Jean-Miguel Pire - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Accueil du site > Les auteurs > Jean-Miguel Pire

Jean-Miguel Pire

Chercheur à l’Ecole pratique des hautes études, spécialiste des politiques culturelles et de l’histoire du libéralisme politique. Ancien rapporteur général du Haut Conseil de l’éducation artistique et culturelle, ancien conseiller de Françoise Nyssen au ministère de la Culture, il a notamment publié L’Art à l’école (La Documentation française, 2012) et Musée indiscipliné. Enjeux républicains de la transmission artistique (Mare et Martin, 2018).

1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 11,5 21,5 220 p. Otium
Art, éducation, démocratie
T
Pire Jean-Miguel essai février 2020 26/02/20 9782330130251 Actes Sud Nature Politique et société 21,00 € 21.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le négoce envahit désormais nos vies. Converties en "temps de cerveau disponible", la rêverie, l’étude, la contemplation gratuites n’ont plus guère de place dans un univers entièrement marchandise. Nous comprenons que cette mutation altère une part précieuse de notre existence mais nous peinons à la nommer. D’origine latine, le mot "négoce" vient de nec otium, c’est-à-dire la négation du loisir. Dans l’Antiquité, le loisir était pourtant considéré comme l’un des moments les plus désirables et les plus vertueux de la vie.

Affranchis des tâches élémentaires, des préjugés, des croyances, des intérêts, les citoyens pouvaient se dédier à la quête du sens, de la beauté, de la sagesse. Notamment grâce à l’otium studieux, ils jouissaient du plus haut degré d’autonomie et de désintéressement jamais inventé. Plus tard, au lieu de s’étendre à tous, l’otium se vit dénigré par la morale dominante qui le considérait improductif.

En revanche, pour une minorité, il restait indissociable de la vraie liberté et de tout projet démocratique. Revisitant cette histoire méconnue, Jean-Miguel Pire montre combien la redécouverte du loisir studieux peut nous émanciper. Il se demande comment la République peut aider chacun à jouir enfin d’un otium fécond pour lui-même et pour sa contribution au bien commun. Longtemps jugée futile au pays de Descartes, l’éducation artistique représente ici la meilleure des initiations : inutile, incalculable, irréductible, l’art n’est-il pas "ce qu’il y a de plus réel, la plus austère école de la vie, et le vrai jugement dernier" comme l’écrivit Proust ?


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |