masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Paul Rocher

Paul Rocher

Économiste, diplômé en science politique de Sciences-Po Paris.

1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 11 17 200 p. Gazer, mutiler, soumettre
Politique de l’arme non létale
T
Rocher Paul enquête 5 juin 2020 05/06/20 9782358721943 La Fabrique Politique et société -répression 13,00 € 13.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les nuages de gaz lacrymogènes et les détonations incessantes composent l’atmosphère désormais habituelle des manifestations en France : des ZADs aux campus, des quartiers populaires aux cortèges syndicaux, toute expression d’une opposition collective à l’Etat expose aujourd’hui à la violence des armes non létales. Alors qu’un nouveau palier a été franchi avec la répression du mouvement des Gilets jaunes, ce livre propose une analyse critique du recours massif à l’arsenal non létal, principal pilier du maintien de l’ordre à la française.

Les premiers chapitres s’appuient sur une typologie historique, depuis la matraque aux armes sonores, en passant par les multiples grenades, gaz et lanceurs de balles de défense, d’où il ressort que : 1) le développement de cet attirail se présente toujours comme une solution purement technologique à une crise de légitimité ; 2) l’écart est saisissant entre les prescriptions des fabricants et la pratique policière : bien que conçues comme des armes défensives, permettant de maintenir à distance un adversaire, les forces de l’ordre en font un usage offensif, disproportionné, terrorisant voire tortionnaire - et parfois létal, comme l’exemplifient dramatiquement les décès de Rémi Fraisse, Zineb Redouane et Steve Maia Caniço.

Ceci n’empêche pas l’État et les industriels du secteur d’employer la rhétorique humanitaire pour booster un marché juteux tourné vers l’exportation (chapitre III). L’opacité des contrats et l’intraçabilité des armes jettent l’ombre sur l’utilisation de matériel de fabrication française par des régimes dictatoriaux : le gaz lacrymogène français d’Alsetex et les Flash-Balls de Verney-Carron ont ainsi servi à réprimer les populations au Bahreïn, en Tunisie et au Congo.

L’intensification de la répression "non létale" a engendré de nouvelles pratiques d’autodéfense populaire, qui font l’objet du chapitre suivant : de la recension des blessés et leur politisation à travers des appels au désarmement de la police, à la protection des manifestants via un équipement de circonstance, l’activité des streets medics, la solidarité et l’inventivité au sein des cortèges, etc.

Paul Rocher montre comment ces pratiques sont en retour criminalisées par l’État. L’ultime chapitre replace l’usage des armes non létales dans le cadre d’un durcissement autoritaire de l’État qui cherche à imposer complètement son agenda néolibéral, longtemps freiné par la résistance populaire. Le recours à un arsenal d’origine militaire pour régler les conflits politiques domestiques, loin de correspondre à un adoucissement du maintien de l’ordre, apparaît ici comme le corollaire de la suspension des procédures démocratiques en France.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |