Sandrine Berthet - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :
Accueil du site > Les auteurs > Sandrine Berthet

Sandrine Berthet

Elle a passé son enfance et son adolescence en Nouvelle-Calédonie, puis a troqué les rivages du Pacifique pour les quais de la Seine en poursuivant ses études. Après avoir travaillé de nombreuses années dans l’industrie, ce qui l’a menée aux quatre coins de la planète, elle a récemment rejoint le service public. Entre-temps, elle a écrit un premier roman, Jetés aux ténèbres.

1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 21 339 p. Jetés aux ténèbres T Berthet Sandrine roman déportation, Nouvelle Calédonie 18 mars 2021 18/03/21 9782373852295 du Sonneur La Grande Collection Littérature 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Jetés aux ténèbres raconte les dix années d’exil du narrateur, Etienne Delandre, l’un de ces Communards que la IIIe République envoie " expier " en Nouvelle-Calédonie parce qu’ils ont voulu une société plus juste, qu’ils ont été " un peu trop républicains ". Dans leur prison à ciel ouvert, ces quasi naufragés ressassent leur vie d’avant, tentent de s’acclimater, de comprendre ce qu’il s’est passé sur les barricades et de mettre en actes leurs idéaux sur ce bout de terre, et se cramponnent à l’espoir d’une amnistie.

Tout cela dans cet ailleurs aux terres rouges, habité par un peuple canaque dont les mœurs leur sont totalement étrangères, au milieu d’une nature inconnue et stupéfiante, qu’Etienne Delandre n’aura de cesse de dessiner durant sa détention. L’exil est aussi rythmé par les nouvelles politiques apportées de France grâce aux navires, par le passage des cyclones. Jusqu’à l’expiration du délai de cinq ans de détention pour Etienne Delandre, qui se voit alors proposer un poste d’ingénieur pour la création du premier haut-fourneau de Nouvelle-Calédonie.

Commence dès lors pour lui la découverte de la ville de Nouméa, d’une partie de la Grande Terre, de la société coloniale et de la façon dont celle-ci réprouve la première répression canaque. Avec toujours en tête l’espoir non pas d’une grâce, mais bien d’une amnistie.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |