Vincent Delecroix - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
Accueil du site > Les auteurs > Vincent Delecroix

Vincent Delecroix

Il est né en 1969.
Ancien élève de l’École normale supérieure, il enseigne la philosophie à Paris. En 2003, il fait une entrée remarquée en littérature avec un premier roman, Retour à Bruxelles. L’année suivante, il publie un recueil de nouvelles, La preuve de l’existence de Dieu, et un roman, A la porte : à la suite d’un stupide concours de circonstances, un vieil homme, ancien professeur renommé et irascible, se retrouve à la porte de chez lui, par un matin de dimanche ensoleillé.

Cette insignifiante mésaventure se mue, au fil d’une promenade de moins en moins forcée, en un événement décisif. Ce roman a été adapté au théâtre par Marcel Bluwal et interprété par Michel Aumont. Vincent Delecroix est l’auteur de plusieurs essais sur le philosophe danois Soren Kierkegaard, dont il fait par ailleurs le personnage de Ce qui est perdu (2006), qui obtient le prix Valery Larbaud. Dans ce roman, le narrateur, pour se remettre d’une rupture, se lance dans une biographie de Kierkegaard, philosophe mélancolique qui n’eut qu’un seul amour.

Au volant d’un minibus pour touristes danois, le narrateur poursuit ses aventures qui le mèneront en compagnie d’un vieil homme, d’un enfant pensif et d’un chat retors au seuil du renouveau. La chaussure sur le toit, suite de petits récits imbriqués les uns dans les autres avec pour fil conducteur une chaussure posée sur un toit parisien, paraît en 2007. En 2008, paraît dans la collection " L’un et l’autre ", Tombeau d’Achille, un texte très personnel sur le héros de L’Iliade.

Il a été récompensé par le Grand Prix de littérature de l’Académie française en 2009.


2 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 11,5 18,5 94 p. A la porte T Delecroix Vincent B roman 2004 10/02/04 9782070739066 Gallimard »» Littérature 9,65 € 9.65 manquant sans date
AA AA

A la suite d’un stupide concours de circonstances, un vieil homme, ancien professeur renommé et irascible, se retrouve à la porte de chez lui, par un matin de dimanche ensoleillé.

Cette insignifiante mésaventure va se muer, au fil d’une promenade de moins en moins forcée, en un événement décisif. Car ce n’est pas exactement de chez lui qu’il sort. Et peut-être revient-il de bien plus loin, parmi les vivants et parmi les morts. Hanté par ses souvenirs autant que par le dégoût des autres, il lui faut une dernière fois endurer la solitude, éprouver la laideur et la bêtise d’un monde qui le met à la porte et qui court à sa perte aussi sûrement que lui.

Il doit faire ses adieux et avouer enfin la vérité de cette situation, se préparer à partir avec le viatique adéquat. Car cette promenade est bien davantage qu’un trajet picaresque entre la gare du Nord et le canal Saint-Martin.

x 11 18 128 p. Petit éloge de l’ironie T Delecroix Vincent B essai 2010 02/09/10 9782070402403 Gallimard »» Folio 2€ Littérature -poches 2,00 € 2.00 sur commande ?
AA AA

" Le fastidieux d’un petit éloge de l’ironie : la millième critique ironique des bobos, des animateurs d’émissions littéraires, des vieux grincheux, des donneurs de leçons, des imposteurs de tout poil, des intellectuels vaniteux, des arrivistes et des parvenus, des publicistes, des footballeurs, des artistes contemporains, des démagogues, des rebelles mondains, des chanteurs, des bécasses, des Parisiens, des écrivains à la mode, des bouffons médiatiques, etc.

Puis on étendra au moindre détail quotidien de la vie de n’importe qui, étant donné que rigoureusement personne n’est à l’abri d’offrir matière à ironie. Cette extension illimitée, qui constitue un fonds de commerce inépuisable, est en réalité une réduction et cette réduction de l’ironie à une microcritique sociologique ne mérite elle-même qu’une critique sociologique. Tout ce qui reste du grand jeu de l’ironie ".


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |