masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :
Accueil du site > Les auteurs > Serge Latouche

Serge Latouche

Professeur émérite d’économie à l’université de Paris-Sud (Orsay), spécialiste des rapports économiques et culturels Nord-Sud et de l’épistémologie des sciences sociales, objecteur de croissance. Il est notamment l’auteur de La Déraison de la raison économique (Albin Michel, 2001) , Justice sans limites (Fayard, 2003), Le Pari de la décroissance (Fayard, 2006).

29 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14,5 22,5 222 p. La déraison de la raison économique
Du délire d’efficacité au principe de précaution
T
Latouche Serge essai économie 2001 03/04/01 9782226125361 Albin Michel Politique et société -économie 18,60 € 18.60 manquant sans date
AA AA
La recherche de l’efficacité est parfois assassine. Trop d’obsession productiviste, rationnelle, rentable, organisatrice, conduit aux pires dérèglements, excès et délires. La vache folle dans l’assiette, le sang contaminé, transfusé pour des raisons d’efficacité, la vie étouffée dans les embouteillages monstres pour une quête effrénée de vitesse, le pétrole anéantissant une région sont autant de manifestations d’une raison économique devenue folle. Comment retrouver le raisonnable, la prudence, la sagesse, sans tomber dans des peurs irrationnelles et millénaristes ?.
x 11 17 89 p. Comment nous pourrions vivre T Latouche Serge et Morris William essai société 2010 20/11/10 9782916952406 Passager clandestin Politique et société -décroissance 7,00 € 7.00 présent à Plume(s)
AA AA

C’est en 1884, soit six ans avant la parution de son célèbre Nouvelles de nulle part, que le socialiste révolutionnaire et architecte-décorateur, William Morris, prononce cette conférence.

Voici comment nous vivons et voilà comment nous pourrions vivre, écrit Morris, qui appelle à un sursaut collectif pour substituer la " coopération " à " l’état de guerre perpétuelle " inhérent au capitalisme, introduire la nature et l’art dans " ces conglomérats énormes, impossibles à gérer, qu’on appelle des villes ", et refuser, au nom de la joie et de la dignité, la fatalité des " existences mécaniques ".

Si le mot décroissance fait aujourd’hui polémique, ce texte révèle que l’idée, elle, ne date pas d’hier.

Ce texte est suivi d’un entretien avec Christian Arnsperger intitulé "Construire le "biorégionalisme, une démocratie par le bas" paru dans Imagine demain le monde, numéro 80, juillet-août 2010.

x 10,5 15 176 p. Petit traité de la décroissance sereine T Latouche Serge essai international 2008 10/09/08 9782755500073 Mille et une nuits Les Petits Libres Divers -petits livres 3,60 € 3.60 présent à Plume(s)
AA AA

" La décroissance n’est pas la croissance négative. Il conviendrait de parler d’"a-croissance", comme on parle d’athéisme. C’est d’ailleurs très précisément de l’abandon d’une foi ou d’une religion (celle de l’économie, du progrès et du développement) qu’il s’agit.

S’il est admis que la poursuite indéfinie de la croissance est incompatible avec une planète finie, les conséquences (produire moins et consommer moins) sont encore loin d’être acceptées. Mais si nous ne changeons pas de trajectoire, la catastrophe écologique et humaine nous guette. Il est encore temps d’imaginer, sereinement, un système reposant sur une autre logique : une "société de décroissance". " S.L.

Serge Latouche est professeur émérite d’économie à l’université de Paris-Sud XI (Orsay). Cet " objecteur de croissance " poursuit l’analyse qu’il a donnée dans Survivre au développement (Mille et une nuits, 2004) puis dans Le Pari de la décroissance (Fayard, 2006).

x 13,5 21,5 312 p. Le pari de la décroissance T Latouche Serge essai décroissance 2008 10/09/08 9782213629148 Fayard Politique et société -décroissance 19,30 € 19.30 sur commande ?
AA AA

Le terme « décroissance » sonne comme un défi ou une provocation, même si nous savons bien qu’une croissance infinie est incompatible avec une planète finie. L’objet de cet ouvrage est de montrer que si un changement radical est une nécessité absolue, le choix volontaire d’une société de décroissance est un pari qui vaut la peine d’être tenté pour éviter un recul brutal et dramatique.

Il s’agit donc d’une proposition nécessaire pour rouvrir l’espace de l’inventivité et de la créativité de l’imaginaire bloqué par le totalitarisme économiciste, développementiste et progressiste. Bien évidemment, elle ne vise pas au renversement caricatural qui consisterait à prôner la décroissance pour la décroissance. Celle-ci n’est envisageable que dans une « société de décroissance », c’est-à-dire dans le cadre d’un système reposant sur une autre logique.
Reste le plus difficile : comment construire une société soutenable, y compris au Sud ? Il faut en expliciter les diverses étapes : changer de valeurs et de concepts, changer de structures, relocaliser l’économie et la vie, revoir nos modes d’usage des produits, répondre au défi spécifique des pays du Sud. Enfin, il faut assurer la transition de notre société de croissance à la société de décroissance par les mesures appropriées.

La décroissance est un enjeu politique, et il est d’ores et déjà certain qu’elle ne sera pas absente du débat électoral de 2007.

x 14 21 144 p. Antiproductivisme altermondialisme décroissance T Latouche Serge et Guibert Bernard essai décroissance, altermondialisme 2006 21/04/06 9782841901500 Parangon Politique et société -décroissance 12,00 € 12.00 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Sommes-nous prêts à sacrifier la croissance, le productivisme et l’emploi pour la sauvegarde de la planète ? La critique de la mondialisation libérale – l’altermondialisme – peut-elle échapper à ce dilemme ? Existe-t-il une politique économique de l’altermondialisme compatible avec l’écologie politique ?

• Misère de l’économie et économie de la misère • Quel est le véritable enrichissement de l’humanité ? • Pour ou contre la croissance économique ? • Quelle politique pour l’altermondialisme ? • Réforme de la gouvernance économique mondiale •

Bernard Guibert est économiste statisticien (INSEE), ancien élève de l’école polytechnique, docteur d’État en économie. Ancien responsable de la commission économie des Verts, dont il est membre depuis 1998.

Serge Latouche, objecteur de croissance, est professeur émérite d’économie à l’université Paris-Sud. Spécialiste des rapports économiques et culturels Nord-Sud et de l’épistémologie des sciences sociales, il est l’un des membres fondateurs de la revue du MAUSS. Il fait partie du Réseau pour l’Après-Développement (RAD).

x 10,5 15 126 p. Survivre au développement
De la décolonisation de l’imaginaire économique à la construction d’une société alternative
T
Latouche Serge essai décroissance, développement 2004 13/10/04 9782842058654 Mille et une nuits Divers -petits livres 3,50 € 3.50 présent à Plume(s)
AA AA

Social, humain, local, durable.

Le développement a récemment revêtu des " habits neufs " qui satisfont les critères des organisations internationales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Mais la logique économique est restée la même, et le modèle de développement conforme à l’orthodoxie néolibérale. Or le développementisme repose sur des croyances eschatologiques en une prospérité matérielle possible pour tous - que l’on sait dommageable et insoutenable pour la planète.

Il faut donc remettre en cause les notions de croissance, de pauvreté, de besoins fondamentaux, et déconstruire notre imaginaire économique, ce qui affecte l’occidentalisation et la mondialisation. Certes, il ne s’agit pas de proposer un impossible retour en arrière, mais de penser les formes d’une alternative au développement : notamment la décroissance conviviale et le localisme.

x 10,1 18,1 156 p. Le temps de la décroissance T Latouche Serge et Harpagès Didier essai décroissance, politique 2010 28/04/10 9782844208279 Thierry Magnier Troisième culture Politique et société -décroissance 9,80 € 9.80 épuisé
AA AA

La croissance économique est devenue insoutenable pour notre environnement.

le temps de la décroissance n’est pas seulement celui de l’urgence écologique ; il doit être le moment de réhabiliter le temps pour diminuer le travail, inventer de nouveaux modes de vie et retrouver les joies de la sobriété.

x 14,5 21,9 220 p. Sortir de la société de consommation
Voix et voies de la décroissance
T
Latouche Serge essai décroissance 2010 08/09/10 9782918597209 Les Liens qui Libèrent Politique et société -consommation 18,30 € 18.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La voie de la décroissance repose sur un postulat partagé par la plupart des sociétés non occidentales : pour mystérieuse qu’elle soit, la vie est un don merveilleux.

Il est vrai que l’homme a la faculté de la transformer en un cadeau empoisonné, depuis l’avènement du capitalisme, il ne s’en est pas privé. Toutefois, arrivé au fond de l’impasse, il n’est pas trop tard pour faire demi-tour et chercher un chemin praticable, guidé par d’autres voix que celles de la pensée unique et des discours progressistes de l’économie et de la technique. Dans ces conditions la décroissance qui passe par une sortie de la société de consommation est un défi et un pari.

Un défi aux croyances les mieux installées, parce que ce slogan constitue une insupportable provocation pour les adorateurs du progrès et du développement. Un pari, parce que, pour nécessaire qu’elle soit, rien n’est moins sûr que la réalisation du projet d’une société autonome de sobriété. Toutefois, le défi mérite d’être relevé et le pari tenté. La voie de la décroissance est celle de la résistance face au rouleau compresseur de l’occidentalisation du monde, mais aussi celle de la dissidence à l’égard du totalitarisme rampant de la société de consommation mondialisée.

Ce livre explore la construction d’une civilisation de sobriété choisie et d’auto-limitation alternative à l’impasse de la société de croissance. Par petites touches, comme dans un tableau impressionniste, il s’en dégage un dessein d’ensemble, une tonalité commune, un éthos.

x 12,5 19 191 p. De la convivialité
Dialogues sur la société conviviale à venir
T
Latouche Serge, Viveret Patrick, Caillé Alain et Humbert Marc essai 2011 20/01/11 9782707167149 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

Tout le monde sent bien, sait bien que nos sociétés ne pourront pas continuer longtemps sur leur lancée actuelle, en ravageant toujours plus la nature, en laissant exploser les inégalités, en lâchant la bride à une finance folle qui dévaste et corrompt tout.

Mais quelle alternative imaginer ? Les idéologies politiques héritées ne semblent plus être à la hauteur des défis de l’époque. C’est dans ce contexte qu’il convient d’examiner ce qui est susceptible de réunir certains des courants de pensée les plus novateurs de ces dernières années : décroissance, recherche de nouveaux indicateurs de richesse, anti-utilitarisme et paradigme du don, plaidoyer pour la sobriété volontaire, etc.

Confrontant ici leurs points de vue, en cherchant davantage ce qu’ils ont en commun que ce qui les oppose, certains des animateurs les plus connus de ces courants constatent que l’essentiel, dans le sillage de certaines analyses d’Ivan Illich, est de jeter les bases d’une société conviviale : une société où l’on puisse vivre ensemble et " s’opposer sans se massacrer " (Marcel Mauss), même avec une croissance économique faible, nulle ou négative.

x 12,5 19 100 p. Bon pour la casse
les déraisons de l’obsolescence programmée
T
Latouche Serge essai 2012 28/09/12 9791020900142 Les Liens qui Libèrent Politique et société 13,00 € 13.00 présent à Plume(s)
AA AA

L’obsolescence programmée, c’est un processus stupéfiant qui, pour développer notre addiction à la consommation et donc nous rendre captif du système économique, fut conçu puis mis en application au milieu du XIXe siècle aux États-Unis. Des trois formes d’obsolescence programmée, le recours aux techniques pour rendre un produit suranné, à la publicité pour nous convaincre d’acquérir de nouveaux biens dont nous n’avons nul besoin, le plus symptomatique et le plus pervers est le fait d’introduire dans les produits une pièce défectueuse pour en limiter la durée de vie. Ampoules (pourtant conçues par un ingénieur au XIXe siècle pour avoir une vie illimitée) automobiles, appareils ménagers, ordinateurs… la plupart des biens que nous consommons sont sciemment affectés d’une durée limitée afin que nous soyons contraints de les renouveleretnbsp ; !

C’est ce processus infernal que raconte Serge Latouche dans une société aujourd’hui en pleine "crise de croissance" et de gaspillage, dépassée par les déchets et les dégâts environnementaux qu’elle engendre.

x 15 23 128 p. Chroniques d’un objecteur de croissance T Latouche Serge essai décroissance 2012 22/06/12 9782847300185 Sang de la Terre Politique et société -décroissance 14,50 € 14.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Croissance, croissance tel est le mot magique prononcé à satiété pour nous sauver des crises qui n’arrêtent pas de se succéder... Décroissance serait un gros mot à bannir, surtout à chaque élection ! Serait-ce la prétention de l’homme de croire qu’il peut exploiter la planète et ses congénères jusqu’à plus soif et qu’il a créé un modèle qui générera toujours plus de richesse, toujours plus de bonheur. Pourtant depuis les thèses de l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen, nous savons maintenant qu’un autre schéma de développement est possible, qui respecte tout à la fois l’environnement et l’homme.

Serge Latouche défend depuis toujours cette démarche avec pertinence et talent. Ses chroniques, parues dans Politis et revues pour cet ouvrage, nous font prendre conscience de l’urgence et de la justesse de ses analyses. Il ne s’agit pas seulement d’adapter notre attitude face au dérèglement de notre société, mais il s’agit bel et bien de notre survie.

x 10,5 15 204 p. Vers une société d’abondance frugale
Contresens et controverses sur la décroissance
T
Latouche Serge essai décroissance 2011 06/04/11 9782755505887 Mille et une nuits Les petits libres Divers -petits livres 4,60 € 4.60 présent à Plume(s)
AA AA
Les uns ne jurent que par elle quand les autres s’offensent que le mot soit prononcé. Que recouvre l’idée de décroissance, qui ne semble pas être la même pour les uns et les autres ? Surtout, elle charrie son lot de contresens et de controverses. Nombreux sont les opposants à cette idée, qui utilisent des arguments de plus ou moins mauvaise foi. A droite comme à gauche, les critiques fusent : comment éliminer la misère dans nos contrées sans croissance ? Quel sens peut bien avoir la décroissance dans les pays du Sud ? Qui va soutenir un tel projet : les ouvriers, les classes moyennes ? Serge Latouche liste toutes les interrogations, mêlant préoccupations réelles et idées fausses en circulation, pour leur apporter des réponses précises et argumentées qui mettent un terme aux inquiétudes fantasmagoriques qui l’entourent. Non, la décroissance n’est pas synonyme de croissance zéro ; non, elle n’est pas technophobe. Ce n’est ni un projet antimoderne destiné à nous renvoyer vivre dans des cavernes, ni un programme visant à restaurer un ordre patriarcal communautaire, ni l’instrument qui ferait de nous des chômeurs. S’il fallait le dire autrement, Serge Latouche parlerait de société d’abondance frugale : voilà la transition économique et politique qu’il nous propose.
x 11 18 302 p. Le pari de la décroissance T Latouche Serge essai décroissance 2010 08/09/10 9782818500088 Fayard Pluriel Politique et société -décroissance 8,10 € 8.10 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Caricaturée par ses adversaires en une régression économique et sociale radicale, la décroissance se veut au contraire une perspective d’avenir pour y échapper : celle d’un refus du gaspillage des ressources naturelles, d’une prise en compte de leurs limites qui rendent d’ores et déjà impossible la généralisation à toute la planète du mode de vie occidental. Aussi exige-t-elle un changement radical de paradigme, ce que l’auteur appelle une société de décroissance.

Une telle société donnerait un autre sens à la production et à la consommation, réorientant les arbitrages politiques, relocalisant l’économie, limitant les échanges dispendieux mais stimulant la convivialité. Cet appel à la décroissance, qui rencontre de nombreux échos depuis que la crise planétaire a éclaté et que les menaces sur l’environnement se précisent, est aussi un appel à l’imagination.

x 11 17 96 p. Jacques Ellul
contre le totalitarisme technicien
T
Latouche Serge biographie 2013 16/03/13 9782916952864 Passager clandestin Les précurseur-ses de la décroissance Politique et société -décroissance 8,00 € 8.00 présent à Plume(s)
AA AA
Jacques Ellul (1912-1994) a, dès l’origine, été perçu par le mouvement de la décroissance comme l’un de ses principaux précurseurs. Sa critique de la démesure technicienne et son analyse du « totalitarisme technicien », comptent parmi les pièces maîtresses du projet, en l’alimentant aussi bien sur le plan théorique que sur celui des propositions concrètes. Cette relecture par Serge Latouche de la pensée de Jacques Ellul, rappelle aussi que la virulence de la critique sociale du maître bordelais s’accompagnait toutefois d’une conception minimale de l’action politique, définie comme dissidence individuelle.
Lire Ellul à « l’ère de l’anthropocène », c’est aussi rappeler, avec les objecteurs de croissance, que les temps sont désormais aux métamorphoses radicales.
x 12 19 170 p. L’occidentalisation du monde
Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire
T
Latouche Serge essai 2005 12/05/05 9782707145918 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 8,50 € 8.50 actuellement indisponible
AA AA
Au terme d’une histoire multiséculaire complexe, l’Occident s’est transformé en une "machine sociale" non contrôlable, ayant la certitude d’être universelle parce qu’elle est reproductible. Croissance illimitée des marchandises, multiplication des réseaux de communication, urbanisation intensive, changements techniques continuels, éclatement de la famille-souche, émancipation des femmes, Etat-providence, scolarisation forcée, démocratie parlementaire, etc. : le modèle occidental est persuadé d’être le meilleur. Il joue de la fascination qu’il exerce sur les élites et les peuples pour s’exporter au Sud et à l’Est. L’universalisation du modèle se heurte à des résistances et à des obstacles de toutes natures. Son triomphe même engendre des ferments de décomposition qui suscitent des alternatives possibles, que l’auteur tente d’explorer dans ce livre.
x 10,5 15 147 p. L’âge des limites T Latouche Serge essai décroissance 2012 07/11/12 9782755506921 Mille et une nuits Les petits libres Politique et société 4,00 € 4.00 manquant sans date
AA AA

Au début des années 1930, lorsque Paul Valéry écrit l’une de ses plus fameuses phrases, "Le temps du monde fini commence ", il constate que le temps de l’aventure, des découvertes des nouveaux continents et de leur conquête est terminé. Aujourd’hui, son expression "monde fini" nous renvoie à l’épuisement du monde : tout d’abord de son sol et de ses richesses minières et pétrolifères, à la pollution des eaux, de l’océan, de l’air... L’exploitation totale de notre biosphère ne peut plus être que l’annonce de la fin du monde. Si nous voulons éviter la catastrophe, il convient de rompre avec le projet de développement illimité que porte l’Occident et d’entrer dans une nouvelle ère : l’âge des limites.

Serge Latouche montre comment le processus qui conduit à toujours repousser les limites se manifeste dans tous les domaines (non seulement économique et écologique, mais aussi politique et moral).

x 11 17 94 p. Cornelius Castoriadis
ou l’autonomie radicale
T
Latouche Serge biographie décroissance 2014 23/04/14 9782369350088 Passager clandestin Les précurseur-ses de la décroissance Politique et société -décroissance 8,00 € 8.00 présent à Plume(s)
AA AA
Pour Cornelius Castoriadis (1922-1997), nos sociétés sont des "institutions imaginaires" ; l’homme a oublié qu’il était lui-même à l’origine des lois qui les fondent (le divin, les ancêtres, l’économie). Elles sont ainsi dépendantes des formes mêmes qu’elles ont créées. Ce n’est donc qu’en se reconnaissant comme auto-instituées et sources de formes nouvelles qu’elles pourront devenir autonomes. La force de la pensée de Castoriadis, nous dit Serge Latouche, est d’inciter au dévoilement de ces mythologies sociales qui sous-tendent l’ordre des choses.
La déconstruction de l’idéologie de la croissance, du développement et du consumérisme/productivisme est désormais le préalable indispensable à l’institution - par l’éducation - d’une démocratie radicale fondée sur l’écologie. Une révolution dont le sujet ne peut être que la société tout entière.
x 10,5 15 186 p. Renverser nos manières de penser
Métanoïa pour le temps présent
T
Latouche Serge essai décroissance 2014 05/11/14 9782755507386 Mille et une nuits Les petits libres Divers -petits livres 5,00 € 5.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Jetant un regard rétrospectif sur mon parcours intellectuel, autour d’un objet envahissant et problématique, l’économie, il m’apparaît que mes efforts ont visé à produire ce que les Grecs appelaient une metanoïa, c’est-à-dire un renversement de la pensée.
Aujourd’hui, il nous faut renverser nos manières de penser. Parce que le monde n’est plus vivable ainsi, que nous le savons mais restons pris dans les schémas capitalistes et productivistes, il nous faut réinventer notre imaginaire pour trouver une nouvelle perspective existentielle.
Qui passera par l’après-développement, la décroissance et l’éco-socialisme.
"

S. L.

x 10,5 15 76 p. Où va le monde ?
2012-2020 : une décennie au devant des catastrophes
T
George Susan, Latouche Serge, Cochet Yves et Dupuy Jean-Pierre essai 2012 15/02/12 9782755506433 Mille et une nuits Divers -petits livres 3,60 € 3.60 présent à Plume(s)
AA AA
Tous les discours des personnalités économiques ou politiques ont un point commun : la reprise est en vue, la croissance va revenir, on va s’en tirer. Certes, il y aura des sacrifices à faire, des réformes à effectuer, mais grosso modo, le cours ordinaire des chose reprendra à terme. C’est là l’illusion qui expose au danger. Pourtant, nul n’arrive à se projeter dans le grand bouleversement de demain et à anticiper les mutations.
Si rien ne change, nous savons, même si beaucoup refoulent cette perspective, que nous allons à la catastrophe. Pour Yves Cochet, il faut se préparer au choc et le penser comme tel. Pour Jean-Pierre Dupuy, on doit changer de mode de pensée ("faire omme si le pire était inévitable") ; pour Susan George, il est urgent de subordonner tout à fait l’économique au politique, au social et à l’écologique.
Quant à Serge Latouche, il nous invite à penser le déclin inéluctable de l’ordre néolibéral occidental et espère qu’il sera remplacé par une société d’abondance frugale.
x 14,5 22,5 263 p. L’invention de l’économie T Latouche Serge essai économie 2005 05/10/05 9782226158864 Albin Michel Bibliotheque Albin Michel Economie Politique et société -économie 22,30 € 22.30 présent à Plume(s)
AA AA
La prégnance de l’économie sur la vie des hommes n’est pas plus à démontrer que leur morosité et leur souffrance. Comment s’est construit notre " imaginaire économique ", notre vision économique du monde ? Pourquoi voyons-nous aujourd’hui le monde à travers les prismes de l’utilité, du travail, de la compétition, de la concurrence et de la croissance sans fin ? Nous avons inventé la valeur-travail, la valeur-argent, la valeur-compétition, et construit un monde où rien n’a plus de valeur mais où tout possède un prix. Au fil d’une passionnante mise en perspective historico-économique, Serge Latouche revient aux origines de cette économie que les premiers économistes appelaient la " science sinistre ". Servi par une brillante érudition économique et philosophique, cet ouvrage montré la manière dont s’est façonnée notre obsession utilitariste et quantitative, et nous permet ainsi de porter un regard neuf sur notre monde.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |