Agnès Fouilleux - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Accueil du site > Les auteurs > Agnès Fouilleux

Agnès Fouilleux

Réalisatrice, attachée de presse, directrice de la photographie

Issue d’une formation scientifique universitaire, elle se reconvertit après une carrière de sportive de haut-niveau en parapente, comme journaliste, proposant textes et photos dans la presse magazine de montagne.

Invitée à participer à une émission de Ushuaia Nature, elle découvre la réalisation documentaire et se forme à ce nouvel outil au Centre de Formation des Journalistes à Paris.

Intéressée particulièrement par les enjeux de politiques internationales, et les migrations de populations, elle voyage beaucoup et notamment en Asie au début des années 2000, où elle tourne plusieurs films. Tibet Clandestin, puis Himalaya, trois générations en exil, tous deux diffusés sur des chaînes de télévision, dans des salles de cinéma et reçoivent un bel accueil critique.

Elle travaille quelques années pour France 3, comme réalisatrice pour l’émission "Chroniques d’en haut" et signe quelques documentaires plus longs pour la télévision.

En 2009, sort en salles, et est diffusé en prime-time sur France Ô grâce au courage du directeur de la programmation de l’époque, le film « Un aller simple pour Maoré » dans lequel elle interroge la problématique de l’immigration et des questions géopolitiques aux Comores. La critique salue ce travail unique, véritable réquisitoire contre la politique française aux Comores et à Mayotte.

En 2011, sort le film « Small is beautiful » qui interroge la question d’échelle dans le développement agricole, et sa conséquence en terme environnemental et social. Le film sans beaucoup de publicité car l’écologie n’est pas encore à la mode ( !), voyage de salles en salles dans toute la France au bouche à oreille. Il est projeté au Parlement Européen à la demande de la députée verte Michèle Rivasi. Piraté sur le web, il fait près d’une million et demi de vues...

En 2017, sort en salles le film « Être plutôt qu’avoir », qui interroge les questions éducatives et pédagogiques et leur lien avec l’apprentissage de la citoyenneté. Le film voyage sur les écrans français à la demande des enseignants et est projeté dans les écoles de formation des Professeurs des écoles (ESPÉ).


1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 13,5 19 12 p. 106 mn Small is beautiful T Fouilleux Agnès doc 2010 30/11/09 Films Bonnette et Minette »» Divers -DVD 19,00 € 19 présent à Plume(s)
AA AA
C’est par où demain ?

Pourquoi, comment et au profit de qui la production agricole s’est-elle industrialisée au point de désertifier les campagnes, d’empoisonner l’eau et les sols, de stériliser les paysages, de confisquer les semences et d’affamer des millions de paysans dans le monde ? Le bon sens paysan qui faisait l’agronomie d’hier a peu à peu, depuis plus de cinquante ans, été remplacé par des logiques marchandes, qu’une poignée d’entreprises multinationales a réussi à imposer en prenant le pouvoir jusqu’au plus haut niveau. Les petites fermes polyvalentes et autonomes des paysans d’hier ont laissé la place à d’immenses “exploitations” qui portent bien leur nom…

Au-delà des discours et des bonnes volontés politiques affichées, les conséquences de l’évolution de notre agriculture sont là : malbouffe, dégâts environnementaux irréversibles, conséquences sociales...

Le constat de la mise à mal des quatre éléments fondamentaux qui assurent la souveraineté alimentaire à venir : l’eau, la terre, les semences, et la biodiversité est aujourd’hui alarmant.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |