Mahmoud Darwich - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :
Accueil du site > Les auteurs > Mahmoud Darwich

Mahmoud Darwich

Né le 13 mars 1941 à Al-Birwah en Galilée (Palestine sous mandat britannique) et mort le 9 août 2008 à Houston (Texas, États-Unis), il est une des figures de proue de la poésie palestinienne.

Profondément engagé dans la lutte de son peuple, il n’a pour autant jamais cessé d’espérer la paix et sa renommée dépasse largement les frontières de son pays. Il est le président de l’Union des écrivains palestiniens. Il a publié plus de vingt volumes de poésie, sept livres en prose et a été rédacteur de plusieurs publications. Il est reconnu internationalement pour sa poésie qui se concentre sur sa nostalgie de la patrie perdue. Ses œuvres lui ont valu de multiples récompenses et il a été publié dans au moins vingt-deux langues.


20 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 19 122 p. Au dernier soir sur cette terre T Darwich Mahmoud poésie Palestine 1999 31/03/99 9782742722099 Actes Sud Littérature -poésie 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA
"Jamais nos exils ne furent vains, jamais en vain nous n’y fûmes envoyés. Leurs morts s’éteindront sans contrition. Aux vivants de pleurer l’accalmie du vent, d’apprendre à ouvrir les fenêtres, de voir ce que le passé fait de leur présent et de pleurer doucement et doucement que l’adversaire n’entende ce qu’il y a en eux de poterie brisée. Martyrs vous aviez raison. La maison est plus belle que le chemin de la maison. En dépit de la trahison des fleurs. Mais les fenêtres ne s’ouvrent point sur le ciel du coeur et l’exil est l’exil. Ici et là-bas. Jamais en vain nous ne fûmes exilés et nos exils ne sont passés en vain. Et la terre Se transmet Comme la langue." (Extrait)
x 11,5 21,7 68 p. Comme des fleurs d’amandier ou plus loin (poèmes) T Darwich Mahmoud et Sanbar Elias poésie Palestine 2007 31/08/07 9782742770175 Actes Sud Littérature -poésie 18,30 € 18.30 actuellement indisponible
AA AA

Le dernier recueil du poète palestinien est composé, pour l’essentiel, de pièces courtes qui célèbrent sous une forme immédiatement accessible et pourtant savante les choses simples de la vie.


Traduit de l’ arabe (Palestine) par Elias SANBAR

x 15 20,5 144 p. Etat de siège T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2004 29/02/04 9782742748044 Actes Sud Littérature -poésie 24,30 € 24.30 manquant sans date
AA AA

En janvier 2002, reclus à Ramallah, Mahmoud Darwich a écrit ce poème, composé d’une centaine de fragments, en réaction à l’offensive de l’armée israélienne dans le territoire palestinien autonome. Poème immédiat, où chaque fragment capte un moment, une scène, une pensée fugitive, il ne marque pas moins le début d’une nouvelle étape dans l’itinéraire du poète.

Les images de Palestine d’Olivier Thébaud sont le fruit de six voyages en Cisjordanie et à Gaza durant les trois dernières années. Elles n’illustrent pas le poème, mais le prolongent d’un douloureux témoignage sur le paysage dévasté où il est né.

x 11,5 21,5 84 p. Le lit de l’étrangère T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2000 30/09/00 9782742729074 Actes Sud Littérature -poésie 12,30 € 12.30 sur commande ?
AA AA

C’est un amour qui va sur ses pieds de soie,

Heureux de son exil dans les rues.

Un amour petit et pauvre que mouille une pluie de passage

Et il déborde sur les passants :

Mes présents sont plus abondants que moi.

Mangez mon blé,

Buvez mon vin,

Car mon ciel repose sur mes épaules et ma terre vous appartient…

Après avoir publié en 1995 Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ?, où les éléments autobiographiques se voient transcendés par la biographie des lieux, Mahmoud Darwich donne ces poèmes d’amour qui disent "l’exil de la femme dans l’homme et de l’homme dans la femme". Entrant en résonance avec une vieille tradition orientale, à la fois sensuelle et courtoise, il renouvelle l’un des genres les plus subtils de la poésie arabe classique, le ghazal.

x 11,5 21,5 56 p. Murale T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2003 28/02/03 9782742742394 Actes Sud Littérature -poésie 10,20 € 10.20 sur commande ?
AA AA

Affrontant le mystère de la mort, Mahmoud Darwich évoque le dépérissement des êtres et leur désir d’éternité. Un chant fluide et poignant qui rappelle les hymnes éternels de l’Orient ancien.

Le titre renvoie d’emblée aux grandes fresques antiques et médiévales, celles où l’artiste-artisan figure en général les deux dualités fondamentales : vie/mort et mort/résurrection. Murale, par référence à une autre tradition culturelle, est aussi une mu‘allaqa (la "suspendue"), ode qui exprimait avant l’islam la vision du monde des Arabes du désert, et qui était accrochée, en signe de vénération, au mur du temple de La Mecque.

Affrontant donc le mystère de la mort, pour la deuxième fois (la première, en 1985, dans "C’est une chanson", in Au dernier soir sur cette terre), Mahmoud Darwich nous livre son poème le plus ambitieux sur le plan thématique, et sans doute le plus complexe du point de vue formel. Le dépérissement des êtres et leur désir d’éternité, la lutte corps à corps avec la mort y sont explorés sous trois angles : la relation du poète à la femme, au langage et à l’Histoire, dans un foisonnement d’images et de références religieuses (la Bible et le Coran), mythologiques (Anat, Gilgamesh, Osiris…), littéraires (la poésie préislamique, Ma‘arrî, René Char…), philosophiques, géographiques… Mais grâce à une exceptionnelle maîtrise de la prosodie arabe, Darwich parvient à fondre tous ces éléments en un chant fluide et poignant qui rappelle les hymnes éternels de l’Orient ancien.

x 11,5 21,7 120 p. Ne t’excuse pas T Darwich Mahmoud et Sanbar Elias poésie Palestine 2006 31/01/06 9782742759088 Actes Sud Littérature -poésie 18,50 € 18.5 sur commande ?
AA AA

Ne t’excuse pas

Rien que la lumière.
Je n’ai arrêté mon cheval
que pour cueillir une rose rouge
dans le jardin d’une Cananéenne
qui a séduit mon cheval
et s’est retranchée dans la lumière :
“N’entre pas, ne sors pas…”
Je ne suis pas entré et je ne suis pas sorti.
Elle a dit : Me vois-tu ?
J’ai murmuré : Il me manque, pour le savoir,
l’écart
entre le voyageur et le chemin,
le chanteur et les chants…
Telle une lettre de l’alphabet,
Jéricho s’est assise dans son nom
et j’ai trébuché dans le mien
à la croisée des sens…
Je suis ce que je serai demain.
Je n’ai arrêté mon cheval
que pour cueillir une rose rouge
dans le jardin d’une Cananéenne
qui a séduit mon cheval
et je suis reparti en quête de mon lieu,
plus haut et plus loin,
encore plus haut, encore plus loin
que mon temps…


Traduit de l’ arabe (Palestine) par Elias SANBAR

x 11 17,6 192 p. La Palestine comme métaphore T Darwich Mahmoud témoignage Palestine 2002 31/08/02 9782742739455 Actes Sud Littérature -poches 7,70 € 7.70 sur commande ?
AA AA

Dans ces entretiens, Mahmoud Darwich revient sur ses années d’apprentissage et l’expérience de l’exil, livrant en même temps son “art poétique”, au croisement de la tradition classique et de la grande aventure de la modernité. De ses premiers poèmes, qui en ont fait le porte-parole de tout un peuple, jusqu’à ses derniers ouvrages, autrement complexes par leurs structures et leurs matériaux historiques ou mythiques, le récit de son itinéraire devient un témoignage d’une brûlante actualité sur les multiples facettes de l’identité palestinienne.


Traduit de l’arabe (Palestine) par Elias SANBAR

x 12 22 128 p. Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ? T Darwich Mahmoud poésie Palestine 1996 31/12/95 9782742706723 Actes Sud Littérature -poésie 12,40 € 12.40 sur commande ?
AA AA
C’est, comme toujours, au croisement de l’expérience individuelle la plus intime et de la mémoire collective que se situe ici Mahmoud Darwich. Dans une poésie qui prolonge les mythes du Proche-Orient ancien mais aussi les grandes odes de l’Arabie anté-islamique pour dire l’exil, le temps suspendu, et une identité irréductible, enracinée dans la langue arabe.
x 11,3 17,8 94 p. Palestine mon pays T Darwich Mahmoud essai Palestine 1998 29/12/98 9782707311887 Minuit International -Moyen Orient 10,50 € 10.50 présent à Plume(s)
AA AA

Le 28 avril 1988, quatre mois après le déclenchement de la " Révolution des pierres " dans les territoires occupés, le Premier ministre d’Israël, Ytzhak Shamir, monte à la tribune de la Knesset pour dénoncer.

un poème : " L’expression exacte des objectifs recherchés par les bandes d’assassins organisés sous le paravent de l’OLP, déclare-t-il, vient d’être donnée par l’un de leurs poètes, Mahmoud Darwich, soi-disant ministre de la Culture de l’OLP et dont on se demande à quel titre il s’est fait une réputation de modéré. J’aurais pu lire ce poème devant le Parlement, mais je ne veux pas lui accorder l’honneur de figurer dans les archives de la Knesset.

" L’histoire de ce poème, " Passants parmi les paroles passagères ", et du tollé qu’il a provoqué en Israël et dans la Diaspora doit être située dans le cadre des rapports psychologiques complexes existant entre l’Etat juif et le peuple palestinien. Le livre que nous présentons comporte, en dehors du poème lui-même et de deux commentaires rédigés à son propos par Mahmoud Darwich, trois contributions d’auteurs juifs israéliens : Simone Bitton fait l’historique de l’événement et de ses lointaines origines ; Mati Peled se livre à une exégèse linguistique du poème ; quant à Ouri Avnéri, il montre que cette affaire est aussi une illustration de l’arrogance dont tant de prétendus libéraux israéliens font preuve à l’égard des Palestiniens.

x 13,4 18,4 94 p. Plus rares sont les roses T Darwich Mahmoud littérature Palestine 1989 01/04/89 9782707312839 Minuit Littérature -poésie 10,00 € 10.00 sur commande ?
AA AA
Recueil de poèmes de cet auteur palestinien qui vit en exil depuis de longues années. Contient un texte en hommage à Ezzedine Kalak
x 13 18,5 232 p. Rien qu’une autre année T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2001 01/01/01 9782707306654 Minuit Littérature -poésie 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA
Que peut la poésie pour l’enfant ayant grandi dans les blessures ? Comment dire le pays enseveli dans le souvenir de plus en plus lointain, épais et tremblant ? Pour le Palestinien Mahmoud Darwich, il reste le corps et les mots, citadelle abritant une douleur d’orgueil. Il reste l’errance pour un peuple voyageant dans " la caravane ininterrompue de l’exode ". Mahmoud Darwich a deux métiers : la poésie et le souvenir. Parfois les deux se rejoignent. Avec le poème, le souvenir devient miroir, échelle pour le temps et défaite du sommeil et de l’oubli. Célèbre dans le monde arabe, il n’est pas pour autant ce qu’on appellerait un " poète militant ". Son engagement est dans l’écriture, dans la poésie ; il est loyal envers l’imaginaire de son peuple, de tout peuple voué à l’errance. Rien à voir avec cette poésie qui brandit les slogans et ruine la beauté et l’émotion. Darwich est un poète épique. Tahar Ben Jelloun. (Le Monde).
x 11 18 195 p. Une mémoire pour l’oubli
Le temps : Beyrouth, Le lieu : un jour d’août 1982
T
Darwich Mahmoud poésie Palestine 2007 29/08/07 9782742769285 Actes Sud Littérature -poches 7,70 € 7.70 sur commande ?
AA AA

En ce jour d’août 1982, les troupes israéliennes assiègent Beyrouth et la résistance palestinienne se résout à un nouvel exil. Prisonnier entre les murs de son appartement, dans la ville bombardée, Mahmoud Darwich tente douloureusement de rallier le territoire impossible de la mémoire. Pour dire la complexité du réel, les angoisses de l’enfermement, la folie de la guerre et l’au-delà des souvenirs et des espoirs, l’écrivain compose un récit mêlant dialogues imaginaires, textes du patrimoine arabe classique et poèmes en prose.

Chronique amoureuse d’une ville où la violence mortelle a effacé les frontières supposées du corps et de l’esprit, de l’amour et du politique, Une mémoire pour l’oubli recueille les fragments d’un passé éclaté et témoigne de l’inévitable travail du deuil et de l’oubli.

x 11,5 22 180 p. La trace du papillon
Pages d’un journal (été 2006-été 2007)
T
Darwich Mahmoud poésie Palestine 2009 30/03/09 9782742782642 Actes Sud Littérature -poésie 20,30 € 20.30 présent à Plume(s)
AA AA

Cet ouvrage, le dernier publié du vivant de Mahmoud Darwich, rassemble une centaine de textes courts, en vers ou en prose, écrits au fil des jours sans plan préconçu ni la moindre restriction thématique. Ainsi y trouve-t-on des réflexions à caractère politique, toujours décapantes, et des pensées intimes sur le temps qui passe ou sur l’exil intérieur, mais aussi un éloge du vin ou de la voix d’Oum Kalsoum, des poèmes d’amour, la description d’un arbre ou d’un fruit, les échos d’une conversation à Paris ou le récit d’une rencontre en Espagne, et surtout, de bout en bout, le pressentiment d’une prochaine disparition.

Au sommet de son art, Mahmoud Darwich trace des pistes, pose des jalons, nous dit à chaque page de son journal qu’il a encore tant de choses à nous dire – et dont nous ne connaîtrons que les quelques poèmes, sublimes, qu’il a eu le temps d’écrire ou d’achever durant la dernière an née de sa vie.

x 10 19 132 p. La paix en toutes lettres T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2002 13/11/02 9782742740994 Actes Sud Littérature -poésie 15,30 € 15.30 sur commande ?
AA AA

Vingt auteurs vivant dans des pays confrontés à des épisodes de violence, de conflits, témoignent.

Vingt textes écrits pour l’association "à ciel ouvert" sur le thème de la paix. Après les lectures qui en ont été faites dans le cadre du Printemps des Comédiens, à Montpellier, et du Festival d’Avignon, les voici réunis en volume. En achetant cet ouvrage, vous participez au développement des actions engagées par l’association. Depuis sa création, "à ciel ouvert" ?uvre pour soutenir le travail des artistes dans des pays en guerre.

Dans cette dynamique ont été réalisés de nombreux ateliers de pratiques artistiques, ainsi que des manifestations culturelles en faveur des populations déplacées ou réfugiées. Enfin, une politique d’échanges et de passerelles entre ces pays et la France a été mise en ?uvre afin de consolider ces actions, et "à ciel ouvert" sollicite régulièrement des créateurs dans un esprit de solidarité.

x 11,5 21,5 128 p. Entretiens sur la poésie T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2006 10/10/06 9782742763931 Actes Sud Littérature -poésie 17,30 € 17.30 présent à Plume(s)
AA AA

Dans ces cinq entretiens avec le poète libanais Abdo Wazen, Mahmoud Darwich apporte de précieuses informations sur sa vie et son ?uvre, et notamment sur ses derniers recueils marqués à la fois par un renouvellement thématique et par une grande exigence formelle.

Prolongeant son précédent livre d’entretiens, La Palestine comme métaphore, il précise ses positions sur l’engagement politique de l’écrivain, rend hommage à quelques grands poètes européens du XXe siècle, aborde sa relation au patrimoine littéraire arabe, réévalue la production poétique arabe depuis le début des années 1950 jusqu’à nos jours et, surtout, explique comment naît un poème, à partir d’une idée, d’une sensation, d’une image ou d’une cadence.

L’ensemble est sous-tendu par sa lancinante réflexion sur la frontière ténue entre la poésie et la prose. L’entretien avec Abbas Beydoun complète ses propos sur le métier de poète et sur les débats qui agitent la scène poétique arabe.

x 13 21,5 202 p. Poèmes palestiniens
Précédés de Chroniques de la tristesse ordinaire
T
Darwich Mahmoud poésie Palestine 2009 08/01/09 9782204088466 Cerf Littérature -poésie 20,00 € 20.00 sur commande ?
AA AA
Dès les années 1960, Mahmoud Darwich chantait, dans une poésie incisive, sans emphase, toujours métaphysique, le récit mythique et utopique du douloureux passage d’une cohabitation hostile à une convivialité digne : " Mort, Vie, la route est une ". Depuis 1970, année où est parue pour la première fois cette traduction des Poèmes palestiniens - poèmes d’avant l’exil qui ont soudé l’identité palestinienne et inscrit le nom du poète dans l’histoire de son pays - la notoriété de Darwich n’a cessé de croître, ses textes d’être lus dans plus en plus de langues, ses récitals de rassembler des foules, jusqu’aux hommages unanimes le jour de sa disparition, le 9 août 2008. Longtemps épuisé, ce volume contient aussi les rares textes en prose de Darwich traduits en français : ces Chroniques de la tristesse ordinaire sont les échos de la vie, tour à tour révoltée, désespérée, d’un Palestinien avant qu’il ne quitte, pour près de vingt-cinq ans, sa terre natale. On y redécouvre les ébauches de dialogue avec l’occupant, une méditation sur la violence et sa place dans l’émancipation des Palestiniens, d’amoureuses évocations de la Terre sainte et de la ville " bâtie sur des saphirs ". Darwich le Galiléen - il était né près de Saint-Jean-d’Acre en 1941 - déclara un jour : « J’éprouve une certaine fierté à appartenir au pays qui a engendré Jésus (…). Si le monde est témoin chaque jour de plus d’un nouveau Golgotha, je note avec fierté que le premier Golgotha eut lieu en Palestine. Avoir cela en mémoire aiguise ma conscience personnelle, m’arme d’une grande force morale, ouvre devant moi un vaste horizon humain. »
x 10,5 17,5 388 p. La terre nous est étroite T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2000 03/03/00 9782070411245 Gallimard »» Poésie/Gallimard Littérature -poésie 13,40 € 13.40 sur commande ?
AA AA

Né en 1941 à Birwa, près de Saint-Jean-d’Acre, Mahmoud Darwich est considéré comme l’un des plus grands poètes arabes contemporains. De Damas à Casablanca, sa parole déplace littéralement les foules lors de récitals qui se donnent souvent dans des stades archicombles.

Ce volume est sa première anthologie personnelle, avec de nombreux textes inédits. Un tel parcours, dans une œuvre qui prolonge les mythes du Proche Orient ancient mais aussi les grandes odes de l’Arabie anté-islamique, révèle un poète d’exception qui sait spontanément se situer au croisement de l’expérience individuelle la plus intime et de la mémoire collective.

Mahmoud Darwich est la voix de la Palestine. Il est celui qui a forgé les chants de l’exil, celui qui a dit le temps suspendu et dessiné les rêves, les regrets, les désirs d’une identité irréductible. Il est aussi celui qui renouvelle tous les thèmes enracinés dans la langue arabe, usant de ce que l’on peut appeler une modernité harmonieuse, qui ne rompt pas avec la tradition, mais y puise juste assez d’énergie pour s’octroyer de nouveaux espaces : des espaces libres où la douleur se change en joie, et l’amour codifié en amour inspiré, sensuel, fervent.

x 11 17,5 300 p. Anthologie poétique (1992 – 2005) T Darwich Mahmoud anthologie, poésie Palestine 2009 13/05/09 9782742781171 Actes Sud Littérature -poésie 8,70 € 8.70 sur commande ?
AA AA
Cette anthologie bilingue retrace l’itinéraire poétique de Mahmoud Darwich depuis le début des années 1990. Elle regroupe des poèmes extraits de sept recueils dont chacun a été considéré à sa sortie comme un important jalon dans l’histoire de la poésie arabe contemporaine : Onze Astres, Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude, Le Lit de l’étrangère, Murale, Etat de Siège, Ne t’excuse pas et Comme des fleurs d’amandiers ou plus loin. Mêlant l’individuel et le collectif, le lyrique et l’épique, le quotidien et l’éternel, le poète y réussit le pari de toute sa vie : opposer la fragilité humaine à la violence du monde et élever la tragédie de son peuple au rang d’une métaphore universelle.
x 15 20,5 96 p. Le lanceur de dés T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2010 24/04/10 9782742790302 Actes Sud Littérature -poésie 21,30 € 21.30 manquant sans date
AA AA
Ce long poème de Mahmoud Darwich, “Le lanceur de dés”, a rapidement fait le tour du monde arabe dès sa publication en juillet 2008, un mois avant la mort du poète. Emprunt d’une douce mélancolie, il résume toute une vie, en insistant sur les hasards de l’histoire qui ont permis à un enfant de Galilée, issu d’une famille modeste, d’échapper plusieurs fois à la mort et de devenir l’homme mûr qui, désormais, la sent toute proche et cherche à l’apprivoiser. Les autres poèmes qui figurent dans ce recueil ont tous été récités par Mahmoud Darwich ou publiés dans des journaux avant sa disparition. Ils explorent pour l’essentiel, de façon totalement inédite, le thème central de toute son oeuvre, celui d’un pays “tombé” un jour des cartes du monde.
x 12,5 17,5 8 p. Carte de voeux ’l’espoir’ T Darwich Mahmoud et Lefeuvre Nicole et Michel carte postale Palestine 2010 30/11/10 Palestine 12 Divers 1,00 € 1.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le collectif Palestine 12 a édité des cartes de voeux avec un extrait du discours du poète palestinien Mahmoud Darwich recevant en 2002 une délégation du parlement intenational des écrivains alors dans Ramallah assiégé.

Calligraphie et enluminure de Michel et Nicole Lefeuvre.

Feuillet intérieur avec "Meilleurs voeux" en arabe, français, anglais.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |