans le choix d’aphorismes, mots d’humeur et mots d’humour, on lira que bien d’autres ont critiqué, sur tous les tons, la fiction démocratique et la dépossession du citoyen.

x 9 14 44 p. La grève des électeurs T Mirbeau Octave pamphlet politique, élections 2009 20/05/09 9782844853172 Allia Divers -petits livres 3,10 € 3.10 remplacé >>(2017)
AA AA

Le 28 novembre 1888, Octave Mirbeau signe dans Le Figaro un article intitulé “La Grève des électeurs”. Un tel manifeste en faveur de l’abstention serait aujourd’hui impensable.

Se définissant lui-même comme “prolétaire des lettres”, Mirbeau a un itinéraire politique chaotique. Vendant sa plume ici et là, plus qu’instiller le vice du désengagement, ses articles sapent pourtant systématiquement les fondements de l’ordre social. Il dénonce la mystification du système électoral qui pare de la légitimité du vote les extorsions des puissants. Ce n’est pas l’idée de démocratie que Mirbeau critique mais sa pratique au sein de la République dont les institutions abêtissent l’électeur tout en lui demandant son aval. Son anarchisme fait de l’individu le centre à partir duquel la République doit être interrogée. Il prend à partie l’électeur, qu’il tutoie, sur l’absurdité de sa contribution au grotesque spectacle de sa quête aux suffrages. C’est par l’humour et la dérision que l’écrivain attente à la respectabilité des institutions.

Ce qui frappe dans cette critique radicale qui dénonce “la protection aux grands, l’écrasement aux petits” c’est la pérennité de sa pertinence. Si Mirbeau n’érige pas d’utopie, il nous lègue les armes capables de nous défaire du conditionnement qui annihile le plus faible ; vision suffisamment juste pour qu’elle nous dérange encore plus de cent ans plus tard !

x 9,5 20 32 p. La grève des électeurs
suivi de Prélude
T
Mirbeau Octave essai politique 1995 01/12/95 9782908744620 L’Insomniaque Politique et société 5,00 € 5.00 remplacé >>(2001)
AA AA

C’est avec véhémence et mordant qu’Octave Mirbeau s’en prend en 1888, en appelant à la grève des électeurs, au système politique moderne. C’est d’abord un article paru, le 28 novembre, dans le Figaro , auquel le brillant pamphlétaire collabore régulièrement. C’est l’époque où il écrit dans les journaux anarchistes dont la Feuille de Zo d’Axa et la Révolte de Jean Grave. Ce dernier reprend d’ailleurs dans son journal la Grève des électeurs qu’il réimprimera régulièrement sous diverses formes dont celle de l’affiche, jusqu’à sa publication dans les Temps Nouveaux, avec Prélude, autre article virulent contre le système électoral.

Mirbeau vit dans une société qui est encore la nôtre : les années 1880 connaissent une sévère crise économique et une inquiétante montée du chômage, de la misère et de la mendicité ; ministres, députés et autres politiciens sont éclaboussés par les scandales. Un dément incurable, l’électeur, un honnête homme avec du bonheur plein les mains, l’élu... Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait un pur hasard.

x 15,5 23,5 158 p. Les mauvais bergers
pièce en cinq actes (Éd.1898)
T
Mirbeau Octave théâtre 2012 01/05/12 9782012696143 Hachette »» Littérature -théâtre 12,30 € 12.30 sur commande ?
AA AA
Les mauvais bergers : pièce en cinq actes / Octave Mirbeau http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k203007v
x 9 14 48 p. La grève des électeurs T Mirbeau Octave pamphlet politique, élections 2017 03/02/17 9791030405019 Allia Très Petite Collection Politique et société 3,10 € 3.10 présent à Plume(s)
AA AA
Un tel manifeste en faveur de l’abstention serait aujourd’hui impensable. Pour autant, il ne cherche point à favoriser le désengagement mais à dénoncer la mystification du système électoral qui pare de la légitimité du vote les extorsions des puissants. Selon Mirbeau, les institutions demandent à l’électeur son aval pour l’abêtir. Or, Mirbeau le prend à partie sur l’absurdité de sa contribution au grotesque spectacle de sa quête aux suffrages. Avec humour et dérision, il attente à la respectabilité des institutions, dénonce “la protection aux grands, l’écrasement aux petits”. Sans visée utopique, cette critique radicale nous lègue les armes capables de nous défaire du conditionnement qui annihile le plus faible ; une vision juste, qui nous dérange encore plus de 120 ans plus tard !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |