Jocelyne Porcher - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
Accueil du site > Les auteurs > Jocelyne Porcher

Jocelyne Porcher

(1956 — ) Sociologue et zootechnicienne française, directrice de recherches à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Engagée dans la recherche après avoir été éleveuse et technicienne agricole, ses travaux portent sur la relation de travail entre les humains et les animaux dans l’élevage et la production animale.

Source : Wikipedia

Voir en ligne : http://jocelyneporcher.fr/


5 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 19 96 p. Une vie de cochon T Porcher Jocelyne et Tribondeau Christine jeunesse agriculture, animaux 2008 19/08/08 9782707154774 la Découverte Empêcheurs de penser en rond Jeunesse -littérature 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA

« J’aime bien les cochons. J’ai beau être encore une gamine, comme on me le rapelle souvent quand on veut m’empêcher de faire certaines choses que seuls les adultes peuvent faire. Je les aime bien, et j’ai des tas de choses à dire, moi, sur les cochons. » Pour Solenn, la vie est une drôle d’histoire. Moins rose que les cochons qu’elle fréquente en regardant travailler sa mère, Morgane, salariée dans une porcherie industrielle, et plus étrange que ce que semblent en percevoir les adultes. Avec son regard d’enfant, Solenn observe les adultes aux prises avec un travail quotidien éprouvant. Mais, à travers les yeux d’une enfant, les auteures de ce récit en disent beaucoup plus que tous les rapports officiels sur la réalité effrayante et absurde de l’agriculture industrielle et sur l’état de nos relations avec les animaux.

« Est-ce qu’on a tous les droits sur les animaux ? », se demande Solenn. « Il y a des fois je me demande si on n’est pas des sauvages », répond Morgane. Alors, au bout du compte, élever des animaux, manger de la viande, oui, mais pas à n’importe quel prix pour les éleveurs et pour leurs bêtes : « Parce qu’on peut être libres ensemble, ou prisonniers ensemble, c’est à nous de choisir. »

x 18,5 24,5 192 p. Le yin et le yang T Porcher Jocelyne, Thoyer Catherine et Busser Philippe doc agriculture 2016 27/01/16 9782954961316 du Miroir Des choses à dire Divers 36,00 € 36.00 présent à Plume(s)
AA AA
Le yin & le yang parle d’un territoire. D’une étroite complémentarité entre éleveurs et vétérinaires qui allie savoir faire et technicité, en réponse aux impératifs économiques de l’élevage charolais moderne.
D’une mutation en marche forcée.
D’une bascule.

Surgi d’un territoire, fruit d’une amitié entre Francesco le vétérinaire rural et Philippe le photographe, ce livre plonge à l’origine du monde. Là, au croisement des métiers, éleveurs et vétérinaires répondent aux impératifs économiques de l’élevage moderne.
Du témoignage livré et de l’instant saisi, se révèle un fragile équilibre. S’esquissent les contours d’un univers qui interpelle.

« C’est une évolution humaine, dit Francesco, on est dedans. »

En contrechamp, Jocelyne Porcher interroge, à la lumière de l’histoire vétérinaire, ce progrès dicté par la seule logique économique. Décryptant la marche forcée qui l’a imposé au détriment d’autres richesses : le lien puissant à l’animal, l’autonomie des métiers, le savoir-faire.

Ce livre bouscule notre consentement tacite.

Fruit de regards croisés, intrigants, atypiques, complémentaires, Le yin & le yang fait naitre dans la douleur une interrogation profonde sur le monde que nous fabriquons, le monde qui nous fabrique.

x 13 20 115 p. Cause animale, cause du capital T Porcher Jocelyne 2019 11/09/19 9782356876553 Le Bord de l’eau Documents Bord De L’eau Politique et société 12,00 € 12 présent à Plume(s)
AA AA

Le livre déconstruit la notion de « cause animale » telle qu’elle est présentée dans les médias de façon quasi consensuelle et met en évidence sa dynamique historique au service du capitalisme. Pour le bien des animaux, de la planète et de notre santé, il faudrait renoncer à l’alimentation carnée voire à tous les produits animaux et consentir à une agriculture sans élevage.

Le livre fait le point sur les débats et interroge le projet abolitionniste d’un point de vue politique et du point de vue de nos relations aux animaux.

Pourquoi maintenant ? Pourquoi cette défense consensuelle de la cause animale et la condamnation des systèmes industriels, alors que ceux-ci existent depuis plus de cinquante ans ? L’agriculture sans élevage que défendent les abolitionnistes est-elle souhaitable ? Possible ? À qui profiterait-elle ? Est-il possible de « libérer » les animaux, notamment du travail, et de pérenniser nos relations avec eux comme le soutiennent certains théoriciens ? Le livre montre que la « cause animale » participe de l’exclusion des animaux domestiques du monde social, via la mise en place d’une agriculture sans élevage. L’ouvrage porte une critique des associations abolitionnistes de défense des animaux et décrypte leur mission d’agence de communication au service des nouveaux acteurs de l’alimentation que sont les startup de l’agriculture cellulaire soutenues par les multinationales et par les fonds d’investissement les plus puissants. Celles-ci affichent leur volonté de prendre la place du modèle industriel qu’elles jugent obsolète et prétendent produire des aliments sains, durables ... sans animaux.

La « cause animale » est de fait celle des actionnaires des biotechnologies, des grandes cultures et des industriels de la robotique. Le livre conclut sur le constat que la seule alternative à la violence industrielle contre les animaux est l’élevage et que la « cause animale », c’est la nôtre, celle de la sortie du capitalisme.

x 13,5 21,5 183 p. Encore carnivores demain ?
quand manger de la viande pose question au quotidien
T
Porcher Jocelyne et Néron de Surgy Olivier animaux 2017 16/03/17 9782759226054 Quae Politique et société 17,00 € 17 présent à Plume(s)
AA AA

"Ne tuez plus d’animaux !" Cette requête, Pythagore la lançait déjà il y a vingt-cinq siècles. Entre interdire des pratiques telles que la vivisection, la corrida, la chasse ou l’abattage rituel et nous priver de bons rôtis, pour beaucoup il y a un fossé ! Pour d’autres, il faut bannir toute utilisation d’animaux, même pour se nourrir ; tel est le credo du véganisme, ce courant qui prend du poil de la bête.

Pourquoi cette mode végane, alors que les humains vivent depuis si longtemps avec les animaux ? Pour endiguer notre violence, empêcher nos cancers et sauver la planète, paraît-il. On le sait, les fermes-usines génèrent maintes pollutions et souffrances. Le leitmotiv du " bien-être animal" lève pourtant peu le voile jeté sur les opérateurs chargés d’engraisser ou de tuer sous des contraintes toujours accrues ; il peine aussi à rappeler que le véritable élevage est une relation de travail et d’affection, et que s’en passer aurait de graves conséquences sociales et environnementales.

Grâce au concours d’une douzaine d’experts, ce livre expose les problèmes et les bienfaits dont la domestication animale est la source. Il permet d’y voir clair dans la cacophonie des discours sur " l’élevage " et il esquisse des scénarios de changement dans notre alimentation et dans nos relations aux animaux. Un ouvrage qui dépasse les clivages pour redonner toutes leurs " saveurs " à ces relations !

Préface de Périco Légasse.

x 13,5 22 159 p. Vivre avec les animaux
Une utopie pour le XXIe siècle
T
Porcher Jocelyne essai animaux, utopie, sociologie 2011 09/06/11 9782707169006 la Découverte textes à l’appui Politique et société -philosophie 15,30 € 15.30 épuisé, réédité avec l'ean 9782707178381
AA AA

Dans notre monde radicalement artificialisé, seuls les animaux, en nous rappelant ce qu’a été la nature, nous permettront peut-être de nous souvenir de notre propre humanité.

Mais saurons-nous vivre avec eux ? Le voulons-nous encore ? Car l’abattage de masse des animaux, considérés comme simples éléments des " productions animales ", leur inflige une terreur et une souffrance insoutenables, tout en désespérant les éleveurs. Et l’élevage, après 10 000 ans d’existence, est aujourd’hui souvent décrit comme une nuisance, pour l’environnement comme pour notre santé. Une condamnation reposant sur une confusion entre " élevage " et " production animale ", dont il nous faut comprendre les enjeux.

Qu’est-ce que l’élevage ? Quelles différences entre " élevage " et " productions animales " ? Quelle est la place de la mort clans le travail avec les animaux ? Peut-on améliorer leur sort dans les systèmes industriels ? Faut-il " libérer les animaux " comme le proposent certains philosophes ? En répondant ici a ces questions, Jocelyne Porcher explique en quoi la capacité des hommes à coexister pacifiquement dépend de leur capacité à vivre en paix et dignement avec les animaux.

Et pourquoi, dès lors, sauver l’élevage en évitant son assujettissement au système d’exploitation et de mise à mort industrielle pourrait être une des plus belles utopies du XXIe siècle.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |