Jean Chérasse - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Jean Chérasse

Jean Chérasse

(Issoire 1932 — ) Agrégé d’histoire, réalisateur, scénariste et producteur français.

2 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 22 300 p. Les 72 immortelles Volume 2
L’ébauche d’un ordre libertaire - Une nouvelle lecture de la commune de Paris de 1871
T
Chérasse Jean essai Commune de Paris 2018 06/12/18 9782365121804 du Croquant Politique et société -histoire 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA
Le récit éphéméride des 72 journées « immortelles » de la Commune de Paris, qui a été rapporté dans le volume précédent, n’est pas la saga d’un événement habituel ou récurrent, ce n’est pas non plus l’un de ces orages coutumiers du « bivouac des révolutions » selon la belle formule de Jules Vallès, mais une brûlure historique au deuxième degré, provo- quée par un concours de circonstances tout à fait exceptionnelles. Il s’agit en réalité d’une véritable éruption volcanique de la société, consécutive au déplacement des plaques tectoniques humaines que sont les classes sociales. Pour tenter de comprendre ce qui s’est passé, il faut d’abord faire un grand flash-back de quatre-vingt-deux ans : pour cette traversée de l’histoire, j’ai choisi de répondre à la question posée par l’abbé Sieyès : « Qu’est-ce que le Tiers-Etat ? » Puis ce seront les prémisses des « 72 Immortelles », de « l’affiche rouge » à la proclamation de la Commune à l’Hôtel-de- Ville, le 28 Mars 1871. J’ai déjà indiqué dans son éphéméride, quelques pistes à suivre pour faire connaissance de cette « belle équipe » dont un peu plus du tiers est d’origine prolétarienne et dont la gouvernance absolument originale, est un OVNI de notre histoire. Mettant à l’écart l’ abominable légende noire créée par l’odieuse camarilla de Versailles ainsi que les diverses récupé- rations qui veulent faire de la Commune le détachement précurseur des pouvoirs d’états communistes, une nouvelle lecture des événements s’appuyant essentiellement sur les comportements et les idées des protagonistes sinon sur leurs rêves, va nous révéler une pièce sympathique et fervente même si elle est un peu foutraque, en tout cas une scénographie incroyablement neuve et fascinante, dans les décombres fumants d’une autocratie. La Commune est une grande parenthèse festive mais elle est aussi un essai de démocratie directe « en actes », un gouver- nement du peuple par le peuple et pour le peuple, bref l’esquisse d’une gestion juste et conviviale du bien public « commun » pour ce que devrait être une véritable république sociale universelle. Elle se donne un pouvoir libertaire alors qu’elle est paradoxalement issue d’une structure militaire, et elle fait d’emblée, un double pari pascalien de l’émancipation et de la fraternité ! Elle nous interroge aujourd’hui, pour que nous l’observions sans œillères et aussi pour que nous inscrivions l’exigence de son messianisme salutaire dans le cloaque capitaliste qui nous entraîne vers l’apocalypse. Car « Le temps de cerises » n’est pas seulement celui de la nostalgie, il peut être aussi celui d’une nouvelle problématique révolutionnaire...
x 14,5 22 564 p. Les 72 immortelles
la fraternité sans rivages
T
Chérasse Jean histoire Commune de Paris 2018 05/04/18 9782365121583 du Croquant Politique et société -histoire 24,00 € 24.00 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Un éphéméride du grand rêve fracassé des Communeux

Née dans la fête, noyée dans le sang, la Commune de Paris a surgi telle une fleur du cerisier de Jean-Baptiste Clément, à la fin d’un hiver effroyable rendu difficilement supportable par les rigueurs d’un siège, mais elle reste, par sa brève fulgurance, une parenthèse extraordinaire de l’histoire de France. Or cette brûlure de la société française n’est effective que le 26 mars 1871, le jour de sa proclamation officielle à l’Hôtel de Ville, mais on peut raisonnablement dire qu’elle existe en filigrane depuis plusieurs mois et que son éclosion, l’affaire des canons de la butte Montmartre le 18 mars, n’est en réalité que la dernière péripétie de la marche lente et inéluctable du peuple de Paris vers son émancipation...

Après avoir subi pendant plus de vingt ans le joug d’un Empire qui était l’alliance du Château, de l’Usine et de la Banque, avec la bénédiction de l’Evêché, et les désastres d’une guerre absurde conduisant à la pitoyable invasion du territoire, la foule parisienne avait imposé le retour de la République mais, comme par le passé ce changement avait été immédiatement récupéré par la bourgeoisie substituant aux autorités impériales et à sa camarilla, un gouvernement dit "de défense nationale" qui va atermoyer car il a considéré que le danger prussien était bien moins inquiétant qu’un soulèvement populaire.

Un orage historique va donc se produire, et il sera violent. C’est cette histoire, qui dura 72 jours, que l’auteur raconte dans ce livre.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |